Choisir son assurance de copropriété

Marianne Font
Mis à jour par
le 23 août 2022
Journaliste chez PAP.fr

Pour protéger les parties communes d’une copropriété, la souscription d’une assurance multirisque dédiée à la résidence principale est indispensable. Apprenez à la choisir au mieux et au meilleur prix.

Prenez le temps de choisir une assurance de copropriété qui correspond bien à vos besoins en terme de garanties.
Prenez le temps de choisir une assurance de copropriété qui correspond bien à vos besoins en terme de garanties. © PAP

En tant que propriétaire, vous avez déjà une assurance habitation multirisque habitation. Mais saviez-vous qu’elle ne protège pas les parties communes de votre copropriété ? Votre syndic devra donc souscrire une assurance de copropriété au nom de l’ensemble des propriétaires de l’immeuble. Elle couvrira la responsabilité civile des copropriétaires, mais aussi l’ensemble des biens communs en cas de sinistre.

L’assurance de copropriété est-elle obligatoire ?

Depuis l’entrée en vigueur de la loi Alur en mars 2014, la souscription d’une assurance responsabilité civile de l’immeuble est devenu obligatoire. Cette assurance couvre les copropriétaires en cas de dommages faits aux personnes. En revanche, l’assurance multirisque d’un immeuble n’est pas obligatoire, mais reste vivement recommandé. Pourquoi ? En cas de sinistre, les copropriétaires, non couverts, se verraient dans l’obligation de financer eux-mêmes les réparations de l’immeuble.

Que couvre l’assurance de copropriété ?

L’assurance de copropriété concerne les parties communes de l’immeuble, c’est-à-dire les zones destinées à l’ensemble des propriétaires comme le hall, les paliers, l’ascenseur, les escaliers, le parking, le local à vélos, la toiture, les cours et même les murs et les sols.

© PAP

Quelles garanties sont offertes par l’assurance de copropriété ?

La responsabilité civile. Cette garantie est essentielle, car elle prend en charge l’ensemble des dommages causés par l’immeuble et la copropriété. Un exemple ? Un équipement défaillant qui déclencherait un incendie dans un autre immeuble. Les éventuels préjudices déclenchés par un membre du personnel de la copropriété sont également couverts. De la même manière, les copropriétaires causant un dommage à autrui seront protégés grâce à la responsabilité civile. Comme pour la multirisque, des extensions de garantie restent possibles comme la protection juridique, le vandalisme ou même les frais de relogement suite à un sinistre.

A noter : le fait de disposer de la responsabilité civile de la copropriété ne doit pas dispenser les propriétaires de souscrire une assurance de responsabilité civile à titre individuel.

L’assurance multirisque immeuble. Les formules varient d’un assureur à l’autre, mais de manière générale les assurances multirisques immeuble reprennent les mêmes garanties que l’assurance multirisque habitation classique :

  • La garantie dégât des eaux : fuites, débordements, ruptures de canalisation…
  • La garantie incendie (dommages engendrés par les flammes, une explosion, la foudre, la fumée et même les pompiers)
  • La garantie catastrophe naturelle (inondation, tremblement de terre, sécheresse, avalanche…)
  • La garantie catastrophe technologique (dommages causés par une explosion de produits chimiques, hydrocarbures, gaz…) et terrorisme
  • La garantie tempête (vent, neige, grêle)
  • La garantie vol et les dommages causés par un cambrioleur
  • La garantie bris de glace qui concerne les parties vitrées

A noter : il est important de bien lire les garanties offertes par votre assureur, car certaines peuvent être proposées en option. La recherche de fuite et la couverture des dommages liés à une surtension électrique font partie de ces garanties optionnelles. Si votre résidence comporte des équipements spécifiques (panneaux photovoltaïques, piscine, climatisation…), vous devrez sûrement payer une prime supplémentaire. Certaines assurances proposent également des garanties sur les impayés de charge ou les honoraires de frais du syndic en cas de sinistre qui peuvent être intéressantes. 

Qui doit souscrire l’assurance de la copropriété ?

Les parties communes dans un immeuble ne peuvent être assurées que par la copropriété. Le syndic se charge de la souscription de l’assurance, du paiement et s’occupe de transmettre l’ensemble des informations à l’assureur en cas de sinistre. Les propriétaires, eux, doivent assurer leur logement personnel.

© AndreyPopov/Getty images

Comment déclarer un sinistre dans une copropriété ?

Le syndic prend en charge toute déclaration de sinistre. Prévenez-le d’abord de vive voix pour accélérer la procédure, mais pour être officielle la demande devra être effectuée par lettre recommandée avec accusé de réception.

L’assurance a besoin de recevoir une lettre qui caractérise le sinistre de manière précise. De nombreuses mentions sont obligatoires comme le numéro de contrat, la date du sinistre et son origine, la nature des dégâts, des photos, la localisation des parties communes sinistrées, une copie de la plainte en cas de vol.

Qui paye l’assurance de la copropriété ?

Tous les copropriétaires participent au financement de l’assurance de l’immeuble. La somme payée (appelée prime) varie en fonction de la superficie de leur logement. Certains copropriétaires peuvent représenter un risque plus élevé que les autres (un local commercial du fait de son activité par exemple). Dans ce cas, ce dernier payera un prime supplémentaire. Le montant sera le plus souvent intégré aux charges des résidents.

Combien coûte une assurance de copropriété ?

Il est difficile d’estimer le prix exact d’une assurance de copropriété car les tarifs dépendent de nombreux facteurs comme la surface, l’emplacement et la valeur de l’immeuble, les risques à couvrir, l’état de l’immeuble, le nombre des copropriétaires ou encore la présence ou non de dépendances non habitées (grenier, cave, garage...) Ces parties coûtent moins cher à assurer. Mais le niveau de garanties offert par l’assurance fera aussi la différence question tarifs. Les offres les moins chères sont comprises entre 35/45 € par mois, mais pour une solution plus complète, il faudra souvent monter jusqu’à 80/100 € par mois.

Comment résilier un contrat d’assurance de copropriété ?

L’assurance de copropriété peut être résiliée ou modifiée par le syndic. Le conseil syndical devra notifier en amont au syndic sa volonté de changer d’assurance. Soyez vigilant, car cette résiliation est souvent contrainte, elle ne peut intervenir que lorsque que le contrat arrive à échéance. La demande de résiliation devra être effectuée par lettre recommandée en respectant les délais de préavis inscrits dans le contrat.

A noter : La prime d’assurance augmente plus que l’indice du coût de la construction ? Dans ce cas, la résiliation pourra intervenir dans les quinze jours suivant la réception de l’avis d’échéance.

Quelle assurance de copropriété choisir ?

Face à la multitude d’offres d’assurances de copropriété, les particuliers peuvent être perdus. Premier réflexe à adopter, rendez-vous sur un site de comparateur d’assurances. Cela vous permettra de comparer facilement les différentes formules proposées par les assurances. Le plus important pour choisir reste de vérifier les différentes garanties incluses. Ainsi les offres les moins onéreuses peuvent ne pas couvrir des garanties qui vous semblent importantes. Prenez bien le temps en amont de définir vos besoins et les risques qui vous paraissent les plus cruciaux. Il ne vous reste plus qu’à opter pour la formule la mieux adaptée à votre copropriété.


La rédaction vous conseille


Je suis locataire

Je suis propriétaire