Logement : la loi sur les détecteurs de fumée peu respectée !

Publié par le

11 Octobre 2016 - Bien qu’obligatoire, le détecteur de fumée n’est pas encore entré dans les mœurs. Seule la moitié des logements est équipée de ce petit appareil qui pour 20 € peut sauver bien des vies.

L'hiver arrive. Les poêles à bois et les cheminées sont rallumés. On rentre dans la saison des incendies domestiques et des intoxications au monoxyde de carbone. On dénombre chaque année environ 240.000 incendies domestiques en France.

Des chiffres qui font froid dans le dos. Malgré l'obligation faite aux particuliers d'installer des détecteurs de fumée on déplore encore chaque année près de 800 décès et 10.000 blessés ! Depuis le 08 mars 2015 tous les logements doivent être équipés d'un détecteur de fumée.

Rappel de la loi. L’article L. 129-8 du Code de la construction et de l’habitation rend obligatoire l’installation d’un détecteur avertisseur autonome de fumée dans tous les logements. La pose du détecteur incombe au propriétaire du logement. Dans le cas d’une location, le propriétaire s’assure du bon fonctionnement du détecteur lors de l’état des lieux.

Une obligation peu respectée. L'obligation faite aux propriétaires est peu respectée. Comme le précise Shane Lyons, directeur commercial de Ei electronics, leader européen des détecteurs de fumée, « seulement 50 à 60% des logements sont équipés d'un détecteur de fumée. Et environ 35% des détecteurs achetés ne sont même pas installés ». C'est un problème de mentalité.

Quel détecteur ? Lorsque vous achetez votre ou vos détecteur(s), vérifiez bien la conformité avec la norme EN 14604 (cela doit être inscrit sur le détecteur et sur son emballage). Cette norme garantit au minimum un signal sonore d’alarme qui avertit de la présence de fumée, un signal spécifique différent indique la faiblesse des piles. Le détecteur doit comporter un bouton test permettant de vérifier son bon fonctionnement. Le sigle doit être visible sur l’emballage du détecteur. Préférez les détecteurs qui possèdent en plus la marque NF qui vous assure un meilleur suivi de la qualité.

« Environ 20% des détecteurs mis sur le marché ne fonctionnent pas correctement, ils se déclenchent de façon intempestive, trop tard ou l'alarme ne se déclenche pas… », précise Shane Lyons. La situation s'améliore puisqu'en 2006 près de 70% des modèles vendus étaient défectueux !

Installation par un professionnel. Même si la pose est à la portée de tous, mieux vaut faire appel à un professionnel. Il installera un produit certifié conforme selon les règles de l'art. Il faut compter entre 60 et 80 € (fourni posé). « Les détecteurs branchés directement sur le secteur sont les plus fiables. Cela évite de contrôler régulièrement la pile », ajoute Shane Lyons.

Pensez au détecteur de monoxyde de carbone
Le monoxyde de Carbone est un gaz inodore, invisible, insipide et extrêmement toxique. Il résulte de la combustion incomplète des combustibles fossiles tels que le gaz, le fioul, le pétrole, le bois. Même s'il n'est pas obligatoire, le détecteur de monoxyde de carbone est conseillé lorsque vous avez un appareil à combustion (chauffage, gazinière, feu à pétrole…).

La France est peu exigeante
La France n'est pas le pays européen le plus exigeant en matière de détecteur de fumée. Le législateur n'en impose qu'un par habitation alors qu'en Allemagne la norme est de un par chambre et en Grande-Bretagne un par étage et un par chambre.