Acheter sa résidence principale avec des proches

Publié par le

D'ordinaire, l'acquisition de la résidence principale se fait à deux, mais pourquoi ne pas acheter un bien plus grand avec les mêmes moyens avec des proches ? Comment faire pour concrétiser ce projet comment en évitant les écueils?

La pratique existe depuis des années : certains particuliers achètent une très grande demeure, à plusieurs, en vue de la scinder et d'en partager la propriété. Il est essentiel de bien choisir ses futurs copropriétaires, et d'y réfléchir ensemble, afin de tout envisager et d'écarter tout futur malentendu. Car, si un couple nie l'existence d'une servitude ou revendique une partie commune, la vie ensemble pourra devenir très difficile.

Pourquoi acheter à plusieurs ?

Avoir plus grand pour le même prix

Avec un coût au mètre carré qui monte en flèche dans certaines régions, l'enveloppe dont vous disposez peut se transformer en une peau de chagrin. Pour pallier la hausse du prix de l'immobilier, une solution : l'achat à plusieurs. Votre budget s'ajoutant à celui de vos amis, une « économie d'échelle » est alors possible. Vous pourrez donc posséder un bien plus grand sans dépenser plus. Reste à trouver le bien, celui qui conviendra à tous et qui permettra une partition équitable.

Le besoin de se rassembler

Souvent, la volonté de se retrouver est au coeur de ces projets. Habiter avec les gens qu'on aime, partager un projet de vie, s'unir autour de valeurs communes...

L'achat avec des amis  : c'est le cas de Caroline de Hugo, habitante de Viroflay (78), qui, il y a vingt-deux ans de cela, a franchi le pas avec ses plus proches amis. C'est à deux couples qu'ils ont acquis une grande maison avec 1.400 m² de jardin, dans les Yvelines, à 6,5 km de Paris. Une maison qu'ils habitent toujours ! « Nous étions amis depuis des années, nos enfants avaient le même âge et se fréquentaient également », explique Caroline de Hugo. « L'acquisition de cette demeure nous a permis d'avoir plus grand pour moins cher. Mais nous recherchions d'abord un mode de vie particulier et non à faire une bonne transaction », souligne-t-elle. « Nous avons simplement placé des murs pour marquer les parties privatives ; le jardin est en partie commune, à l'exception d'une petite bande. Nous avons également conservé une porte utilisable dans les combles, qui permet de communiquer entre les maisons. Les enfants l'empruntaient souvent pour aller d'une maison à l'autre. »

L'achat avec des membres de sa famille : c'est le cas des enfants qui veulent rester proches de leurs parents vieillissants tout en gardant une certaine indépendance. Exemple : les enfants achètent le haut d'une maison et les parents le bas. Un escalier peut alors être installé à l'extérieur pour accéder à l'étage sans avoir à pénétrer par le rez-de-chaussée...

Pour un enfant unique qui achète une maison avec ses parents, il n'y aura pas besoin de faire une copropriété. En revanche, en présence de frères et soeurs, il sera indiqué d'en établir une, pour des raisons successorales, nous précise-t-elle.

La répartition de la propriété

Si on achète à plusieurs, c'est pour se répartir la propriété. Logiquement, il convient de découper la surface et les pièces du bien de manière équitable : si chaque couple a investi 50 % du prix d'achat, chacun recevra la moitié du bien.

« Pour notre part, la répartition des pièces s'est faite très naturellement : chaque couple a choisi la moitié de la maison dont l'autre couple ne voulait pas. Toutefois, pour que la répartition soit vraiment équitable et que chaque partie privative soit au même niveau de confort, nous avons mis en place une enveloppe budgétaire, alimentée par tous, afin d'améliorer la partie la moins favorisée », confie Caroline de Hugo.

Un gros travail de mise en copropriété est à faire afin d'assurer le bon fonctionnement de la collectivité.

Les précautions à prendre

Il faudra, en amont :

  • définir les modalités de répartition des charges et de paiement des travaux. Exemple : les habitants du bas pourraient croire que les réparations du toit ne les concernent pas, alors que ce doit être l'affaire de tous. Il faudra préciser que tous les copropriétaires en partagent les coûts ;
  • se mettre d'accord sur la délimitation des parties communes et des parties privatives. Exemple : les habitants du haut pourraient se croire propriétaires des combles. Ceux-ci étant, à défaut de dispositions contraires, une partie commune. Un point important ! ;
  • établir des servitudes pour que chacun puisse se rendre à son domicile. Les mentionner dans l'acte de propriété et le règlement de copropriété ;
  • penser à la revente. Dans tout investissement immobilier, on doit penser à la revente. Ici plus que jamais ! Regardez le quartier, son évolution, la proximité des écoles, des commerces, des transports. A noter également : après les travaux, le résultat général doit être cohérent et harmonieux. En cas de revente, vous n'aurez pas forcément à tout casser...

La délimitation des surfaces privatives étant très importante, vous devrez solliciter un géomètre. Et, pour régler les questions juridiques, tournez-vous vers un notaire bien avant l'achat !

Calculette des frais de notaire

Cette calculette permet aux acquéreurs d'estimer les frais de notaire lors d'un achat immobilier.

Calculez vos frais de notaire

VIDEO : Acheteur/vendeur : qui paie quoi ?

Quand on vend, quand on achète un logement, la première chose à laquelle on pense, c’est le prix de vente, évidemment ! Mais attention, il y a d’autres frais à avoir en tête et à anticiper…

Voir la vidéo

VIDEO : Promesse ou compromis de vente : que faut-il choisir ?

Une fois que vous vous êtes mis d’accord sur le prix de vente, il faut prendre rendez-vous chez le notaire pour signer un avant-contrat. Il en existe deux types : le compromis de vente et la promesse unilatérale de vente. Dans cette vidéo, on vous explique la différence !

Voir la vidéo

Pour aller plus loin...

Pas question d'acheter une résidence secondaire à plusieurs sans un cadre juridique précis. SCI, indivision... Voici ce qu'il faut savoir avant de se lancer.