Les plus-values immobilières

Publié par & le

Lorsque vous vendez un bien immobilier, qu'il s'agisse d'une maison, d'un appartement ou d'un terrain, vous réalisez, le plus souvent, ce que l'on appelle une plus-value immobilière. Cette plus-value peut être exonérée d'impôt (vente d'une résidence principale) ou taxée à hauteur de 36,2 % (vente d'une résidence secondaire détenue depuis moins de trente ans).

Le plus souvent, vous vendez votre bien à un prix plus élevé que celui auquel vous l'avez acheté. La plus-value est tout simplement la différence entre le prix de vente et le prix d'achat, c'est le gain réalisé lors de la revente.

Elle peut donc être élevée, voire très élevée. Aussi, elle fait l'objet de correctifs pour en diminuer le montant et pour aboutir à la plus-value imposable. Car cette plus-value va être le plus souvent taxée, sauf cas d'exonération.

En effet, aujourd'hui, vous pouvez toujours bénéficier d'un certain nombre d'exonérations dont la plus importante est celle concernant la résidence principale. Pour en savoir plus, lire notre article : Exonération lors de la vente de la résidence principale sur notre site PAP.fr.

En dehors des cas d'exonération, vous allez devoir calculer votre plus-value imposable pour déterminer ensuite le montant d'impôt à payer.

Depuis le 1er janvier 2018 : hausse des prélèvements sociaux de 1,7 points

La hausse de la CSG décidée dans la loi de financement de la sécurité sociale impacte la taxation de la plus-value immobilière. L'augmentation de 1,7 points portent les prélèvements sociaux de 15,5 % à 17,2 %.

Prenons un exemple : si vous faites une plus-value de 100.000 euros lors de la revente d’un bien acheté en l’an 2000, vous payez 13.700 euros d’impôts et prélèvements sociaux depuis 2018, contre 12.700 euros en 2017.

Depuis le 1er janvier 2018 : abattements sur les ventes de terrains constructibles

Afin de libérer du foncier et permettre la construction de nouveaux logements, la loi de finances pour 2018 a créé de nouveaux abattements sur la plus-value réalisée lors de la vente de terrains constructibles. Pour en bénéficier, il faut remplir plusieurs conditions :

  • le terrain vendu doit se situer dans une zone très tendue : il devrait s'agir des zones très tendues (les zones A et A bis) soit l'agglomération parisienne, la Côte d’Azur, la partie française de l’agglomération genevoise et certaines agglomérations ou communes où les loyers et les prix des logements sont très élevés.
  • l'acquéreur doit s'engager par une mention dans l'acte authentique à construire des logements sur le terrain cédé dans le délai de 4 ans. L'abattement dont bénéficie le vendeur est de 70 % mais il peut être porté à 85 % si les logements projetés sont des logements sociaux.

Pour en savoir plus, nous vous recommandons la lecture de notre article consacré à ces nouveaux abattements.

Calculer la plus-value immobilière

Ce dossier complet vous permet de comprendre dans le détail comment se calcule la taxation sur la plus-value lors de la vente d'un bien immobilier, mais aussi les cas dans lesquels la vente échappe à toute taxation. 

Calculez le montant de votre impôt sur la plus-value grâce à notre calculette

Votre impôt sur la plus-value

Cette calculette vous permet de calculer l'impôt sur la plus-value lors d'une vente.

Calculez votre plus-value

VIDEO : Plus-values immobilières : le sort de la résidence principale

La vente de la résidence principale est exonérée d’impôt sur la plus-value. La règle est simple, il n’y a pas d’exception, il n'y a pas d’impôt. C’est simple non ?

Voir la vidéo

VIDEO : Plus-value immobilière : comment éviter l'impôt ?

C’est un cas d’exonération que peu de vendeurs connaissent : la vente d’une résidence secondaire est exonérée d’impôt sur la plus-value si vous utilisez le prix de vente est utilisé pour acheter votre résidence principale !

Voir la vidéo

VIDEO : Plus-value immobilière : payer moins grâce aux travaux

Les travaux que vous avez réalisés sont pris en compte dans le calcul de l’impôt sur la plus-value immobilière. Plus vous en avez fait, moins vous payez d’impôts. Mais attention, tous les travaux ne sont pas concernés.

Voir la vidéo

Pour aller plus loin...

En principe, les ventes de biens immobiliers sont soumises aux droits de mutation au taux de 5,09%. Toutefois, lorsque les transactions concernent l'acquisition de logements neufs, les droits de...

Voici les cas d'exonération de la taxation des plus-values immobilières : aucun impôt ni prélèvements sociaux ne sont dus si vous vous trouvez dans l'une de ces hypothèses.

Depuis le 1er janvier 2019, la taxation des plus-values immobilières des non-résidents est allégée. Les prélèvements sociaux sont réduits pour les résidents européens.