Louer à un étudiant : quel bail signer ?

Publié par le

La plupart des étudiants cherchent leur logement auprès des propriétaires privés au moment de la rentrée universitaire. Voici les différents types de contrats de location que vous pouvez leur proposer selon que votre logement est meublé ou non.

Louer un logement meublé 

Si votre logement contient le mobilier suffisant, vous pouvez le louer en meublé. Pour savoir si c'est le cas, vous trouverez la liste du mobilier indispensable dans notre article : Quels meubles pour une location meublée ?

Le bail meublé étudiant de 9 mois

Le bail étudiant est une alternative au bail meublé classique. Ce bail ne peut être proposé qu'aux logements meublés, destinés à des locations de plus courte durée. Il est d’une durée de neuf mois non renouvelable.

En tant que propriétaire, vous êtes assuré de récupérer votre logement au terme des neuf mois sans avoir à donner congé au locataire, et donc sans avoir à lui fournir de motif comme c'est le cas pour les locations classiques. De son côté, le locataire sait qu'il doit dans tous les cas libérer le logement au bout de neuf mois sans avoir besoin de vous envoyer une lettre de congé. Il a aussi la possibilité de partir en cours de bail, à tout moment, en respectant un préavis d’un mois. Au terme des 9 mois, si l'étudiant souhaite rester locataire de votre logement et que vous êtes d'accord, vous pouvez lui proposer de signer un nouveau bail de 9 mois, et ainsi de suite plusieurs fois, si besoin.

Opter pour le bail de neuf mois peut permettre au propriétaire de louer le logement pendant l'été en saisonnier puisque généralement les 9 mois correspondent à l’année universitaire. Ce n'est possible, toutefois, que si vous faites les démarches pour louer en saisonnier, car outre la déclaration à faire en mairie, de plus en plus de communes imposent désormais d'avoir obtenu une autorisation préalable. C'est le cas, par exemple, à Paris.

Pour vous procurer un modèle type de contrat meublé étudiant de neuf mois ou un contrat classique :

Le bail meublé d’un an renouvelable

Vous pouvez aussi proposer le bail meublé classique qui est conclu pour une durée d’une année, renouvelable ensuite par tacite reconduction. Une fois arrivé à sa date anniversaire, le contrat de location se renouvelle pour une nouvelle période d’un an, et ainsi de suite tant que ni le bailleur ni le locataire n’ont donné congé.

La durée de ce contrat est au minimum d'un an. S'il ne vous est pas possible de prévoir une durée inférieure pour ce type de bail, il vous est en revanche possible de prévoir une durée plus longue : en signant un bail de deux ou trois ans par exemple. Mais là encore, seul le propriétaire s'engage fermement pour maintenir la location pendant cette période, car le locataire conserve toujours la possibilité de donner congé à tout moment avec un préavis d'un mois .

Le bail mobilité

Le bail mobilité peut également être proposé à un locataire étudiant, s'il est en études supérieures ou en stage. C'est le seul bail modulable, ce qui en fait tout son intérêt. Il peut être conclu pour une durée d'un à dix mois au maximum, en fonction des besoins de l'étudiant. Si l'étudiant recherche notamment un logement le temps d'un stage de quatre mois, le bailleur peut lui proposer de signer un bail mobilité de quatre mois en toute légalité. C'est à vous de le préciser dans le contrat de location. Arrivé à son terme, le bail prend fin sans que le bailleur n'ait besoin de donner congé au locataire. En revanche, le locataire peut partir à tout moment en donnant congé avec un préavis d'un mois comme c'est le cas avec les deux autres contrats types en meublé (bail d'un an renouvelable et bail meublé étudiant).

Ce bail peut être proposé à un étudiant dans les cas suivants :

- soit pour son année d'étude (au maximum 10 mois) ;
- soit le temps d'une formation professionnelle, d'un contrat d'apprentissage, d'un stage ou encore d'un engagement volontaire dans le cadre d'un service civique notamment.

