Loyers : Paris augmente de 1,2% sur un an

Publié par le

22 Mai 2017 - Si les loyers à la relocation restent quasiment stables en Ile-de-France, ils connaissent une légère augmentation dans la capitale. Logique : à Paris, l’offre de logements est structurellement inférieure à la demande.

En Ile-de-France, les loyers des locations vides ont augmenté en moyenne de 0,2% en 2016 selon une étude de l’Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne (Olap) du 19 mai 2017. « Ce rythme d’évolution est le plus faible depuis 2001, tout en restant supérieur à celui de l’Indice de référence des loyers (IRL), dont la progression annuelle est quasi nulle (+ 0,03%) », indique l’Olap.  

Relocation. Cet organisme qui décortique le marché locatif francilien s’est également penché sur les loyers à la relocation. Là encore, ils progressent faiblement, avec une hausse limitée à 0,4% en 2016 sur l’ensemble de la région. « C’est le niveau le plus bas depuis 2001, mais l'augmentation reste légèrement supérieure à celle de l’IRL », précise l’Olap.

© OLAP

Paris tendu. Dans la capitale, les loyers à la relocation ont augmenté de 1,2% l’année dernière. Le loyer moyen s’établit à 24,9 €/m² fin 2016, contre 24,8 €/m² un an plus tôt. Pour l’Olap, « cette évolution confirme la décélération très nette constatée depuis 2014 mais illustre aussi la persistance de la tension malgré les mesures d’encadrement des loyers en niveau et en évolution ».

Banlieue calme. En petite couronne, les loyers à la relocation voient leur progression ramenée à 0,2% en 2016. En grande couronne, place à la baisse, avec des loyers qui reculent de 0,6% après avoir perdu 0,4% en 2015. Rappelons que ces secteurs ne relèvent pas de l’encadrement mis en place dans la capitale. Sur l’ensemble de la région, le loyer moyen est à 19,4 €/m².

© OLAP

Ventes en hausse. La quasi-stagnation des loyers n’a pas d’impact sur le marché de la transaction. D’après la Chambre des notaires de Paris, 9.410 biens anciens ont été vendus de décembre 2016 à février 2017 dans la capitale, en hausse de 14% par rapport à la même période de l’année précédente. Les prix montent de 5,2% par an, pour atteindre 8.340 €/m² moyen à fin février et sans doute 8.700 € en juin.

Valeur refuge. En termes d’investissement locatif, Paris conserve de solides atouts. L’offre reste structurellement inférieure à la demande et le parc ne se renouvelle pas (875 logements neufs ont été vendus dans la capitale selon une Enquête de l’Adil 75. De quoi confirmer le rôle de valeur refuge de la pierre parisienne, mais aussi garantir la valorisation du patrimoine immobilier. Pour tout savoir sur le dispositif d’encadrement des loyers à Paris, cliquez ici.