À quel prix louer un studio dans les villes universitaires ? 

Manuel Apruzzese
Publié par Manuel Apruzzese
le 22 juin 2023
Journaliste chez PAP.fr

Un étudiant paie environ 613 € par mois pour se loger. Un vrai budget ! Et ce n’est qu’une moyenne… Entre Paris et Poitiers, c’est le grand écart. Panorama des loyers pratiqués dans dix villes universitaires.

Panorama des prix pratiqués à la location dans dix villes universitaires françaises.
Panorama des prix pratiqués à la location dans dix villes universitaires françaises. © StefaNikolic/GettyImages

Les affectations Parcoursup closes, une nouvelle période anxiogène débute : trouver un logement, abordable si possible, pour la prochaine rentrée universitaire. Dans de nombreuses villes, cette quête s’apparente à un véritable parcours du combattant. Cette année, 936 000 étudiants se sont déjà lancés à la recherche d’un toit, soit + 14 800 par rapport à l’année dernière et 29 000 de plus par rapport à 2021.

🧑‍🎓 Se pose alors la question du loyer. En province, un étudiant dispose d’un budget de 589 € contre 860 € en région parisienne. Les étudiants qui souhaitent habiter Paris intra-muros doivent quant à eux disposer d'un budget moyen mensuel, charges comprises, de 953 €. La capitale reste la ville où se loger coûte le plus cher ; Poitiers étant la plus accessible (le rapport est d’un à trois !).

L’impact des locations touristiques se fait sentir

Le développement des locations touristiques de courte durée a fait sortir du parc locatif français des dizaines de milliers de studios. Ce type de location étant financièrement beaucoup plus rentable, les propriétaires sont tentés de louer leurs logements sur de courtes durées plutôt que de les mettre à disposition des étudiants, notamment dans les grandes métropoles et les villes touristiques.

  • À Lyon, environ 9 000 logements apparaissent sur les plateformes de location de courte durée, soit autant de moins sur le marché locatif étudiant. 
  • À Paris le parc de logements sortis du parc des locations longue durée est de 45 000.
  • À Vannes, 10 % des logements du centre-ville sont à destination des courts séjours. 
  • La mairie de La Rochelle de son côté estime à 7 000 le nombre de meublés touristiques (en hausse de 175 % en deux ans) ! Un phénomène qui augmente d’année en année et aggrave la pénurie de logements abordables pour les étudiants. Il tire également les loyers à la hausse.

🗓️  Participez à notre atelier en ligne, le jeudi 23 mai 2024 à 18h

Inscrivez-vous gratuitement à notre atelier Signer un contrat de location :
Durée : Entre 1h et 1h30 (selon vos questions !)
Animé par : Charlie Cailloux, de PAP
Réservé aux particuliers

Le contenu du contrat de location et de ses annexes :
✔️ Le loyer et les charges : règles de fixation du loyer et fonctionnement des charges
✔️ Les conditions : clauses indispensables et clauses interdites
✔️ Les annexes au contrat : état des lieux et diagnostics immobiliers

Je m'inscris
Thème :
Date :

Vous serez notifié par SMS du début de l'atelier

Cliquez sur l'email que nous venons de vous envoyer pour confirmer votre inscription !

En savoir plus

📍Les prix des studios à Paris et l’Île-de-France

La métropole parisienne compte le plus grand nombre d’établissements d’enseignement supérieur et d’étudiants. En 2022, ils étaient environ 450 000 dont une bonne moitié inscrite à Paris. Mais ici plus qu’ailleurs, la loi de l’offre et de la demande joue à plein et trouver un logement à un prix abordable relève de l’exploit.

La capitale caracole en tête des villes les plus chères. Elle affiche les loyers de studios/T1 entre 850 et 1 000 €/mois pour 20 m². Un budget pour l’étudiant et sa famille ! Certains se louent moins cher, mais il s'agit de chambres de bonne au sixième étage, sous les toits, sans ascenseur et, souvent, avec les toilettes sur le palier. Dès que la surface dépasse les 30 mètres carrés, les loyers s’envolent et franchissent la barre des 1 100 €/mois.

Face à la forte tension locative et aux loyers exorbitants des petites surfaces, de nombreux étudiants n’ont d’autre choix que de s’éloigner de Paris. Direction la première ou la deuxième couronne. Là les loyers pratiqués restent beaucoup plus abordables, mais attention au temps de transports.

