Immobilier : à Paris, la pause des prix dynamise les ventes

Publié par le

07 Janvier 2022 - La capitale enregistre un léger recul de ses prix immobiliers d’après les Notaires du Grand Paris. Dans le même temps, les ventes de logements anciens augmentent. Une relation de cause à effet ?

10.700 € du mètre carré : c’est le prix moyen d’un logement ancien dans la capitale à fin octobre 2021, en baisse de 1,4 % par rapport à la même période de 2020, révèle la note de conjoncture des Notaires du Grand Paris du 6 janvier 2022. D’après les données provenant des avant-contrats, le mètre carré moyen parisien devrait s’établir à 10.620 € en février 2022, une variation annuelle de – 0,6 %. « Au fil des mois, les valeurs continuent donc de stagner et d’osciller entre 10 600 et 10 800 €/m² », commentent les Notaires du Grand Paris. Bref, l’envolée n’est plus d’actualité. Rappelons que dans la capitale, l’ancien a bondi de près de 30 % entre le troisième trimestre 2015 et le troisième trimestre 2021 d'après les Notaires. Et que les prix, depuis l'an 2000, ont carrément été multipliés par quatre selon les données de l'Insee.

Reprise des transactions. De fait, le marché est aujourd'hui plus mesuré. Les différences de prix entre l’ancien à rénover et le refait à neuf, entre le deuxième et le sixième étage, retrouvent de plus justes proportions. Logique : les acquéreurs connaissent les prix et savent si un logement est surévalué. Les vendeurs, conscients de cette nouvelle donne, ajustent leurs offres en conséquence. Résultat : la pierre parisienne fait de nouveau recette. 8.900 biens anciens ont changé de main entre août et octobre 2021 dans la capitale, contre 7.130 sur la même période de 2020 et 8.520 sur la même période de 2019. Bref, le marché fait mieux qu’avant la crise !

Paris sous tension. Si les transactions reprennent sans chute des prix, c’est aussi parce que la capitale conserve de l’attractivité dans un contexte d’offre très inférieure à la demande. Une tendance renforcée par la faiblesse du neuf. 662 nouveaux logements sont en vente au troisième trimestre 2021 selon les derniers chiffres de l’Agence d’information sur le logement de Paris (Adil 75), avec un prix moyen à 13.700 €/m². Entre terrains rarissimes et opérations très longues à monter, les promoteurs peinent à alimenter ce marché très tendu. Seuls vingt-huit appartements neufs ont été mis en vente au troisième trimestre 2021 d’après l’Adil 75 !

© DSN-BIEN - Notaires du Grand Paris

L'Ile-de-France tient la route. Sur la région, le marché garde de la tenue. 44.010 transactions ont été enregistrées entre août et octobre 2021. C’est une baisse de 2 % par rapport à la même période de 2020. Mais les notaires du Grand Paris de tempérer : « les derniers résultats restent en nette progression par rapport à la moyenne de longue période, témoignant du dynamisme du marché (+ 11 % par rapport à août/octobre des dix dernières années) ». 14.240 ventes ont été enregistrées en petite couronne entre août et octobre 2021, un recul de 6 %. La grande couronne, compte 20.880 transactions, en baisse de 4 %.

Le collectif résiste. 11.040 appartements anciens ont été vendus en petite couronne entre août et octobre 2021, une baisse de 7 % par rapport à la même période de 2020. Le prix moyen s’établit à 5.541 €, en hausse de 4 % sur un an. La grande couronne confirme son attractivité. Les ventes d’appartements y progressent de 2 %, avec 9.720 ventes. Environnement plus vert et prix plus sages (3.400 €/m² moyen, + 5,4 % sur douze mois) séduisent. D’après les indicateurs avancés des notaires, les appartements anciens enregistreraient, en février 2022, une hausse de 1,7 % en petite couronne et de 4 % en grande couronne.

© DSN-BIEN - Notaires du Grand Paris

Ombres sur la maison. L’habitat individuel perd un peu de son lustre. Les notaires recensent 14.400 ventes de maisons anciennes entre août et octobre 2021 dans toute l’Ile-de-France, une diminution de 7 % par rapport à la même période de 2020. Avec une baisse de 1 % (3.190 transactions sur la période), la petite couronne est quasiment stable. Le recul passe à 9 % en grande couronne (11.160 ventes). Sans doute faut-il y voir le reflet d’une baisse de l’offre et/ou d’un phénomène de saisonnalité. Les maisons se vendent surtout sur les six premiers mois de l’année, les familles qui les achètent souhaitant emménager pour la rentrée de septembre.

Prix : pavillon haut ! « La hausse annuelle des prix des maisons resterait très soutenue (+ 6,1 % en Petite Couronne et + 6,4 % en Grande Couronne en février 2022) mais en légère décélération par rapport à la hausse annuelle d’octobre dernier », notent les Notaires du Grand Paris. En décembre 2021, la maison moyenne se chiffre à 428.900 € en petite couronne et à 324.900 € en grande couronne. Là encore, le neuf ne viendra pas au secours de l’ancien. Sur une offre de 22.252 nouveaux logements entre petite et grande couronne au troisième trimestre 2021, 900 sont des maisons. Pire : 116 villas neuves ont été mises en vente sur cette période !

Dernières actualités

Impôt foncier : cette taxe méconnue qui va flamber

09 Mai 2022

La taxe foncière risque d'augmenter en partie à cause de Gemapi. À quoi cette taxe ? Pourquoi...


C’est le moment de déclarer vos revenus locatifs !

09 Mai 2022

Il vous reste quelques jours pour remplir votre déclaration. Si vous êtes bailleur, c'est donc le...


Les 126 communes impactées par l’érosion côtière

09 Mai 2022

La liste des 126 communes impactées par l'érosion côtière. La construction de logements autorisée...


Prix : premier critère des Français pour changer leur chauffage

05 Mai 2022

Comment les Français envisagent de changer leur chauffage. Le prix, le choix du mode de chauffage,...