Jeunes : quelles solutions pour acheter son logement ?

Publié par le

Acheter son premier logement quand on est jeune n'est pas forcément évident. Pourtant, les solutions existent. Découvrez comment faciliter votre acquisition avec différents dispositifs adaptés à votre situation.

 

Il est de plus en plus difficile de devenir propriétaire quand on est jeune et avec des petits revenus. C’est ce qui ressort d’une récente étude de la DREES (Direction de la recherche, études, de l’évaluation et des statistiques). En 40 ans, le nombre de jeunes ménages modestes (entre 25 et 44 ans) propriétaires est passé de 34 à 16%. Toutefois si vous avez décidé d’acheter votre premier logement, pas de panique. Suivez nos conseils pour décrocher plus facilement le précieux sésame.

Acheter un logement avec ses parents

Et si vous achetiez un logement avec vos parents ? Au lieu de vous donner de l’argent, ces derniers peuvent vous permettre de devenir propriétaire en partageant avec vous les frais d’acquisition. Comment ça fonctionne ? Concrètement vous achetez en indivision, c’est-à-dire que chacun détiendra une partie du logement, à hauteur de sa participation financière.

Vous craignez les conflits familiaux ? Signez une convention d’indivision. Ce document permet de fixer les règles précises de fonctionnement de l’indivision comme la répartition des charges, le financement des travaux mais aussi les conditions de sortie. Et si vous avez des frères et des sœurs, sachez qu’ils ne seront pas lésés. Les enfants se partagent la part de l’indivision des parents après leurs décès.

Dans l’idéal, l’indivision est une situation temporaire. Cela vous laisse le temps de vous constituer un capital pour racheter la part de vos parents dans quelques années.

Bon à savoir : vous pouvez aussi acheter en SCI (Société civile immobilière) mais cette formule est beaucoup plus contraignante car elle exige de nombreuses formalités administratives.

Demander un PTZ

Parmi toutes les aides mises en place pour aider les jeunes à financer leur premier logement, le PTZ (Prêt à taux zéro) reste l’un des plus avantageux. Ce prêt sans intérêts est accordé sous conditions de ressources. En 2017 et 2018, un couple souhaitant acheter en Ile-de-France, par exemple, doit gagner moins de 51.800 € par an pour en profiter. Le montant dépendra également de la composition de votre foyer ainsi que la zone géographique dans laquelle vous habitez.

Dans le neuf, la somme attribuée pourra représenter jusqu’à 40% du prix du logement. Dans l’ancien, le PTZ ne peut être accordé que pour les biens faisant l’objet d’un programme de rénovation, dont le prix devra représenter au moins 25% du coût total de l’opération. Même si cette condition peut paraître contraignante, elle peut également permettre de réaliser de bonnes affaires. Faites bien vos calculs !

Obtenir le prêt action logement

Vous êtes un jeune actif ? Vous travaillez dans une entreprise de plus de 10 salariés ? Demandez à votre employeur de bénéficier du prêt action logement (ancien 1% logement). Ce prêt est attribué à taux particulièrement attractif mais son montant ne peut pas dépasser 30% du prix total du logement (7.000 à 25.000 e selon l'adresse du projet). Il constitue un bon complément pour finaliser votre acquisition. Et si vous êtes en couple, sachez que chacun des membres pourra le demander et en profiter.

A retenir :  le prêt action logement est cumulable avec d’autres prêts complémentaires, comme le prêt des caisses de retraite et mutuelles complémentaires, le prêt des fonctionnaires ou le prêt des collectivité territoriales.

Solliciter son banquier

Bonne nouvelle. Les banques aiment les primo-accédants. Surtout lorsqu’ils sont jeunes. Pourquoi ? Parce que les couples de jeunes actifs sont les profils préférés des établissement bancaires, car ils représentent une clientèle d’avenir. Des clients auxquels ils pourront proposer toute une série de produits financiers.

La plupart des banques font des offres adaptées aux jeunes. Elles leur proposent des crédits longue durée. Passer de quinze à vingt-cinq ans pour un même montant emprunté fait baisser la mensualité. Ce qui permet de respecter plus facilement la règle des 33% de capacité d'endettement (votre mensualité de remboursement ne doit pas dépasser le tiers de vos revenus nets des autres charges).

De même, les crédits sans apport personnel sont aujourd'hui plus faciles à obtenir. Les banques savent que les jeunes, qui viennent d'entrer dans la vie active, n'ont pas beaucoup d'économies. Ces prêts permettent de financer le logement, mais aussi les dépenses annexes comme les frais de dossier.

Les banques proposent souvent des taux attractifs, des remises de frais de dossier, un accompagnement personnalisé, un différé de remboursement et des conditions d’assurance plus avantageuses. De nombreux établissements prêteurs vont même jusqu'à proposer des crédits complémentaires de 10.000 à 30.000 € à taux bonifié, voire sans intérêts à payer.

Profiter du PEL de vos parents

Ouvrir un plan d’épargne logement est une bonne façon de se constituer une épargne pour acheter son premier logement. Mais ces dernières années avec la baisse des taux, les avantages offerts par le PEL paraissent moins intéressants. Les PEL ouverts depuis le 1er août 2016 ne sont plus rémunérés qu’à 1%. Et ils permettent d’obtenir un taux de crédit à 2,2% alors qu’en ce moment les meilleurs dossiers obtiennent 1,30% sur vingt ans (conditions de décembre 2017).

Les PEL sont transférables à un membre de votre famille. Et il y a quelques années, les PEL affichaient des rémunérations beaucoup plus intéressantes. Vos grands-parents, vos parents ou même un frère ou une sœur peuvent donc vous faire profiter du capital qu’ils ont versé, mais également des intérêts et même de la prime versée par l’Etat. Il faut pour cela que vous-même ne soyez pas titulaire d’un PEL depuis au moins trois ans.

Penser à la délégation d’assurance

Dans le coût de votre crédit, l’assurance peut vite faire monter la facture. Alors n’oubliez pas que vous pouvez bénéficier de la délégation d’assurance. Depuis 2010, la loi Lagarde vous permet de comparer les différents tarifs d’assurance et de ne pas forcément souscrire celle proposée par votre banque. Cette solution peut vous faire réaliser de vraies économies surtout si vous êtes jeune. Les contrats groupes ne sont pas toujours adaptés aux particularités des jeunes emprunteurs.

Avec la délégation, vous pourrez plus facilement sélectionner les garanties dont vous avez vraiment besoin en fonction de votre état de santé, de votre âge et de votre situation familiale. Autre avantage, les contrats individuels permettent souvent de réduire la prime d’assurance en fonction du restant à rembourser, vous permettant de diminuer au fur et à mesure le coût de votre prêt. N’hésitez- pas à faire jouer la concurrence.

A compter du 1er janvier 2018, vous pourrez résilier votre assurance de prêt chaque année, à la date anniversaire du contrat, pour en trouver une autre moins chère et/ou plus protectrice. La nouvelle assurance devra satisfaire à 11 critères sur 18 pour que la banque prêteuse accepte cette délégation d'assurance.

Choisir la bonne ville

Il n’y a pas que l’Etat qui peut vous aider, votre ville ou votre département propose peut-être des dispositifs intéressants à destination des primo-accédants. A Marseille, les jeunes acquéreurs peuvent profiter du chèque premier logement, à Montpellier l’accession abordable permet d’obtenir un logement à un prix modéré, à Toulouse, le PTZ est majoré ; pareil à Paris avec le Prêt Paris Logement. Pour vous renseigner, rendez-vous dans votre Mairie ou au Conseil général. Votre banquier peut également trouver l’information, en principe les spécialistes des prêts immobiliers connaissent ces dispositifs locaux. 

Pour aller plus loin...

Acheter un logement occupé soumis à la loi du 1er septembre 1948 peut être une opportunité. subsiste encore a été votée. Cette loi est aujourd'hui en voie d'extinction et a vocation à disparaître

Ce qu'il faut savoir pour faire construire, rénover ou agrandir un logement sur les côtes françaises. Loi littoral, protection contre les risques naturels : les règles à respecter.

Tout savoir sur la mérule, un champignon qui dévore le bois et cause de gros dégâts au logement. Les solutions au problème, les mesures à prendre, le diagnostic mérule et la déclaration obligatoire...

Tout savoir sur les principales idées reçues dans l'immobilier. Les clichés sur les prix, le crédit, le neuf, l'ancien, la rénovation.