Rédiger son testament seul ou faire appel à un notaire ?

Charlie Cailloux
Mis à jour par
le 6 février 2014
Juriste chez PAP.fr

Le testament permet de disposer de ses biens et d'organiser sa succession après sa mort. Toutefois, pour qu'il soit reconnu, le rédacteur doit avoir respecté un formalisme propre à la nature du type de testament choisi.

© Gergely Bényi - Fotolia.com

Le testament est un acte par lequel une personne choisit de régler la transmission de ses biens après sa mort. Par testament, le rédacteur peut réaliser des legs, c'est-à-dire qu'il désigne la (ou les) personne(s) qui recevront tout ou partie de son patrimoine à son décès. Dans la mesure où il respecte les réserves prévues par la loi, le testateur peut disposer de son patrimoine comme bon lui semble. Ce qui risque de mettre sur les dents les curieux et les jaloux.

C'est la raison pour laquelle l'existence même du testament est souvent laissée secrète. Les dernières volontés sont intimes. Le testament ne contient pas seulement des legs, avec des conséquences patrimoniales, il peut contenir des dispositions sur la reconnaissance d'un enfant naturel, la désignation de la personne qui prendra soin de ses enfants en cas de décès accidentel ou l'organisation des obsèques.

Mais surtout, si tout le monde connaît son existence, son contenu et l'endroit où il est déposé, il y a un risque que le testament soit perdu et même détruit par des personnes mal intentionnées.

La rédaction du testament doit obéir à des exigences de forme pour que celui-ci puisse trouver à s'appliquer. Ces exigences ont pour but de prouver que le testament est bien un acte de volonté et de disposition provenant du testateur. Il est possible de rédiger seul son testament, mais le recours à un notaire permet de sécuriser l'acte.

Testament olographe :  les conditions de validité du testament olographe

Le testament olographe doit être écrit entièrement de la main du testateur, daté et signé par lui. C'est la seule condition requise par l'article 970 du Code civil. A défaut, le testament serait nul.

Le testament laissé sur une cassette vidéo ou audio, le testament verbal ou tapé à la machine sont nuls en principe. Cependant, dans certains cas, les juges se montrent cléments et tentent de sauver le testament.

C'est le cas lorsque la date n'est pas claire. Les juges procèdent par indices pour déduire la date d'édition du testament. Ils prononceront la nullité si les indices ne permettent pas de dater le testament.

Conseils pour rédiger seul un testament valable

Le testament est un acte juridique, il doit produire des effets de droit. La rédaction du testament ne doit pas laisser de doute sur la nature de l'acte. Il est recommandé d'introduire l'acte par une formule non équivoque : « Ceci est mon testament ». Par cette seule formule, vous signifiez que vous entendez créer des effets de droit.

Pour procéder à des legs, il faut bannir tous les tournures qui pourraient être sujettes à interprétations. Pas de conditionnel, il vaut mieux utiliser le présent de l'indicatif. « J'aimerais léguer... » doit être remplacé par : « Je lègue... ». Les biens et les légataires doivent être clairement désignés.

Il est toujours possible et recommandé de demander conseil à un notaire pour la rédaction du testament, notamment si la situation familiale du testateur est complexe (remariage, enfants issus de différents lits).

Conserver le testament par ses propres moyens

Conserver son testament est risqué à plus d'un titre. D'abord, si personne ne connaît l'existence du testament ni où il se trouve, il y a de fortes chances qu'il ne soit pas découvert à temps. Si le testateur a prévu des dispositions à prendre rapidement, comme l'organisation de ses funérailles, elles ne seront pas appliquées. En outre, si le testament est découvert après la succession, il faudra procéder de nouveau à la liquidation, avec toutes les contraintes que cela engendre.

C'est la raison pour laquelle il est recommandé de ne pas laisser son testament chez soi. Le risque de perte ou de destruction est trop important. Le testateur peut déposer son testament auprès d'un tiers, mais ce n'est pas sans risques.

  • la remise du testament à un proche peut être une bonne solution, à condition d'avoir une confiance absolue en la personne du dépositaire ;
  • le dépôt du testament dans le coffre d'une banque offre une bonne sécurité. En revanche, le déblocage du coffre par la banque exige une procédure et des délais, et le testament risque d'être disponible tardivement.

Déposer le testament olographe chez le notaire pour plus de sécurité

Dans ces conditions, la meilleure solution est de déposer le testament chez le notaire.

Sur demande expresse du testateur, le notaire fera mention de l'existence du testament au fichier central des dispositions de dernières volontés. Lors du décès du testateur, le notaire en charge de la succession interrogera ce fichier et retrouvera le lieu où il a été déposé.

En présentant le certificat de décès, les tiers pourront également interroger le fichier et savoir si un testament a été rédigé. En revanche, ils ne pourront accéder au contenu du testament.

Testament authentique ou mystique : passage obligé chez le notaire

Testament authentique : dicté au notaire et déposé

Le testament authentique est un testament reçu par un notaire ou deux notaires assistés de deux témoins.

Le testateur dicte au notaire son testament, le notaire l'écrit ou le fait dactylographier. Il pose des questions et aide le testateur à formuler le testament afin que l'acte reflète le plus fidèlement et le plus clairement les volontés du testateur.

Une fois rédigé, le testament est relu par le notaire, signé par le testateur et les deux témoins.

En tant qu'acte authentique, le testament est quasiment incontestable. Il est ensuite déposé chez le notaire. La déposition du testament au fichier central de déposition des dernières volontés est effectuée par le notaire sur demande expresse du testateur.

S'il est plus sécurisé que le testament olographe, le testament authentique a un coût : environ 150 €.

Testament mystique : rédigé, cacheté, scellé et déposé

Le testament mystique est peu utilisé. Il se présente comme un compromis entre le testament olographe et le testament authentique. Il permet de garder secrètes ses dernières volontés mais en s'assurant des garanties notariales.

Le testament est rédigé à la main ou à la machine, et signé. L'acte, présenté sous pli cacheté et scellé, est remis au notaire. Deux témoins sont présents.

Le notaire établit un acte de suscription de testament soit sur le papier qui contient le testament, soit sur l'enveloppe qui le renferme. Cet acte est signé par le testateur, les deux témoins et le notaire.

Le fichier central des dépositions de dernières volontés

Lorsqu'une personne décède, sa succession s'ouvre et la famille ne sait pas toujours si le défunt a établi un testament, s'il a été déposé chez un notaire et chez quel notaire. La recherche du testament éventuel est longue.

En 1979, un fichier central des dispositions de dernières volontés (FCDDV) a été mis en place. Son objectif est de centraliser l'information sur l'existence de testaments déposés chez un notaire en France.

Les particuliers peuvent accéder au fichier sur production de l'original de l'acte de décès. Ce service coûte 15 €.

Les conditions techniques de sa consultation en ligne garantissent une totale confidentialité des informations contenues dans le fichier.

Le fichier expose les informations suivantes :

  • l'existence d'un testament ;
  • la date de son dépôt ;
  • le notaire qui le détient.

En revanche, aucun information sur le contenu de l'acte n'est dévoilée.

L'inscription du testament sur le fichier central des dispositions de dernières volontés (FCDDV) est réalisée par le notaire sur demande du testateur.


La rédaction vous conseille


Je suis locataire

Je suis propriétaire