👉 À Nanterre, Créteil, Champs-sur-Marne ou Saint-Denis, les loyers s’échelonnent de 740 à 671 €/mois. Règle d’or : il vaut mieux louer le long d’une ligne RER ou de métro.

  • Les chambres en résidence universitaire sont les moins chères. Les prix varient entre 400 et 800 €/mois.
  • Les studios se louent entre 600 et 1 200 €/mois.
  • Les appartements partagés (colocations) représentent une option plus abordable, avec des prix allant de 400 à 800 €/mois/personne.

GRATUIT - Créez votre dossier de location sur PAP.fr

Téléchargez vos pièces

Etudiant, salarié, retraité... Selon votre situation, nous vous indiquons les pièces à rassembler pour votre dossier.
En savoir plus

Indiquez votre situation et téléchargez les pièces que nous vous indiquons. Elles sont stockées dans un espace sécurisé. Pour envoyer votre dossier, il vous suffit ensuite de partager un lien avec les propriétaires. Fini les emails avec des pièces jointes !

Votre dossier est protégé contre l'usurpation d'identité, grâce à un filigrane apposé automatiquement sur chaque pièces.

Vous pouvez effacer votre dossier quand vous voulez, aucune donnée personnelle ne sera conservée, et les propriétaires n'auront plus accès à vos pièces.

Le label DossierFacile

Votre dossier est étudié par DossierFacile, un service de l'Etat qui valide gratuitement les dossiers de location.
En savoir plus

DossierFacile est un service de l'État qui vous accompagne dans la constitution d'un dossier de location conforme et sécurisé.

DossierFacile vérifie vos pièces, valide votre dossier et le stocke entièrement gratuitement !

Plus d'informations sur DossierFacile

Trouvez un logement !

Votre dossier prouve votre sérieux aux propriétaires. Vous pouvez l'utiliser sur toutes les plateformes.
En savoir plus

Les propriétaires traitent en priorité les dossiers complets. Grâce à votre dossier de location numérique, vous pouvez transmettre votre dossier rapidement et vous prouvez votre sérieux au propriétaire.

Les candidatures avec dossier obtiennent 5 fois + de réponse que les autres !

📍Nice

La mer d’un côté, la montagne de l’autre, Nice séduit. « Nissa la bella » n’usurpe pas sa réputation, mais la fait payer au prix fort, notamment aux étudiants. Ils sont environ 30 000 à y suivre un enseignement supérieur ainsi qu’à Sophia-Antipolis. Si son pôle universitaire n’est pas l’un des plus importants de France, la ville figure néanmoins parmi celles où trouver un studio avec un loyer abordable est le plus difficile. La préfecture des Alpes-Maritimes se place dans le trio de tête des villes proposant les studios les plus chers de l’Hexagone. Le marché immobilier pour les petites surfaces reste tendu et difficilement accessible aux budgets modestes. La location d’un studio à Nice revient en moyenne à 668 €/mois.

🙋‍♀️ Les studios aux loyers les plus élevés (entre 600 et 1 200 €/mois) se situent dans le centre-ville de Nice. Dès que l’on s’éloigne en périphérie, les prix sont compris entre 500 et 900 €/mois. Encore un peu plus loin, ils varient de 400 et 800 €/mois selon la localisation et les caractéristiques du logement.

  • Centre-ville : entre 600 et 1 200 € par mois.
  • Quartiers étudiants : Saint-Roch, Valrose, Fabron, entre 500 et 900 €/mois.
  • Banlieue : Cagnes-sur-Mer, Saint-Laurent-du-Var, Villefranche-sur-Mer, entre 400 et 800 €/mois.

📍Bordeaux

Les étudiants représentent 17 % de la population bordelaise. La qualité de vie de la belle endormie séduit depuis de nombreuses années. La ville affiche un dynamisme économique certain, les plages de l’Océan ne sont pas loin. Bref, des atouts qui font rêver bon nombre d’étudiants. Mais hors Île-de-France, Bordeaux reste la troisième ville universitaire la plus chère de France. Si tous les indicateurs sont au vert, celui du logement est orange, car être étudiant à Bordeaux coûte cher. Le loyer s’élève aujourd’hui en moyenne à 619 €/mois, soit la troisième place du podium !

