Pour Matthieu, vendre seul est une affaire sérieuse

Publié par le

« Je ne voulais pas que des frais d’agence jouent sur le prix de mon appartement et influent sur mon projet d’acquisition. En revanche, vendre seul est une affaire sérieuse qui n’aime pas le bricolage. »

1) Pouvez-vous me parler de cet appartement que vous avez vendu ?

J’ai acheté cet appartement voilà un peu plus de deux ans. C’est un deux pièces de 57 m², situé dans un immeuble Art Déco des années 30. Je l’ai fait entièrement rénover. Davantage par goût et dans un souci de mise aux normes actuelles, car il était parfaitement habitable.

Je l’ai trouvé grâce à PAP. Déjà. Je me souviens avoir reçu une alerte par e-mail. L’ancien propriétaire n’avait pas publié de photos : un texte, un prix, c’est tout. C’est certainement la raison pour laquelle il n’a pas été assailli d’appels. Ça a été ma chance. J’ai été le premier à le visiter, le premier à faire une offre qui a été acceptée dans la journée.

Entretemps, j’ai rencontré mon épouse. Il nous fallait plus grand. J’étais persuadé qu’il se vendrait rapidement. Nous n’étions donc pas contraints de vendre pour acheter. Le bien trouvé, nous avons mis en vente.

2) Comment ?

Seul. Je ne voulais pas que des frais d’agence jouent sur le prix de mon appartement et influent sur mon projet d’acquisition. En revanche, vendre seul est une affaire sérieuse qui n’aime pas le bricolage.

J’ai commencé par faire une analyse poussée des prix du marché pour fixer le mien, en consultant les sites d’annonces et la presse spécialisée.

Une fois le prix fixé, j’ai constitué un dossier complet. Il comprenait les diagnostics, les procès-verbaux d’assemblée générale de copropriété, les plans, et tout ce qui pouvait intéresser l’acquéreur que j’avais été peu de temps avant.

Je m’étais donné trois semaines. Trois semaines pour voir, jauger le marché, mon prix, et si besoin rapidement rectifier le tir.

Pourquoi avoir choisi PAP ?

Cela s’est fait en deux temps, car j’avais d’abord fait le choix de mettre mon annonce à la fois sur Le Bon Coin et sur PAP. J'ai rédigé mes deux annonces un dimanche. Celle sur Le Bon Coin a été validée disons immédiatement, j’imagine par un ordinateur. Mais l’autre, seulement le lundi, par quelqu’un de chez PAP. Ce décalage de 24 heures a été décisif.

Car dès la parution sur Le Bon Coin, j’ai été pollué par un nombre considérable d’appels d’agents immobiliers, mais surtout de chasseurs et de mandataires indépendants. Rien ne les arrêtait : ni la phrase demandant aux professionnels de s’abstenir, ni l’heure tardive un dimanche soir. J’ai alors stoppé la parution dans la foulée et suis resté concentré sur PAP. Tout ça m’allait finalement très bien. Je vous connaissais en tant qu’acheteur et aussi en tant que bailleur. Je loue un appartement par votre intermédiaire, je savais les clients sérieux et j’ai pu de nouveau le vérifier. Tous les acheteurs qui me contactaient étaient plus qualifiés. C’est-à-dire réellement à la recherche d’un appartement à acheter. Je ne dis pas qu’il n’y avait pas d’agences dans le lot, mais compte tenu du sérieux des premiers, je me suis dit que ça faisait partie du jeu…

Pouvez-vous nous dire comment la vente s’est déroulée ?

Mon annonce était claire, sans pièges ; les photos soignées, sans artifices. J’ai programmé des visites sur trois soirs. L’appartement n’est pas grand. Elles duraient 5 minutes quand les clients n’étaient pas emballés. Une quinzaine, avec un détour par la cave, quand ils montraient de l’intérêt. Je parlais assez peu. Je trouve ça désagréable quand je me situe côté acheteur.

Les premières visites étaient intéressantes, mais pas d’offre ferme. Le cinquième jour, j’ai reçu une offre au prix, sans la moindre négociation. Tout ça est allé très vite.

Quel est le plus de PAP pour vous ?

Votre spécialisation. Je me suis rendu compte que la « qualité », entre guillemets, des acquéreurs que je recevais, venait du fait que vous touchiez une population très ciblée, qui n’est pas perturbée par des annonces qui n’ont rien à voir avec l’immobilier. Et de ce fait, cela fait de vous une référence sur le marché.

Pour aller plus loin...

Etre suivis par un conseiller compétent et à l'écoute fut une très bonne surprise. Ça nous a permis de franchir le pas sereinement. Ce fut une expérience agréable, très peu chère et surtout humaine.

Nous avons vendu en 15 jours. C'est la qualité des acheteurs qui explique pourquoi ça a été si rapide. Et puis, les photos professionnelles et la gestion de tous nos contacts nous ont apporté ce que...

« Nous voulions retrouver la maîtrise. En nous disant que nous n'étions peut-être pas des professionnels mais que nous serions les mieux placés pour le vendre. Nous avons suivi vos conseils. Notre...

« Je suis commerçante de profession. Vendre ne me pose aucun problème. Sauf que c'était ma maison, avec son histoire, mon vécu. Je ne pensais pas être à même d'en parler de manière détachée. »