Comment bien choisir sa porte de garage ?

Publié par le

Une porte de garage se choisit selon des critères précis. Elle doit être avant tout fonctionnelle mais également esthétique afin de s'intégrer au mieux au bâti.

On n'achète pas une porte de garage au hasard. Parce qu'elle représente un investissement financier important, parce qu'on l'utilise tous les jours et qu'elle doit être à la fois pratique et esthétique, elle mérite d'être choisie avec soin. L'idéal pour ne pas se tromper ? Trouver un système qui soit facile à manier et bien intégré au bâti existant. Voici cinq conseils pour vous guider dans vos achats.

1/ Faites preuve de bon sens

Premier critère à prendre en considération : l'ouverture. C'est elle qui va déterminer le confort d'utilisation. Pour éviter les erreurs, étudiez bien l'implantation de votre garage. Est-il en pente ? Donne-t-il directement sur une rue passante ? Avez-vous du recul de part et d'autre de la porte ? Autant d'interrogations qui vous permettront de choisir l'un des cinq modèles disponibles sur le marché.

Les portes sectionnelles Elles se composent de plusieurs panneaux articulés qui s'ouvrent vers le plafond en coulissant sur deux rails horizontaux et deux rails verticaux. Avantages : elles collent aux parois du garage. C'est la solution idéale pour les petits espaces. Qui plus est, elles sont facilement motorisables.

Les portes enroulables Elles sont réalisées à partir de lames agrafées entre elles qui s'enroulent dans un coffre à la manière d'un gros volet roulant. C'est parfait pour gagner de la place et tout à fait compatible avec une motorisation.

Les portes basculantes Elles comportent un panneau unique qui bascule vers le haut et qui vient se loger parallèlement au plafond. Elles se déclinent en deux versions. D'abord, les portes basculantes à bras d'équilibrage. Encore appelées « basculantes débordantes », elles s'ouvrent et se ferment grâce à des rails de guidage situés le long des deux murs de côté. Elles sont solides, sûres, faciles à manier. Revers de la médaille, elles sont peu adaptées en bordure de la voie publique car elles débordent sur l'extérieur. Deuxième catégorie : les portes basculantes dites à « contrepoids ». Comme leur nom l'indique, le panneau d'ouverture bascule grâce à un système de contrepoids intégré au châssis qui ne nécessite pas de rails de guidage. Points forts : le mécanisme est invisible et la porte ne nécessite aucun débord sur l'extérieur.

Les portes coulissantes. Elles coulissent sur un rail le long du mur. Avantage : elles ne débordent pas sur l'extérieur. Inconvénient : aucun obstacle ne doit gêner le refoulement à l'intérieur.

Les portes battantes. Simple ou double, le vantail s'ouvre sur l'extérieur. Ce qui libère totalement l'espace dans le garage mais suppose d'avoir beaucoup de place à l'extérieur.

Les portes pliantes. Elles s'ouvrent à la manière d'un accordéon. Pratiques et esthétiques, elles ne permettent pas la motorisation et nécessitent un encombrement important dans le garage.

2/ Choisissez des matériaux adaptés

Plusieurs matériaux permettent de réaliser des portes de garage. Votre choix se fera selon le niveau d'isolation et de sécurité que vous souhaitez obtenir. Il dépendra aussi de l'harmonie d'ensemble avec la maison (clôture, porte d'entrée...).

Le bois. Bon isolant, le bois résiste bien aux intempéries. Mais il réclame de l'entretien (deux couches de lasure une fois par an) et doit être traité IFH (insecticide, fongicide, hydrofuge). Généralement assez lourd, c'est un matériau qui se prête mal à la motorisation.

L'acier. Résistant, disponible dans de nombreux coloris, il doit être traité avec un anticorrosif pour ne pas rouiller. Autre point à surveiller : l'isolation. Privilégiez (même s'ils sont plus chers) les modèles à double paroi avec un isolant intégré, type mousse de polyuréthane injecté.

L'aluminium. Résistant (certains fabricants garantissent leurs modèles à vie), ce matériau léger ne rouille pas et ne réclame aucun entretien. Malgré un prix souvent un peu élevé, il est idéal pour la motorisation. Là encore, préférez les modèles dotés d'une mousse de polyuréthane isolant.

Le PVC. Bon marché, léger, sans entretien, c'est le matériau le plus utilisé. Malheureusement, les couleurs ne tiennent pas toujours très bien dans le temps, surtout au soleil.

