Logement : à nouvelle ministre, nouveaux chantiers

Publié par le

07 Juillet 2020 - Tout juste nommée ministre du Logement du gouvernement Castex, Emmanuelle Wargon va mettre l'accent sur l'écologie en s'attaquant notamment à la rénovation thermique des logements. Elle devra aussi veiller sur un secteur de la construction en crise.

C'est fait : Emmanuelle Wargon devient ministre déléguée du Logement au sein du gouvernement Castex. Elle succède à Julien Denormandie, qui prend le portefeuille de l’Agriculture. Diplômée de HEC, Sciences-Po et l’ENA, la nouvelle ministre a occupé de nombreuses fonctions dans les secteurs de la santé, notamment auprès de Bernard Kouchner et à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris. Elle a été directrice de cabinet de Martin Hirsch, le Haut-Commissaire des Solidarités Actives du gouvernement Fillon. De 2012 à 2015, elle est déléguée générale à la formation professionnelle et à l’emploi au ministère du Travail. Entre 2015 et 2018, elle est directrice de la communication de Danone. Elle entre au gouvernement en 2018, en tant que secrétaire d’Etat à l’Ecologie auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy. Elle a ainsi planché sur de nombreux sujets liés à l’environnement et au développement durable.

Une politique plus écologique. Dans le gouvernement Castex, Emmanuelle Wargon est ministre déléguée auprès de la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili. Alors que Julien Denormandie dépendait de la ministre de la Cohésion des Territoires Jacqueline Gourault, laquelle conserve son portefeuille. Une nouvelle distribution des rôles qui se place dans la droite ligne du verdissement de l’action publique voulu par Emmanuel Macron. Dans une série de tweets publiés le 5 juillet, le Président de la République a évoqué un nouveau chemin axé notamment sur la préservation de l’environnement et la lutte contre le changement climatique.

Priorité à la rénovation. Principal chantier d’Emmanuelle Wargon : la rénovation énergétique. Sur les 36,3 millions de logements que compte la France, un peu plus de 7 millions sont des passoires thermiques (classement F ou G sur le diagnostic de performance énergétique). Emetteurs de gaz à effet de serre, ces biens coûtent une fortune à leurs habitants qui souvent sont des ménages modestes. Leur rénovation deviendra-t-elle obligatoire, comme le veulent les propositions de la Convention pour le Climat ? Quels seront les moyens mis en œuvre ? Qui en bénéficiera ? Les réponses de la ministre sur ce sujet complexe sur les plans techniques, juridiques et financiers sont très attendues.

Relancer la construction ? La rénovation devrait figurer parmi les priorités du plan de relance prévu pour la rentrée. Mais la nouvelle ministre devra aussi se pencher sur la construction. Un secteur à la peine : l’activité devrait chuter de 18 % cette année et 120.000 emplois équivalents temps plein seront détruits selon la Fédération française du bâtiment (FFB). Surtout, la production recule alors que les besoins en logements vont croissant (la France comptera quatre millions de ménages de plus en 2030). Les aides pour le neuf vont-elles être renforcées ? Pourra-t-on compter sur une baisse des taxes, voire sur un avantage fiscal Wargon pour doper l’immobilier ?

Nouvelle vie pour nouvelle ville ? Emmanuelle Wargon sera aussi concernée par les questions d’urbanisme et de politique de la ville même si le sujet dépend d’autres ministères. L’objectif des pouvoirs publics, appuyé par la Convention citoyenne sur le climat, reste de lutter contre l’étalement urbain et de tendre vers le « zéro artificialisation nette des sols ». Les efforts, notamment en matière de logement, devraient être portés sur la reconstruction de la ville sur la ville, la rénovation et la densification des constructions. Le pari sera-t-il tenu alors que les Français, après le confinement, ne rêvent que d’urbanisme apaisé, de balcons, de terrasses, de verdure et de maisons ?

Logement : quel bilan pour Julien Denormandie ?
L’ex-ministre du Logement Julien Denormandie n’a pas chômé durant son mandat. Avec la loi portant Evolution du logement, de l’aménagement et du numérique (loi Elan) adoptée fin 2018, il a mis en place de nombreuses mesures touchant ce secteur : simplification des procédures d’urbanisme, revitalisation des territoires, lutte contre les marchands de sommeil et l’habitat indigne, création du bail mobilité et de l’avantage fiscal qui porte son nom pour relancer l’investissement locatif dans l’ancien, encadrement des loyers, etc. La copropriété a été réformée avec entre autres exemples un renforcement des pouvoirs du conseil syndical. En revanche, l’obligation d’un plan de travaux en copropriété n’a pas été mise en place. Surtout, le choc d’offre de logements souvent annoncé n’a pas eu lieu. De juin 2019 à mai 2020, 409.000 permis de construire ont été accordés, en baisse de 9 % sur un an, tandis que les mises en chantier, à 368.000 unités, perdent 10 % sur la période. D’après certaines estimations, près de 100.000 logements ne seront pas bâtis entre 2020 et 2021.

Dernières actualités

Préavis réduit pour les locataires victimes de violence conjugale

14 Août 2020

Pour faciliter le départ des locataires victimes de violences conjugales, leur délai de préavis est...


Canicule : sept conseils pour rafraîchir votre logement

06 Août 2020

Comment lutter contre la canicule. Les conseils pour rafraîchir votre logement sans climatisation.


Les locataires s’informent sur le risque d’impayés de loyers

03 Août 2020

Tout savoir sur les consultations des locataires et des bailleurs aux Agences départementales pour...


Immobilier : la hausse des prix ralentit à Paris

31 Juillet 2020

Tout savoir sur les nouveaux prix de l'immobilier ancien à Paris. Le point sur la hausse du mètre...