  • Centre-ville : entre 500 et 900 €/ mois en moyenne.
  • Quartiers étudiants : Saint-Michel, Victoire, Saint-Augustin, Talence (proche de l'Université Bordeaux-Montaigne), entre 400 et 800 €/mois, en fonction de l'emplacement et des caractéristiques du logement.
  • Banlieue : Pessac, Mérignac ou Gradignan, entre 300 et 700 €/mois.

📍Lyon

Deuxième plus grande métropole étudiante de France (165 000 étudiants), la capitale des Gaules est aussi une ville où les loyers comptent parmi les plus élevés. Résultat, trouver un studio à un prix abordable relève également de l’exploit. Il faut compter en moyenne 618 €/mois pour un studio de moins de 30 m². Comme dans toutes les villes, les loyers varient selon l’arrondissement, l'emplacement, l’adresse et l'état du logement, les équipements et la demande du marché.

👉 Sans surprise, c’est dans le centre-ville de Lyon (Bellecour, Presqu’île, 2e arrondissement) que les loyers des studios sont les plus élevés. En moyenne, un studio dans le centre-ville de Lyon se loue entre 600 et 1 200 €/mois, selon les caractéristiques du logement. La proximité du métro tire aussi les loyers à la hausse.

👉 À la Part-Dieu (3e arrondissement), le quartier d'affaires propose des studios avec des loyers allant de 500 à 800 €/mois. Le Vieux-Lyon (5e arrondissement), quartier historique et touristique, offre des studios avec des loyers compris entre 500 et 800 €/mois. Mais attention, ils sont rares.

👉 La Guillotière reste le quartier le moins cher (entre 450 et 700 €/mois).

Direction les communes de la proche périphérie lyonnaise, comme Villeurbanne, Vénissieux, Caluire-et-Cuire, qui présentent des loyers plus abordables. Les studios affichent des loyers entre 500 € et 900 €/mois. Plus loin, les prix varient entre 400 et 800 €/mois, en fonction de la localisation et des caractéristiques du logement.

Recherchez un bien à louer

📍Marseille

Deuxième plus grande métropole de France, avec ses 868 000 habitants, la cité phocéenne compte 80 000 étudiants. Innovante, en plein renouveau, Marseille accueille de plus en plus d’étudiants. Le coût des logements s’ajoute à ses nombreux atouts. Les T1, très recherchés, se louent en moyenne autour de 550 €.

👉 C’est dans le centre-ville de Marseille que les loyers restent les plus élevés, entre 500 et 800 €/mois comme sur le Vieux-Port ou la Canebière. Au Panier, quartier historique, on peut trouver des studios avec des loyers compris entre 450 et 700 €/ mois. 

👉 À La Joliette, à deux pas Vieux-Port, ils se situent dans une fourchette de prix similaire à celle du centre-ville, soit entre 500 et 800 €/mois. 

👉 Au Prado, à deux pas des plages, les loyers s’échelonnent de 450 à 700 €/mois. Dans les quartiers périphériques ou moins centraux, ils descendent entre 400 et 600 €/mois. Les appartements situés près des universités, comme celle d'Aix-Marseille, sont plus chers en raison de la proximité des campus.

  • Centre-ville : de 500 à 900 €/mois
  • Quartiers périphériques : entre 350 et 700 €/mois.

📍Lille

La poursuite des études supérieures à Lille concerne 120 000 étudiants dans une métropole de plus d’un million d’habitants. Très accessible, proche de Paris, Bruxelles ou Londres, la ville bénéficie d'un réel capital sympathique. Un studio vide en bon état se loue environ 551 €/mois. Lille ne déroge pas à la règle, le centre-ville est le secteur le plus recherché donc le plus cher. Les secteurs de Lille Centre, Gambetta et Vauban sont pris d’assaut par les futurs étudiants ou les jeunes actifs. Les loyers y sont les plus élevés. Les studios étudiants à Lille peuvent coûter entre 450 € et 700 €/ mois.