3/ Privilégiez l'harmonie

Les critères esthétiques pèsent lourd dans le choix d'une porte de garage. Conscients du problème, les fabricants déclinent aujourd'hui leur offre dans une large palette de coloris et de finitions. Certains proposent même d'assortir votre porte de garage avec la porte d'entrée, le portail et le portillon. Concernant les panneaux de la porte de garage, quatre grandes catégories se partagent le marché.

Les panneaux lisses. Leur esthétique est irréprochable. Ils conviennent bien aux façades contemporaines. Les nuances les plus à la mode sont le gris et le taupe.

Les panneaux à rainures. Ces dernières peuvent être horizontales ou verticales et plus ou moins espacées.

Les panneaux à cassettes. Ils se composent de plusieurs petits rectangles ou carrés sculptés. Ce sont les modèles les plus utilisés en rénovation.

Les panneaux à hublot. Un peu démodés, ils offrent pourtant l'avantage d'apporter un éclairage naturel au garage. Pour une intégration parfaite, l'idéal est de choisir un modèle dont la couleur et les matériaux se marient bien avec la maison. N'hésitez pas à assortir la teinte des volets (bleu, rouge, vert...) à celle de la porte du garage. C'est une manière très efficace de donner un coup de jeune à une façade. À noter : certains fabricants de fenêtres se sont associés à des fabricants de portes de garage pour proposer des modèles parfaitement coordonnés. Mêmes motifs, mêmes couleurs : l'harmonie est parfaite !

4/ Pensez à la motorisation

Si vous achetez une nouvelle porte de garage, choisissez-la directement avec une motorisation intégrée. Vous n'aurez ainsi plus besoin de descendre de voiture pour ouvrir la porte. Mais soyez attentif au moment de faire votre choix. Car tous les modèles n'ont pas le même niveau de rapidité, ni le même niveau sonore. Il existe plusieurs moteurs selon le type de porte.

La motorisation à chaîne, à courroie ou à vis sans fin. Elle se fixe au plafond et s'adapte en fonction du poids et de la hauteur de la porte.

La motorisation à crémaillère. Le moteur accompagne le déplacement de la porte en se déplaçant le long d'un rail.

La motorisation tubulaire axiale. Elle ne se pose que sur les portes de garage à enroulement. Son fonctionnement est le même que celui d'un volet roulant.

La motorisation à bras. Des bras articulés tirent les battants de la porte, comme pour un portail. Question sécurité, la motorisation offre bien des avantages. Elle assure le verrouillage automatique de la porte une fois fermée. En cas d'effraction, certains moteurs exercent une contrepoussée. Un éclairage automatique peut également être mis en place. Enfin, n'oubliez pas qu'une fois motorisées, les portes de garage peuvent être pilotées grâce à la domotique. Elles peuvent s'ouvrir et se fermer à distance via une télécommande ou un smartphone.

5/ Respectez votre budget

En matière de porte de garage comme dans bien d'autres domaines, les prix peuvent s'envoler très vite. Alors, fixez-vous un budget raisonnable et essayez de vous y tenir. Les premiers prix se rencontrent sur des modèles en PVC. Comptez entre 350 et 3.000 € la porte. L'aluminium est également un matériau très compétitif. Les offres démarrent à 300 €. Les modèles en bois sont un peu plus chers (à partir de 700 €). Enfin, c'est l'acier qui réclame le budget le plus important. Les modèles à double paroi, les plus isolants, sont accessibles à partir de 1. 200 €.

Pour aller plus loin...

L'Agence nationale de l'habitat (Anah) subventionne les travaux d'amélioration de l'habitat. En 2019, les propriétaires, bailleurs et copropriétés peuvent, sous conditions, bénéficier d'aides...

Six conseils pour éviter de vous faire cambrioler pendant vos vacances ! Une prévention adaptée et efficace peut vous éviter bien des mauvaises surprises à votre retour. Voici comment...

Vous rénovez votre logement ? Pensez que selon les travaux que vous faites réaliser, vous pouvez peut-être bénéficier de la TVA réduite. Une bonne économie à la clé.

Besoin de mètres carrés supplémentaires ? Pensez à vos combles ! Leur aménagement vous coûtera beaucoup moins cher qu'une nouvelle maison et vous pourrez gagner ces précieux mètres carrés qui vous...