Immobilier : plus de 10 000 € le mètre carré à Paris !

Publié par le

05 Septembre 2019 - Les prix parisiens viennent de crever le plafond des 10.000 € le mètre carré. Et ce n'est pas fini. Les notaires tablent sur 10.280 € en octobre.

Cette fois c'est officiel. Les Notaires du Grand Paris viennent d'annoncer que le prix moyen du mètre carré dans la capitale a dépassé les 10. 000 € en août. Et la hausse des prix ne donne toujours pas de signes de faiblesse. « D'après les premiers avant-contrats, on s'achemine vers les 10 280 € le mètre carré en octobre », annonce Thierry Delesalle, notaire à Paris. Pour rappel, le mètre carré « ne coûtait que » 6.020 € en 2009, soit une augmentation de plus de 70 % en dix ans ! Aujourd'hui, seuls trois arrondissements (XIXe, XXe et XIIe) restent encore sous ce seuil symbolique. Mais pour combien de temps encore ?

© Notaires du Grand Paris

La faute aux taux d'intérêt. Si les prix atteignent des sommets himalayens c'est d'abord en raison des taux d'intérêt historiquement bas. « Le carburant n'est pas cher ! », métaphorise Thierry Delesalle. Un bon dossier peut emprunter sous la barre des 1 %. « La confiance des acquéreurs, essentielle dans l'immobilier, est bonne. Et surtout il n'y pas de placement alternatif. Tout concourt à tirer les prix vers le haut. »  Pour les notaires, la variation annuelle du prix du mètre carré des appartements franciliens devrait passer de 4,9 % au deuxième trimestre 2019 à 5,87 % en octobre. Conclusion, les prix ne sont pas près de baisser !

Logements à Paris : réservés aux seuls CSP+ ? D'après les dossiers instruits par les notaires, 86 % des acquéreurs de logements anciens à Paris font partie des CSP+ (les catégories socio-professionnelles les plus favorisées). Un chiffre en hausse de 17 points en 20 ans. Contrecoup de cette gentrification, les employés et les ouvriers ne représentent plus que 5 % des acquéreurs de logements anciens en 2018 contre 15 % en 1998.

© Notaires du Grand Paris

Les classes moyennes exclues de la capitale. Dans ces conditions, il est difficile aux classes moyennes d'acheter à Paris. D'après les calculs du site Vousfinancer, pour acquérir un appartement de 50 m2 à Paris, financé à 100 % via un emprunt sur 20 ans (avec 10 % d’apport pour s'acquitter des frais), il faut gagner au minimum 7.300 € net par mois, et 11 000 € à deux si on veut acheter 75 m2 pour y loger sa famille avec deux enfants (pour rembourser un emprunt de 771.000 € avec des mensualités de 3 667 € sur 20 ans).

Immobilier à Paris : le neuf ne viendra pas au secours de l’ancien
Une hausse de l’offre qui ferait baisser les prix. Un mécanisme économique pas toujours vérifié. Et qui, en tout état de cause, ne peut pas fonctionner à Paris. La capitale, en effet, produit très peu de logements neufs. L’offre privée, sur ce marché, se résume à 321 appartements à fin mars 2019 selon une enquête de l’Agence départementale d’information sur le logement de Paris (Adil 75, derniers chiffres disponibles). Sur les trois premiers mois de cette année, seuls 110 logements ont été mis en vente. Autre chiffre édifiant : l’an dernier, les promoteurs ont enregistré 441 ventes, contre 36.000 dans l’ancien. Il faut bien dire que bâtir à Paris n’est pas une mince affaire. Les terrains se libèrent au compte-gouttes, les règles techniques et urbanistiques marient complexité et exigence, les recours contre les permis de construire s’accumulent, les opérations peuvent prendre plus de dix ans pour être livrées… Au résultat, les prix sont pyramidaux : la moyenne s’établit à 12.986 €/m² à fin juin, mais elle dépasse les 20.000 € dans le VIe arrondissement. Un niveau qui n’empêche pas les programmes de trouver rapidement acquéreurs.

La Grande Couronne, un marché immobilier de report. Si tous les marchés franciliens enregistrent une augmentation des ventes, la progression est nettement plus forte quand on s'éloigne la capitale. Alors que les ventes n'ont augmenté que de 3 % à Paris au deuxième trimestre 2019, elles ont bondi de 8 % en Petite Couronne et de 15 % en Grande Couronne. Pour Marc Friedrich, notaire à Levallois-Perret, « on enregistre un transfert vers les départements de la Grande Couronne, où l'offre est abondante et les prix sages ». Pour lui, le marché repose sur de bons fondamentaux, car c'est un marché d'utilisateurs.

Paris n'est pas la France
Plus on s'éloigne de Paris, moins l'immobilier est cher. Si le prix du mètre carré moyen parisien est en moyenne au-dessus de 10.000 €, il passe à 5.000 € en Petite Couronne, à 3.000 € en Grande Couronne. Au niveau national, il tourne autour de 2.000 € !