Catherine a réussi à vendre seule la maison de sa vie

Publié par le

« Je suis commerçante de profession. Vendre ne me pose aucun problème. Sauf que c’était ma maison, avec son histoire, mon vécu. Je ne pensais pas être à même d’en parler de manière détachée. »

Parlez-moi de cette maison que vous venez de vendre à Bondy (93) ?

C’est la maison de ma vie. Tout simplement. Mes parents en ont fait l’acquisition dans les années 60. J’y ai grandi, je l’ai aimée mais je ne pouvais pas la garder. Cela aurait nécessité beaucoup d’entretien, des frais, tout ça pour l’habiter quelques semaines par an ? Non. Nous avons bien songé à la louer, mais après réflexion, il valait mieux tourner la page. Cette maison est située dans le sud de Bondy, à la limite de Villemonble, dans un quartier pavillonnaire.

Qu’est-ce qui vous a amenée à vendre en passant par PAP ?

Je suis commerçante de profession. Vendre ne me pose aucun problème. Sauf que c’était ma maison, avec son histoire, mon vécu. Je ne pensais pas être capable d’en parler de manière détachée. C’est la raison pour laquelle j’ai choisi de signer plusieurs mandats avec des agences. Ce fut une très mauvaise expérience, vraiment. Je ne veux pas donner l’impression de toutes les cataloguer, alors que quelques-unes, plus intimes, plus humaines, ont été correctes. Mais le comportement des grandes enseignes, leurs pratiques, leur façon de travailler m’ont profondément déçue et mise en colère. Par exemple, après avoir signé le mandat, l’une d’elles a organisé un rendez-vous avec ses collaborateurs. Ils avaient besoin de visiter la maison pour pouvoir la présenter à leurs clients, ce qui est tout à fait normal. Sauf qu’ils étaient 25 ! Il y en avait partout, dans toutes les pièces ! 25 personnes… pour ne m’amener qu’un seul acheteur. J’ai donc décidé de m’en occuper seule, avec PAP, que je connaissais déjà pour avoir rapidement vendu un appartement à Nice voilà plusieurs années.

Comment s’est passée la vente de votre maison ?

J’avais choisi la formule qui court sur une année pour plus de sécurité. Je pensais avoir des difficultés, la maison est ancienne, nous étions en plein hiver… mais pas du tout ! J’ai reçu beaucoup d’appels et organisé une quarantaine de visites. Toutes avec des clients sérieux, en recherche active, qui n’étaient pas là pour la balade du dimanche.

Les acheteurs ont eu un coup de foudre. Ils l’ont visitée trois fois, ont fait faire des devis pour l’électricité et la peinture qu’il fallait revoir. J’ai finalement accepté une offre au prix de 280.000 €, soit 30 000 € au-dessus de l’estimation des agences qui l’avaient dévalorisée avant même de l’avoir vue.

Avez-vous des astuces à donner à quelqu’un qui envisagerait de vendre sur PAP ?

Garder le sourire ! Même quand votre bien est critiqué. Je sais que pour l’acheteur c’est un moyen de justifier une éventuelle baisse de prix, mais ce n’est pas toujours évident à entendre. Il faut être patient et calme.

Pendant les visites, je faisais un premier tour de la maison avec eux. Là j’abordais les questions techniques, les sols, le chauffage, la chaudière neuve, la serre, le jardin. Puis je les laissais visiter seuls. Ce n’est qu’à la fin que nous abordions les détails pratiques : le voisinage, les commerces de proximité, les transports. En les raccompagnant, je leur disais que s’ils désiraient revoir la maison, la porte serait toujours grande ouverte.

C’est quoi le plus de PAP pour vous ?

Le professionnalisme du service clients. On m’a aidé à rédiger le texte de mon annonce. Si j’avais une modification à faire, je préférais appeler. Tout le monde a toujours été disponible, aimable, à l’écoute et patient.

Pour aller plus loin...

Agnès a fait des pieds et des mains pour obtenir cet appartement. A l'époque les annonces de PAP paraissaient le jeudi, sur papier. Quinze ans après et l'arrivée d'un enfant, elle a déposé son...

« J'ai fait appel à votre service évaluation qui m'a fourni une estimation précise en moins de 48 h. Un mois après, j'ai accepté une offre à ce prix-là. »

« Nous avons (…) décidé de mettre notre maison sur PAP à la fin du mois de mars 2018 et avons tout de suite reçu plus de contacts qu'en un an avec quatre agences ! »

Marx Dormoy, dans le 18e arrondissement de Paris, est un quartier populaire, vivant, mais que tout le monde n'affectionne pas. Felicity N. le savait quand elle a mis en vente son appartement, un type...