Loueur en meublé non professionnel : vos avantages fiscaux

Publié par le

Vous louez un ou plusieurs logements meublés. Vous relèverez du statut de loueur en meublé non professionnel (LMNP). Dès lors, vous disposez de deux options pour faire baisser votre facture fiscale. Soit vous optez pour le régime forfaitaire et vous serez imposé sur la moitié de vos loyers. Soit vous choisissez le régime réel et vous déduirez les charges et les amortissements de vos recettes pour diminuer vos revenus locatifs qui ainsi sont bien moins imposés. A noter : le LMNP, au forfait ou au réel, n'est pas concerné par le plafonnement des niches fiscales à 10.000 €. Et vous pouvez louer plusieurs logements sous ce régime.

Les conditions du LMNP

Le logement doit être loué meublé.  Attention : un lit, une table et deux chaises ne suffisent pas. Le logement doit être prêt à habiter. La liste des meubles a d'ailleurs été précisément détaillée par l'Etat. Pour en savoir plus, voir notre dossier Quel meubles pour une location meublée ?

Ressources et loyers. Pour bénéficier du statut LMNP : les revenus tirés de la location sont imposés dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC). Vous êtes loueur en meublé non professionnel dès lors que vos recettes locatives sont inférieures à 23.000 € par an ou si elles représentent moins de la moitié de vos revenus globaux.

LMNP : les avantages fiscaux

Vous pouvez choisir entre le régime micro-BIC (ou régime forfaitaire) et le régime réel. Votre décision dépend notamment du montant de vos recettes locatives.

Le micro-BIC. Il s'applique si vos recettes ne dépassent pas 70.000 €. Vous profitez d'un abattement de 50 % sur les recettes (seule la moitié de ces dernières est imposable). Vous ne pouvez pas créer de déficits. Ce régime est intéressant si vos charges sont inférieures au seuil de 50 %. 

Si vous investissez dans une résidence avec services neuve, vous pouvez choisir entre le statut LMNP classique ou sa variante, l'avantage fiscal Censi-Bouvard, une réduction d'impôts égale à 11 % du prix du logement. Elle est calculée dans la limite d'un plafond d'investissement de 300.000 €. Au-delà, la fiscalité LMNP classique s'applique.

Le régime réel du statut LMNP

Au-delà de 70.000 € ou sur demande auprès du fisc si vos recettes sont inférieures, vous bénéficiez du régime réel. Comment ça marche ? Vous déduisez des recettes l'ensemble des charges (intérêts d'emprunt, taxes, travaux, frais de syndic et de gestion, etc.) et les amortissements (faculté de déduire une partie du prix du logement des loyers lorsque vous les déclarez). Au bout du compte, vous diminuez vos recettes, donc vos impôts.

Prenons un exemple volontairement simplifié. Vous louez en meublé un logement d'une valeur de 200.000 € pour un loyer de 600 € par mois soit 7.200 € par an. Lorsque vous déclarez les loyers au fisc, vous retranchez 2.700 € d'intérêts d'emprunt plus 1.000 € de charges diverses. Fiscalement parlant, vos loyers sont ramenés à 3.500 €. C'est sur cette somme que vous serez imposé, pas sur 7.200 €.

Amortir : comment ça marche ? Avec le LMNP, vous pouvez aussi pratiquer des amortissements. Par exemple, vous appliquez un taux d'amortissement de 2 % sur le prix, soit 4.000 €. Vous touchez un loyer mensuel de 600 €, soit 7.200 € par an. Chaque année, vous retranchez 4.000 € de vos 7.200 €. Vous êtes donc imposé sur 3.200 €.

Pas de déficit ! En appliquant les charges et les amortissements, vous ne pouvez pas créer de déficits fonciers comme en location vide. Si un déficit apparaît, il est reporté sur les recettes locatives des années suivantes. Les amortissements sont reportables sans limitation de durée. Ce système vous permet ainsi de baisser vos recettes locatives pendant des années. Pour en savoir plus, voir Location meublée : quelle fiscalité ?

VIDEO : Louer vide ou meublé : que choisir ?

Location vide, location meublée ? Le choix n’est pas évident, il implique des conséquences sur la gestion de la location évidemment mais également des conséquences fiscales.

Voir la vidéo

VIDEO : Location vide : quelle fiscalité pour les loyers ?

Les loyers perçus en location vide sont imposés dans la catégorie des revenus fonciers. Il y a deux régimes d'imposition : le régime forfaitaire et le régime réel. Si le régime forfaitaire est ultra-simple, les propriétaires choisissent toutefois le régime réel qui est beaucoup plus avantageux...

Voir la vidéo

VIDEO : Trois raisons d'investir dans l'immobilier

Acheter un logement pour le louer, c’est un bon moyen de se constituer un patrimoine et de d’assurer des revenus réguliers.

Voir la vidéo

Pour aller plus loin...

L'Anah (Agence nationale de l'habitat) propose sous conditions des aides pour réaliser certains travaux dans les logements achevés depuis quinze ans, à usage de résidence principale.

Vous louez un ou plusieurs logements vides : vous touchez des revenus fonciers. Après avoir déduit du montant des loyers l'ensemble de vos frais et charges, le résultat foncier vient s'ajouter à...

Le régime fiscal de la location meublée nécessite le respect de nombreuses règles. Mais il vous permet de bénéficier d'une fiscalité avantageuse. Soit vous êtes imposé sur la moitié de vos recettes,...

Vous louez et souhaitez bénéficier d'un système d'imposition simple : c'est possible ! Le régime forfaitaire vous permet ainsi de bénéficier d'un abattement de 30 % sur vos loyers avec des...