Propriétaire : que pouvez-vous exiger du locataire ?

Cécile Nlend
Mis à jour par Cécile Nlend
le 6 septembre 2023
Juriste chez PAP.fr

Que ce soit pour constituer le dossier ou pour établir le contrat de location, le bailleur ne peut pas tout demander au locataire. Des pièces justificatives autorisées aux clauses contractuelles nulles. Explications.

Un propriétaire peut demander un ou plusieurs documents attestant des ressources du locataire.
Un propriétaire peut demander un ou plusieurs documents attestant des ressources du locataire. © Morsa Images/GettyImages

De la mise en location du logement à la fin du contrat, les droits et obligations du propriétaire bailleur et du locataire sont pour l'essentiel clairement définis par la loi. Le bailleur ne peut exiger du locataire ni mettre à sa charge plus que ce qui est prévu par la loi.

🙋‍♀️ Les pièces que vous pouvez demander au locataire

Au moment des visites, le bailleur, pour faire sa sélection, compare les dossiers des locataires. Pour s'assurer une plus grande sécurité et plus de garanties, il peut être tenté de demander plus de documents qu'il n'en faut. Le décret n°2015-1437 du 5 novembre 2015, liste de manière limitative, les pièces justificatives que le propriétaire est en droit d'exiger du locataire et de sa caution.

🎫 Une seule pièce justificative d'identité

Elle doit être en cours de validité au moment de la demande et comporter la photographie et la signature du titulaire. Cela peut être :

  • Une carte nationale d'identité française ou étrangère ;
  • Un passeport français ou étranger ;
  • Un permis de conduire français ou étranger ;
  • Une carte de séjour temporaire, carte de résident, carte de ressortissant d'un État membre de l'Union européenne ou de l'Espace économique européen.

Une seule pièce justificative de domicile

  • Les trois dernières quittances de loyer ou à défaut, une attestation de loyer du précédent bailleur, ou de son mandataire, indiquant que le locataire est à jour de ses loyers et charges.
  • Une attestation d'élection de domicile établissant le lien avec un organisme agréé au titre de l'article L. 264-2 du code de l'action sociale des familles.
  • Une attestation sur l'honneur de l'hébergeant indiquant que le candidat à la location réside à son domicile.
  • Le dernier avis de taxe foncière ou, à défaut, le titre de propriété de la résidence principale.

Un ou plusieurs documents attestant des activités professionnelles

  • Un contrat de travail ou de stage ou, à défaut, une attestation de l'employeur précisant l'emploi et rémunération proposée, la date d'entrée en fonctions envisagée et, le cas échéant, la durée de la période d'essai.
  • Un extrait K ou K bis du registre du commerce et des sociétés de moins de trois mois pour une entreprise commerciale.
  • Un extrait D 1 original du registre des métiers de moins de trois mois pour un artisan.
  • La copie du certificat d'identification de l'Insee, comportant les numéros d'identification, pour un travailleur indépendant.
  • La copie de la carte professionnelle pour une profession libérale.
  • Toute pièce récente attestant de l'activité pour les autres professionnels.
  • Carte d'étudiant ou certificat de scolarité pour l'année en cours.

💰 Un ou plusieurs documents attestant des ressources

  • Le dernier ou avant-dernier avis d'imposition ou de non-imposition en France, et lorsque le candidat à la location n'a pas été imposé en France mais dans un autre État, le dernier ou avant-dernier avis d'imposition à l'impôt ou aux impôts qui tiennent lieu d'impôt sur le revenu dans cet État ou territoire ou un document en tenant lieu établi par l'administration fiscale de cet État ou territoire.
  • Les trois derniers bulletins de salaire.
  • Des justificatifs de versement des indemnités de stage.
  • Les deux derniers bilans ou, à défaut, une attestation de ressources pour l'exercice en cours délivrée par un comptable pour les professions non salariées.
  • Des justificatifs de versement des indemnités, retraites, pensions, prestations sociales et familiales et allocations perçues lors des trois derniers mois ou un justificatif  de l'ouverture des droits, établis par l'organisme payeur.
  • Une attestation de simulation établie par l'organisme payeur ou simulation établie par le locataire relative aux aides au logement.
  • Un avis d'attribution de bourse pour les étudiants boursiers.
  • Un titre de propriété d'un bien immobilier ou le dernier avis de taxe foncière.
  • Justificatifs de revenus fonciers, de rentes viagères ou de revenus de valeurs et capitaux mobiliers.

Déposez une annonce de location sur PAP.fr

Les pièces que vous pouvez demander au(x) garant(s)

Le décret n° 2015-1437 du 5 novembre 2015 précise également la liste des pièces justificatives que le propriétaire bailleur pourra exiger de la caution.

Un justificatif d'identité

Le garant est une personne physique. Il pourra lui être exigé une seule pièce justificative d'identité en cours de validité, comportant la photographie et la signature du titulaire parmi les documents suivants :

  • Carte nationale d'identité française ou étrangère.
  • Passeport français ou étranger.
  • Permis de conduire français ou étranger.

Le garant est une personne morale. Les deux documents suivants pourront être exigés :

  1. Un extrait K bis original de trois mois de la société ou les statuts ou toute autre pièce justifiant de l'existence légale de la personne, faisant apparaître le nom du responsable et l'adresse de l'organisme ainsi que la preuve qu'une déclaration a été effectuée auprès de l'administration, une juridiction ou un organisme professionnel.
  2. Un justificatif d'identité du représentant de la personne morale figurant sur l'extrait K bis ou les statuts.

Une seule pièce justificative de domicile

  • Dernière quittance de loyer.
  • Facture d'eau, de gaz ou d'électricité de moins de trois mois.
  • Dernier avis de taxe foncière ou, à défaut, titre de propriété de la résidence principale.

Un ou plusieurs documents attestant des activités professionnelles

  • Un contrat de travail ou de stage ou, à défaut, une attestation de l'employeur précisant l'emploi et la rémunération proposée, la date d'entrée en fonction envisagée et le cas échéant la durée de la période d'essai.
  • L'extrait K ou K bis du registre du commerce et des sociétés datant de moins de trois mois pour une entreprise commerciale.
  • La copie de la carte professionnelle pour une profession libérale.
  • Toute pièce récente attestant de l'activité pour les autres professionnels.

📄 Un ou plusieurs documents attestant des ressources

  • Le dernier ou avant-dernier avis d'imposition ou de non-imposition en France, et lorsque le candidat à la location n'a pas été imposé en France mais dans un autre État, le dernier ou avant-dernier avis d'imposition à l'impôt ou aux impôts qui tiennent lieu d'impôt sur le revenu dans cet État ou territoire ou un document en tenant lieu établi par l'administration fiscale de cet État ou territoire.
  • Trois derniers bulletins de salaire.
  • Justificatifs de versement des indemnités de stage.
  • Les deux derniers bilans ou, à défaut, une attestation de ressources pour l'exercice en cours délivré par un comptable pour les professions non salariées.
  • Justificatifs de versement des indemnités, retraites, pensions, prestations sociales et familiales et allocations perçues lors des trois derniers mois ou justificatif de l'ouverture des droits, établi par l'organisme payeur. Attestation de simulation établie par l'organisme payeur ou simulation établie par le locataire relative aux aides au logement. Avis d'attribution de bourse pour les étudiants boursiers. Titre de propriété d'un bien immobilier ou dernier avis de taxe foncière.
  • Justificatifs de revenus fonciers, de rentes viagères ou de revenus de valeurs et capitaux mobiliers.

À savoir : Cette liste est limitative. Toute pièce justificative ne figurant pas dans cette liste ne peut être exigée au locataire ou à son garant. L'exigence de pièces non prévues par ce décret sera punie d'une amende pouvant aller jusqu'à 3 000 € pour une personne physique et 15 000 € pour une personne morale.

❌ Les pièces que vous n'avez pas le droit de demander

Avec la loi Alur, la liste des documents ne pouvant être réclamés au candidat à la location a disparu de l'article 22-2 de la loi du 6 juillet 1989 au profit d'une liste de documents pouvant être réclamés au candidat à la location et à sa caution. A contrario, tous les documents qui n'apparaissent pas dans cette liste doivent être considérés comme interdits. Il s'agit en général de documents qui ne sont pas indispensables, et qui portent atteinte à la vie privée du locataire.

Exemple : jugement de divorce, contrat de mariage, certificat de concubinage, dossier médical personnel sauf en cas de demande de logement adapté ou spécifique, extrait de casier judiciaire, carte d'assuré social, copie de relevé de compte bancaire ou postal, attestation de bonne tenue de compte bancaire ou postal, attestation d'absence de crédit en cours, autorisation de prélèvement automatique, RIB, chèque de réservation de logement, etc.

⚠️ Aucune somme ne peut être perçue par le propriétaire avant la signature du contrat de bail : la pratique du « chèque de réservation » avant la signature du contrat de location est interdite.

Les clauses interdites dans le contrat de location

En location vide, la loi du 6 juillet 1989 prévoit un certain nombre de clauses qui n'ont pas leur place dans un bail. Même si le locataire y consent, ces clauses sont illégales. Ainsi, le bailleur ne peut :

  • Imposer au locataire un droit de visite pendant les jours fériés ou de plus de deux heures par jour en vue de la vente ou de la relocation ;
  • Obliger le locataire à souscrire une assurance multirisque habitation auprès de la compagnie que le propriétaire aura choisie ;
  • Rendre obligatoire le prélèvement automatique sur le compte courant du locataire ;
  • S'aménager la possibilité de prélever le loyer sur le salaire du locataire dans la limite cessible ;
  • Exiger qu'en cas de dégradations locatives, le locataire s'engage à rembourser sur la base d'une estimation faite unilatéralement par le bailleur ;
  • Prévoir la résiliation du bail pour un motif autre que le non-paiement du loyer, des charges, du dépôt de garantie ou la non-souscription d'une assurance des risques locatifs, ou le non-respect de l'obligation d'user paisiblement des locaux résultant de troubles de voisinage constatés par une décision de justice ;
  • Diminuer ou supprimer, sans contrepartie équivalente, des prestations mentionnées au contrat ;
  • S'autoriser à percevoir des amendes ou des pénalités en cas de non-respect des clauses contractuelles (paiement de loyer) ou d'un règlement intérieur de l'immeuble ;
  • Interdire au locataire l'exercice d'une activité politique, syndicale, associative ou religieuse ;
  • Imposer au locataire la facturation de l'état des lieux de sortie dès lors que celui-ci n'est pas établi par un huissier de justice tel que prévu par l'article 3-2 de la loi du 6 juillet 1989 ;
  • Prévoir le renouvellement du bail par tacite reconduction pour une durée inférieure à la durée initiale du bail ;
  • S'exonérer de toute responsabilité ;
  • Interdire au locataire d'héberger des personnes ne vivant pas habituellement avec lui ;
  • Imposer au locataire le versement lors de l'entrée dans les lieux des sommes d'argent autres que la rémunération d'un intermédiaire (s'il y en a un) et le paiement du dépôt de garantie ;
  • Mettre à la charge du locataire les frais de relance ou d'expédition de la quittance, de même que les frais de procédure ;
  • Prévoir la responsabilité automatique du locataire pour toutes dégradations constatées dans le logement ;
  • Interdire au locataire de réclamer une indemnité lorsque des travaux d'une durée supérieure à 21 jours sont réalisés ;
  • Prévoir la résiliation de plein droit du bail au moyen d'une simple ordonnance de référé ne pouvant faire l'objet d'un appel ;
  • Imposer au locataire en plus du loyer d'occupation du logement, de souscrire un contrat pour la location d’équipements.