  • Centre-ville : entre 450 et 700 €/mois.
  • Quartiers périphériques ou moins centraux : entre 350 et 550 €/mois.
  • Près des universités ou des grandes écoles : les loyers peuvent être légèrement plus élevés en raison de la proximité des campus.
En province, un étudiant dispose d’un budget de 589 € contre 860 € en région parisienne. © PAP

📍Montpellier

La capitale de l’Occitanie n’est pas meilleur marché. Elle se situe à la neuvième position du palmarès des villes françaises où les studios sont les plus onéreux. Son climat favorable, sous le soleil méditerranéen, la proximité de la mer, sa vie nocturne promettent une vie étudiante intense à qui souhaite y poursuivre ses études dans le supérieur. Il faut cependant compter en moyenne 548 €/mois de loyer pour un studio/T1 de moins de 30 m². 

👉Les studios dans le centre-ville de Montpellier se louent entre 500 et 800 €/mois.

👉 L'Écusson, le quartier le plus connu et le plus animé de Montpellier, reste le centre névralgique de la vieille ville, mais c’est aussi le plus cher. Les studios se situent entre 500 € 800 €/mois.

👉 Non loin de là, dans le quartier moderne d’Antigone et à Port-Marianne, les loyers sont identiques. À noter que la construction d’un nouveau campus au sud de Montpellier, près de la gare TGV, s’accompagne de la création de logements destinés aux étudiants. De quoi encourager la baisse des prix des loyers dans l’ancien.

  • Centre-ville : entre 500 et 800 € /mois.
  • Quartiers périphériques ou moins centraux : entre 350 et 700 €/mois.

📍Nantes

Selon le magazine spécialisé l’Étudiant, qui passe chaque année au crible toutes les villes étudiantes de France, Nantes est 8e au classement 2022-2023 des villes étudiantes de France. Nantes est ainsi la ville la plus chère de la région des Pays-de-la-Loire. Un studio coûte en moyenne 542 €/mois. Les loyers pratiqués restent moins élevés qu’à Bordeaux, Toulouse ou Montpellier. Comme partout ailleurs, les prix de location des studios à Nantes varient en fonction de différents facteurs tels que l'emplacement, la taille, l'état, les équipements et la demande du marché.

👉 En centre-ville (Bouffay), les studios se louent entre 500 et 800 €/mois.

👉 L’île de Nantes est moins chère, mais le charme n’est pas au rendez-vous. Il faut compter entre 450 et 700 €/mois. Situé sur la pointe nord-ouest de l’Île de Nantes et aménagé autour des anciennes friches industrielles d’Alstom, le quartier de la Création est « the place to be ». Véritable campus urbain à ciel ouvert, c’est le secteur le plus en vogue du centre-ville de Nantes.

  • Quartiers périphériques de Doulon, Malakoff, Saint-Donatien ou Bellevue : entre 300 et 600 €/mois
  • Quartiers Universités (Saint-Félix, Jonelière) : entre 400 et 650 € /mois.
  • Quartiers populaires comme l’Île de Nantes, Saint-Donatien ou Saint-Félix : entre 350 et 700 €/mois.

📍Toulouse

La ville rose compte 130 000 étudiants. Mais ne dispose que de 29 résidences universitaires sur l’ensemble de la ville qui sont prises d’assaut. Les places étant comptées, les étudiants n’ont d’autre choix que se tourner vers le parc privé. Il faut compter en moyenne 537 €/mois pour un studio.

👉 Les loyers peuvent monter plus haut dans l’hypercentre de Toulouse (Capitole, Wilson, avenue Alsace-Lorraine). 

👉 Proche du centre-ville, le quartier Saint-Cyprien est moins cher. Les loyers se situent généralement dans une fourchette de 350 à 600 €/mois. 

👉 Compans-Caffarelli, situé à deux pas du campus de l'Université Toulouse 1 Capitole propose de nombreux studios adaptés aux étudiants. Les loyers s’échelonnent de 400 à 650 € /mois. Pour les étudiants de l'Université Paul-Sabatier à Rangueil, les loyers des studios se situent dans une fourchette comprise entre 350 et 600 €/mois. 

👉 Enfin, à Jolimon, l’offre des studios est relativement abordable. Les loyers dans cette zone peuvent aller de 300 à 550 € par mois.

  • Centre-ville : de 400 à 700 €/mois
  • Quartiers périphériques : de 300 à 500 €/mois
  • Proximité des campus universitaires : de 300 à 600 €/mois.