En revanche, contrairement au bail meublé étudiant, le propriétaire ne pourra pas proposer plusieurs baux mobilité successifs au même étudiant. Si le locataire souhaite rester dans le logement à la fin du bail, le propriétaire devra lui proposer soit le bail étudiant de neuf mois, soit le bail classique d'un an renouvelable. Seule exception : si le bail mobilité a été conclu pour une durée de moins de dix mois, le propriétaire pourra prolonger une fois la durée du bail par avenant, à condition qu'au total la durée de location ne dépasse pas dix mois.

Vous pouvez vous procurer le modèle type de bail mobilité et un modèle type d'avenant pour prolonger le bail mobilité sur notre site : PAP.fr

Louer une chambre meublée chez soi  

Un logement devenu trop grand. Il vous reste des chambres inoccupées. Pourquoi ne pas les proposer à la location à un étudiant tout en étant exonéré d’impôt ?

Vous pouvez proposer soit le bail classique meublé d'un an, soit le bail meublé étudiant de 9 mois non renouvelable, soit le bail mobilité.

Les loyers que vous touchez dans cette hypothèse peuvent être exonérés d'impôt, mais seulement à certaines conditions :

  • Le logement dans lequel se trouve la chambre doit être la résidence principale du propriétaire-bailleur ;
  • la ou les pièces louées meublées doivent constituer la résidence principale du locataire. Pour votre locataire étudiant, c'est le cas, car on considère que sa résidence principale est là où il réside pour ses études même s'il retourne chez ses parents chaque week-end et qu'il reste rattaché à leur foyer fiscal ;
  • le loyer doit être fixé dans des limites « raisonnables » (déterminées chaque année).

Pour 2019, le loyer hors charges annuel par mètre carré de surface habitable ne doit pas dépasser :

  • 187 € en Ile-de-France ;
  • 138 € dans les autres régions.

Vous louez une chambre de 13 m² dans un appartement situé en Ile de France qui est votre résidence principale. Pour que celui-ci soit exonéré d’impôt, le loyer mensuel hors charges ne doit pas dépasser (187 x 13) / 12 = 202 €. Si vous dépassez ce montant, vous pouvez louer mais vous serez imposé sur les loyers au même titre que pour un logement loué indépendamment de votre logement.

Tout logement mis en location, même s’il s’agit d’une chambre située dans votre domicile, doit respecter certaines normes (il doit être "décent") et notamment mesurer au moins 9 m² de surface habitable.

Le contrat de cohabitation intergénérationnelle solidaire

La loi Elan a également créé de toutes pièces un autre contrat, encore plus souple que le bail mobilité. Il ne s'agit pas de location à proprement parler, car les modalités de ce type d'hébergement sont spécifiques. Il s'agit d'un mode de cohabitation qui permet à des personnes âgées de plus de soixante ans de partager leur logement avec des jeunes de moins de trente ans. Le senior peut proposer ce type d'hébergement même s'il est locataire lui-même. La durée du contrat est modulable. En revanche, le « loyer » doit être modeste. Mais en contrepartie, le bailleur peut demander quelques petits services au jeune qu'il héberge.

Ce contrat devrait être particulièrement adapté pour des personnes qui souhaitent louer une chambre de leur logement à des étudiants.

Il ne s'agit pas d'un bail de location habituel, mais d'une convention spécifique entre la personne qui héberge et le jeune qu'elle accueille. Nous vous conseillons donc de vous tourner vers les associations qui le proposent pour obtenir un modèle type de contrat.

Louer un logement vide

Si votre logement n'est pas meublé, vous allez signer un contrat de location vide avec le bail d'habitation classique de trois ans, mais cette durée peut être réduite occasionnellement, à condition que vous ayez un motif valable qui le justifie.

Le bail de trois ans

Cette durée s’impose, le bailleur ne peut donc pas proposer une durée inférieure au locataire, et ne peut en aucun cas lui donner congé avant la fin du bail. Si vous souhaitez donner congé à votre locataire, vous devez respecter un préavis d'au moins six mois.

