Déconfinement : les Français rêvent toujours d’immobilier

Publié par le

22 Juin 2020 - Alors que se profile à l’horizon la sortie de la crise sanitaire liée à la Covid-19, les Français ne semblent pas avoir renoncé à leur projet immobilier. Intensification des recherches en ligne, renseignements pris auprès des professionnels du financement, désir de mètres carrés supplémentaires ou d’espace extérieur… depuis le 11 mai, le marché reprend quelques couleurs.

Depuis le confinement, les recherches de logement possédant un espace extérieur progressent.

17 mars 2020. Après l’Espagne et l’Italie, c’est au tour de la France de se retrouver confinée afin d’endiguer la pandémie de Coronavirus. Transactions suspendues, déménagements interdits... le secteur de l’immobilier a connu un coup d’arrêt. Le déconfinement, qui a débuté le 11 mai 2020, a-t-il changé la donne ? L’enquête réalisée par Opinion Way pour Artémis Courtage fait le point sur les dernières évolutions du marché immobilier.

Recherches en ligne : en hausse surtout chez les jeunes

Depuis le 11 mai 2020, 13 % des Français se sont renseignés sur l’achat d’un bien en résidence principale. Cela représente une progression de cinq points en comparaison avec la période du confinement. Cette tendance haussière concerne également les vendeurs et les investisseurs.

Les plus jeunes (moins de trente-cinq ans) ont été les plus actifs puisqu’ils représentent 23 % des recherches en ligne. Les jeunes propriétaires se sont aussi massivement renseignés sur la revente de leur bien (32 % contre 10 % du reste des propriétaires). L’acquisition d’une résidence secondaire semble également avoir mûri pendant le confinement. 16 % des moins de trente-cinq ans ont engagé des recherches à ce propos, soit un taux deux fois supérieur à la moyenne française. Malgré tout, les seniors restent les plus nombreux à envisager un nouveau projet immobilier.

Tout le monde veut un jardin

Vivre dehors. Avec le déconfinement, l’attrait pour les logements proposant un espace extérieur s’est renforcé. 14 % des Français ont entamé des recherches pour un bien avec un jardin et 11 % avec une terrasse. Chez les jeunes (vingt-cinq/trente-quatre ans), cette proportion est encore plus importante (29 % veulent un jardin et 23 % une terrasse). L’envie d'un changement plus radical semble également être toujours présente malgré la mise en place du déconfinement.

Changement. La part des Français envisageant de déménager dans une autre ville représente 10 % des personnes sondées. Le pourcentage est identique pour ceux désirant vivre dans une zone rurale. Ils sont 8 % à préférer le bord de mer et 4 % à rêver d’un bien à la montagne. Les dix-huit/vingt-quatre ans apparaissent comme les plus concernés par cette tendance (23 % cherchent dans une autre ville, 21 % préfèrent une zone rurale, 18 % un logement en bord de mer et 13 % à la montagne). Enfin, les plus jeunes, les locataires et les Franciliens rêvent plus que la moyenne d’habiter un logement plus grand.

Des projets toujours d’actualité

Bonne nouvelle. Les Français qui avaient un projet d’achat avant le confinement déclarent en majorité (41 %) qu’ils ont réussi à le maintenir (en particulier du côté des futurs acquéreurs les plus âgés, cinquante ans et plus). Seuls 13 % des sondés ont été contraints d’annuler leur future acquisition, surtout chez les jeunes de moins de trente-cinq ans (22 %). Enfin, d’autres ont dû reporter leur projet d’achat. Une fois encore, il s’agit en grande partie des moins de trente-cinq ans (31 %).

Les raisons de l’annulation ou du report varient selon les ménages. La première explication est directement liée à la crise et à la perte de revenus qui a suivi (pour 34 % des futurs acquéreurs) ou à l’anticipation de cette baisse de salaire (20 %). D’autres déclarent préférer attendre de voir l’évolution du marché immobilier et des prix (26 %). Et 21 % ont été freinés par l’impossibilité de visiter des biens pendant le confinement. Des inquiétudes liées au remboursement du crédit se sont également fait sentir. 15 % ont ainsi réalisé des démarches pour réduire leurs mensualités et 13 % se sont renseignés pour les suspendre temporairement.

Une confiance en l’avenir fragile

Méfiance. Pendant le confinement, toutes les études ont mesuré un pessimisme généralisé autour du marché immobilier. Depuis le début du déconfinement, cette vision défaitiste perdure mais elle ne progresse plus. 81 % des Français sont persuadés que les banques vont devenir encore plus exigeantes sur les conditions d'octroi du crédit rendant leur projet immobilier plus difficile à concrétiser. Une hausse des taux est redoutée (75 %) ainsi qu’un rallongement des délais pour l’obtention des crédits (74 %). Les plus aisés apparaissent comme les plus nombreux à avoir ces craintes (84 % d’entre eux contre 78 % chez les plus modestes).

Concernant la baisse des prix, seul un Français sur trois semble y croire. Les jeunes, bien qu’inquiets comme leurs aînés sur les problématiques liées au crédit, restent globalement plus optimiste sur l’évolution du marché immobilier. Ainsi 41 % des moins de trente-cinq pensent que les prix immobiliers dans la capitale vont baisser et ils sont 47 % à le penser pour les grandes métropoles comme Lyon ou Bordeaux. Pour en savoir plus : www.artemiscourtage.com 

Dernières actualités

Des maisons se partagent l’électricité solaire en Vendée

02 Juillet 2020

Tout savoir sur la première communauté énergétique en Vendée. La production de l'électricité...


Des pistes à trouver pour accélérer la rénovation énergétique

02 Juillet 2020

Comment accélérer la rénovation énergétique des logements ? Le rôle des promoteurs, des...


Encadrement des loyers à Paris : des plafonds en hausse au 1er juillet 2020

01 Juillet 2020

Encadrement des loyers à Paris : les plafonds de loyer applicables depuis le 1er juillet 2020 sont...


lLC, L'ILAT et ICC : l'Insee publie les nouveaux indices servant à l'indexation des loyers d'activité

01 Juillet 2020

Les indices des loyers d'activité (ICC, ILAT, ILC) du premier trimestre 2020 ont été publiés par...