📍Poitiers

Toujours selon le magazine spécialisé l’Étudiant, Poitiers arrive en tête des grandes villes universitaires françaises où il fait bon vivre. À mi-chemin entre Paris et Bordeaux, la capitale poitevine cumule de nombreux atouts. Elle offre une gamme de formations variée, un bon taux de réussite en licence, mais surtout une offre locative accessible. Force en effet est de reconnaître que les loyers pratiqués sont parmi les plus bas de l’Hexagone. Pour un studio, la moyenne s’établit à 371 €. Naturellement, des variations existent selon la localisation.

👉 Avec ses rues piétonnes, ses bars et ses commerces, le centre-ville autour de la mairie et de la préfecture est le plus recherché. Les studios étudiants s’y louent entre 300 et 600 €/mois en moyenne, en fonction des caractéristiques du logement. 

👉 Dans les quartiers proches des universités comme celui de la Demi-Lune, les loyers rencontrés varient entre 250 et 500 €/ mois, selon l'emplacement et les caractéristiques du logement.

👉 Dès qu’on s’éloigne un peu vers Migné-Auxance, Buxerolles, Saint-Benoît ou le Futuroscope, les prix sont encore plus abordables. Entre 200 et 400 €/mois.

🧑‍🎓 Les prix des studios dans les autres villes universitaires

  • Aix-en-Provence : 615 €/mois
  • Amiens : 451 €/mois
  • Grenoble : 526 €/mois
  • Nantes : 542 €/mois
  • Orléans : 452 €/mois
  • Reims : 453 €/mois
  • Rennes : 530 €/mois
  • Rouen : 482 €/mois
  • Strasbourg : 537 €/mois
  • Tours : 450 €/mois

Comment trouver un garant ?

Pas de caution, pas de location ! Pour monter son dossier de location, un garant doit se porter caution. Il s’engage à payer votre loyer en cas de défaillance. Si vous n’en avez pas, pensez au dispositif VISALE, une caution locative gratuite pour louer un appartement ou une chambre en résidence universitaire qui proposent des équipements et des services de qualité. Côté pratique, inutile de connaître son adresse pour obtenir son certificat d’éligibilité VISALE. Il est donc vivement conseillé d’anticiper !

Quelles aides pour louer un logement ?

La Caisse Allocation Familiale (CAF) propose plusieurs solutions : l’APL (Aide personnalisée au logement) et l’ALS (Allocation de logement sociale), deux dispositifs non cumulables. Pour bénéficier de l’APL, il faut être locataire ou sous-locataire d’un logement conventionné qui remplit les critères de décence et ne pas dépasser un certain plafond de revenus. L’Allocation de Logement Sociale (ALS) concerne les étudiants qui ne peuvent pas bénéficier des APL ou qui sont locataires ou sous-locataires d’un logement non conventionné.

Action Logement propose l’Aide Mobili Jeune. Ce dispositif prend en charge une partie du loyer des élèves en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation au sein d’une entreprise privée non agricole. En complément, l’Avance Loca Pass endosse le dépôt de garantie à verser au propriétaire.


🗓️ Participez gratuitement aux Jeudis de l'immobilier !

Tous les jeudis à 18h, PAP organise un atelier en ligne.

25 avril 2024 à 18h -
Vendre son bien immobilier

Découvrez nos conseils et services pour réussir votre vente :
- Préparer la vente : estimation par un expert PAP, photos pro, visite virtuelle
- Trouver un acheteur : créer une annonce vendeuse, filtrage des contacts par PAP, panneau A vendre
- Conclure la vente : choisir une offre et préparer la signature

Je m'inscris

2 mai 2024 à 18h -
Trouver le bon locataire

Sélectionner le locataire idéal est essentiel lors de la location de votre logement.
- Publier une annonce : les informations importantes et les mentions obligatoires
- Traiter les candidatures : les pièces à demander, comment pré-sélectionner
- Choisir et garder le bon locataire : comment faire ?

Je m'inscris

23 mai 2024 à 18h -
Signer un contrat de location

Le contenu du contrat de location et de ses annexes :
- Le loyer et les charges : règles de fixation du loyer et fonctionnement des charges
- Les conditions : clauses indispensables et clauses interdites
- Les annexes au contrat : état des lieux et diagnostics immobiliers

Je m'inscris

La rédaction vous conseille