Immobilier : le neuf cartonne en Ile-de-France

Publié par le

10 Mars 2016 - Des ventes qui explosent, une offre de logements qui se renouvelle et des prix stables : 2015 restera comme un excellent millésime pour l'immobilier neuf en Ile-de-France. Et 2016 s'annonce sous les mêmes auspices !

Quel succès ! 15.343 logements neufs ont été vendus l'an dernier en région parisienne, une hausse impressionnante de 18% par rapport à 2014 signale une étude des Agences départementales d'information sur le logement de l'Ile-de-France (Adil) du 9 mars 2016. Tous les départements progressent à l'exception de l'Essonne, qui recule de 14%. Comme dans toutes les autres régions, des taux très bas et des aides efficaces (défiscalisation Pinel et PTZ notamment) ont dopé le marché.

Nouveaux programmes. 17.056 logements ont été mis en vente l'an dernier, un bond de 33% par rapport à 2014. L'étude de l'Adil 75 remarque que « les promoteurs ont privilégié le territoire du Grand Paris, comme en témoigne l'apport conséquent dans les Hauts-de-Seine (2.781 commercialisations, hausse de 44% sur un an), en Seine-Saint-Denis (2.617 mises en vente, hausse de 23%) et le Val-de-Marne (2.567 mises en vente, hausse de 74%) ». Contrairement à une idée reçue très répandue, il reste donc des terrains disponibles en petite couronne francilienne.

19.000 logements en vente. Conséquence de ces efforts commerciaux : l'offre remonte. A fin 2015, elle atteint 18.962 logements, en progression de 10% sur un an. Un stock pour l'essentiel composé d'appartements : seules 1.186 maisons sont disponibles à la vente. L'offre est bien répartie, chaque département comptant de 12 à 16% des programmes neufs de la région. