Investissements locatifs : quels plafonds de loyer et de ressources en 2022 ?

L'administration fiscale publie, très tardivement, les plafonds de loyer et de ressources des locataires à respecter en 2022 dans le cadre des investissements locatifs Denormandie, Pinel, Cosse, Duflot, Scellier, Robien, Borloo et Besson : à vos calculettes !

Investissements locatifs : les plafonds de loyer et de ressources des locataires pour 2022

L'ensemble des plafonds de loyer et de ressources des locataires des différents dispositifs d'investissement locatif à respecter pour les baux conclus en 2022 ont été publiés hier soir (Bulletin officiel des finances publiques-Impôts du 19 mai 2022).
Vous pouvez donc dès à présent consulter :

  • les plafonds de loyer et de ressources du locataire pour le dispositif Denormandie (1) en métropole et outre-mer ;
  • les plafonds de loyer et de ressources du locataire pour le dispositif Pinel (1) en métropole et outre-mer ;
  • les plafonds de loyer et de ressources du locataire pour le dispositif Duflot en métropole et outre-mer ;
  • les plafonds de loyer pour le dispositif Scellier en métropole et outre-mer ;
  • les plafonds de loyer et de ressources du locataire pour le dispositif Scellier intermédiaire en métropole et outre-mer ;
  • les plafonds de loyer pour les dispositifs Robien classique et Robien recentré ;
  • les plafonds de loyer et de ressources du locataire pour le dispositif Borloo neuf ;
  • les plafonds de loyer et de ressources du locataire pour le dispositif Cosse ancien ;
  • les plafonds de loyer et de ressources du locataire pour le dispositif Borloo ancien ;
  • les plafonds de loyer et de ressources du locataire pour le dispositif Besson neuf ;
  • les plafonds de loyer et de ressources du locataire pour le dispositif Besson ancien.

(1) A ces plafonds de loyer, il est fait application d'un coefficient multiplicateur variant en fonction de la surface du logement afin de tenir compte de la réalité du marché locatif (0,7 + 19/S), S étant la surface à prendre en compte du logement. Par ailleurs, les plafonds de loyer peuvent être localement réduits par le Préfet ; il convient de toujours consulter le site du ministère en charge du logement et l'Adil du lieu du logement.

Ces plafonds sont révisés chaque année au 1er janvier :

  • s'agissant du loyer, en fonction de l’indice de référence des loyers (IRL) du deuxième trimestre de l’année qui précède, soit pour 2022 une hausse de 0,83 % par rapport à 2021 ;
  • s'agissant des ressources des locataires, en fonction de l'évolution annuelle de l'indice des prix à la consommation hors tabac.

Pour plus de précisions quant aux ressources du locataire à prendre en compte (année de référence des ressources, modalités de prise en compte de la composition du foyer du locataire, locataires fiscalement à la charge de leurs parents, changements de situation fiscale entre l’année de référence et la mise en location) vous devez consulter le BOFIP (paragraphes 320 à 490).

Bien qu'applicables depuis le 1er janvier 2022, ces plafonds n'ont été publiés que le 19 mai ! Certes ils peuvent être calculés par tous dès lors que la méthode de calcul est connue mais cela est fastidieux et source d'erreurs... Si vous avez signé un contrat depuis le 1er janvier dernier en calculant vous-même les plafonds ou en vous fiant à un site ou à une publication ayant choisi de les communiquer, nous vous conseillons de bien revérifier vos baux et dossiers en tenant compte des chiffres officiels. La sécurité juridique, indispensable pour le succès des dispositifs d'investissement locatif, impose à l'avenir une publication plus rapide !

Ces plafonds de loyers se juxtaposent à l'encadrement à la relocation applicable en « zone tendue » et au plafonnement du loyer applicable à Paris, Lille, Lyon et d'autres communes.

Le principe des investissements immobiliers locatifs

« Besson », « Robien », « Borloo », « Scellier », « Duflot », « Pinel », « Cosse » et « Denormandie »: afin d'augmenter le nombre et la qualité des logements d'habitation mis sur le marché et ainsi lutter contre la crise du logement, les dispositifs d'incitation fiscale à l'investissement locatif dans l'ancien, l'ancien réhabilité et surtout le neuf se succèdent depuis maintenant plus d'une vingtaine d'années.

Lorsqu'un dispositif prend fin, cela signifie que tout nouvel engagement de location s'y rapportant devient impossible. En revanche, pour les baux en cours, le dispositif perdure bien évidemment aux mêmes conditions pour le temps restant à courir.

Le principe de tous ces régimes spéciaux est toujours le même : octroyer aux propriétaires bailleurs des avantages fiscaux en contrepartie d'un engagement de louer le logement vide, à usage de résidence principale, pendant une durée minimale, tout en respectant des plafonds de loyer et parfois de ressources des locataires.

Deux outils récents pour payer moins d'impôt. Deux investissements locatifs ont été récemment créés :

  • depuis le 1er janvier 2019 : le Denormandie qui vous offre jusqu’à 63.000 € de réduction d’impôt si vous réalisez un investissement locatif dans l’ancien à réhabiliter ;
  • depuis le 1er mars 2022 : Loc’Avantages. Dédié aux logement anciens, cet investissement locatif permet au bailleur de bénéficier d'une réduction d'impôt qui varie de 15 % à 65 % selon le niveau plus ou moins social du loyer et des ressources du locataire.

Source : Actualisation pour 2022 des plafonds de loyer et de ressources des locataires pour les dispositifs d'incitation fiscale à l'investissement immobilier locatif (BOFIP actualité du 19 mai 2022).

Publié par le
Juriste chez PAP.fr


Je suis locataire

Je suis propriétaire