Comment faire si le locataire n'a pas d'avis d'imposition ?

L'avis d'imposition est un document couramment demandé pour évaluer la solvabilité d'un locataire potentiel. Cependant, tous les locataires ne peuvent pas le fournir pour diverses raisons : entrée récente dans la vie active, retour d'un long séjour à l'étranger, etc. L'absence d'avis d'imposition ne signifie pas pour autant que le locataire est insolvable. Si tel est le cas, il lui appartient de présenter des justificatifs attestant de revenus réguliers et suffisants.

Est-ce que l'avis d'imposition est obligatoire pour une location ?

La loi n'impose pas ce document comme obligatoire. Néanmoins, le propriétaire a besoin de s'assurer que le locataire dispose de revenus suffisants pour louer le logement. C'est pourquoi il demande souvent l'avis d'imposition. Ce dernier récapitule l'ensemble des revenus perçus par le locataire ou la caution (revenus du travail, revenus fonciers, etc.). Il permet également de confirmer la cohérence des bulletins de salaire. De plus, c'est le seul document que le propriétaire peut vérifier directement sur le site des impôts.

Glossaire :

  • Avis de situation déclarative : L'avis de situation déclarative pour une location est un document qui doit être fourni par le propriétaire à l'administration fiscale après la réception de l'avis d'imposition.
  • Vérification des avis : Il est important de vérifier les avis d'imposition pour location afin de s'assurer de la bonne application des lois fiscales.
  • Référence de l'avis : La référence de l'avis d'imposition pour la location est à trouver sur la déclaration de revenus 2042.
  • Contribuable français : Les contribuables français qui louent un bien doivent déclarer leurs loyers et leurs charges locatives sur leur avis d'imposition.
  • Démarche : Pour obtenir un avis d'imposition pour une location, il faut remplir et soumettre une déclaration de revenus au fisc français.

🗓️ Participez gratuitement aux Jeudis de l'immobilier !

Tous les jeudis à 18h, PAP organise un atelier en ligne.

29 février 2024 à 18h -
Passoire énergétique : que faire ?

Faut-il attendre, vendre ou effectuer les travaux ? Découvrez les avantages de chaque solution dans notre atelier.
- Attendre que le DPE soit vraiment fiable et que la loi soit améliorée
- Vendre : oui, mais avec quelle décote ?
- Rénover : Les travaux qui améliorent le DPE

Je m'inscris

7 mars 2024 à 18h -
Signer un contrat de location

Le contenu du contrat de location et de ses annexes :
- Le loyer et les charges : règles de fixation du loyer et fonctionnement des charges
- Les conditions : clauses indispensables et clauses interdites
- Les annexes au contrat : état des lieux et diagnostics immobiliers

Je m'inscris

14 mars 2024 à 18h -
Vendre son bien immobilier

Les étapes d'une vente et les erreurs à éviter :
- Fixer un prix de vente réaliste et attractif : comprendre le marché pour bien se positionner
- Attirer les acheteurs : présenter votre bien de manière à susciter l'intérêt
- Conclure la vente en confiance : choisir une offre et préparer la signature

Je m'inscris

21 mars 2024 à 18h -
Location vacances : comment s’y prendre ?

Mettre son bien en location vacances, c’est facile !
- Trouver des vacanciers : fixer ses tarifs, publier une offre
- Signer le contrat de location : quelles règles s’appliquent ?
- Gérer les entrées-sorties

Je m'inscris

28 mars 2024 à 18h -
Bien estimer le prix de votre logement

Les étapes clés pour estimer le prix de vente de votre bien :
- Analysez le marché local : connaître les prix pratiqués dans votre secteur
- Prenez en compte les caractéristiques du bien : atouts & défauts
- Évitez les erreurs : surestimer ou sous-évaluer votre logement

Je m'inscris
Thème :
Date :

Vous serez notifié par SMS du début de l'atelier

Cliquez sur l'email que nous venons de vous envoyer pour confirmer votre inscription !


La rédaction vous conseille