Retraite : être propriétaire reste le placement le plus sûr

Publié par le

10 Avril 2018 - A l’heure où la question des acquis sociaux est au cœur de l’actualité, l’enquête du Cercle de l’Epargne et Amphitéa affirme que pour les Français être propriétaire de sa résidence principale reste le meilleur moyen de préparer sa retraite.

La vraie recette pour réussir sa retraire sereinement ? « Etre propriétaire de son logement. » C’est ce qu’ont répondu 65% des Français dans la dernière enquête commanditée par le Cercle de l’Epargne et Amphitéa.

Un engouement qui ne se dément pas. Cette solution arrive loin devant les autres. Ainsi les produits d’épargne qu’ils soient à long terme ou spécialement conçus pour la retraite ne recueillent que 31% et 20% des suffrages. Mais surtout ces placements reculent par rapport à l’enquête réalisée en 2015. Le pourcentage de Français convaincu qu’être propriétaire à la retraite est le meilleur choix possible est lui resté identique depuis trois ans.

Des retraités enthousiastes. Ce sont les retraités qui semblent les plus favorables à l’investissement via la résidence principale. Ainsi, ils sont 74% à affirmer que c’est la solution la plus sûre pour être serein après la fin de sa carrière professionnelle. Les non-retraités représentent eux 61% des sondés acquis à cette formule.

Les produits d’épargne moins rentables. De manière générale, l’étude met en avant la méfiance des Français vis-à-vis de la rentabilité de toutes les solutions d’épargne. Ainsi, ils sont 30% à affirmer qu’aucun produit financier n’est aujourd’hui réellement profitable. Les biens immobiliers locatifs restent tout de même l’un des investissements qui paraît le plus avantageux aux Français avec 42% des voix exprimées. Ils perdent tout de même 9 points par rapport à 2016 mais restent au-dessus des assurances vie et des actions.

Un nouvel impôt. La suppression de l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF) et son remplacement par l’Impôt sur la fortune immobilière (IFI) n’est pas accueilli favorablement par les Français. Ils sont ainsi 61% à penser qu’il ne s’agit pas d’une bonne mesure. Pour rappel, contrairement à l’ISF, l’IFI exonère tous les placements bancaires et financiers et rend taxable les biens et les fonds immobiliers. Chez les plus jeunes sondés et les plus aisés, l’idée de favoriser les placements afin d’améliorer le financement des entreprises est mieux acceptée. 

Pour aller plus loin...