Un bail d’au moins un an

Par dérogation au bail classique de trois ans en location vide, il est possible de signer un contrat de location de moins de 3 ans, si un événement précis d'ordre professionnel ou familial le justifie. La durée minimale du bail que vous pouvez proposer dans cette hypothèse est d'un an.

Dans tous les cas, vous devez indiquer le motif qui justifie la durée réduite dans le contrat de location (par exemple, si vous souhaitez reprendre votre logement pour y habiter dans la perspective de votre prochain départ à la retraite, ou si vous envisagez de mettre le logement à la disposition de l'un de vos enfants pour lui permettre de poursuivre ses études...).

Le motif invoqué pour fixer une durée réduite ne peut pas être la vente du logement, mais uniquement la reprise du logement pour un motif professionnel ou familial.

Si l'événement prévu justifiant de la reprise est différé, le bailleur peut proposer de reporter le terme du contrat à la nouvelle échéance. Mais un seul report est possible. Si l'événement prévu dans le contrat de location ne s'est pas produit ou n'est pas confirmé, le contrat de location est considéré comme étant de la durée légale de 3 ans.

Comment fixer le loyer

En location vide comme en location meublée, pour fixer le loyer de l'ensemble de ces baux, la règle est la même que le locataire soit étudiant ou pas. Cela dépend du lieu où est situé le logement : en zone tendue ou pas, ou encore à Paris depuis le 1er juillet 2019. Retrouvez toutes les règles pour fixer le loyer sans vous tromper dans notre article : Comment fixer le loyer de son logement  lors de sa mise en location ?

Pour en savoir plus sur la location étudiante, vous pouvez consulter notre dossier La location pour les étudiants.

Nos outils et services

Commander vos diagnostics

Déterminez les diagnostics obligatoires pour votre location et prenez rendez-vous dès maintenant avec un diagnostiqueur certifié.

Commander vos diagnostics

Commandez vos contrats

Contrat de location vide, meublée, ou étudiant, état des lieux, caution... Tous nos contrats sont faits par des juristes spécialisés en immobilier et 100% conformes loi ALUR.

Commander vos contrats

VIDEO : Louer vide ou meublé : que choisir ?

Location vide, location meublée ? Le choix n’est pas évident, il implique des conséquences sur la gestion de la location évidemment mais également des conséquences fiscales.

Voir la vidéo

VIDEO : Quels sont les meubles obligatoires dans une location meublée ?

Pour que le logement soit loué meublé, il faut que le locataire puisse habiter le logement immédiatement après avoir récupéré les clés. Mais concrètement, quelle est la liste des meubles à fournir ?

Voir la vidéo

VIDEO : Le bail mobilité : pour qui ? pour quoi ? comment ?

Une nouveauté : le bail mobilité ! C’est un bail, plus souple que les baux classiques de location vide ou de location meublée, parce qu’il peut être conclu pour seulement quelques mois ! Ce bail est plus souple pour permettre aux locataires en mobilité professionnelle de se loger plus facilement.

Voir la vidéo

Pour aller plus loin...

Le choix d'un locataire se fait essentiellement sur le critère de la solvabilité. Il est donc légitime de lui demander un certain nombre de garanties. Mais attention : la loi interdit certaines...

Le propriétaire est tenu de remettre au locataire un logement décent, qui préserve sa sécurité, sa santé et des conditions de vie paisible. Quelles sont les caractéristiques d'un logement décent...

Le régime fiscal de la location meublée nécessite le respect de nombreuses règles. Mais il vous permet de bénéficier d'une fiscalité avantageuse. Soit vous êtes imposé sur la moitié de vos recettes,...

Propriétaire et locataire sont tombés d'accord pour conclure ensemble un contrat de location meublée. Il leur faut maintenant signer le contrat. Celui-ci organise la relation entre propriétaire et...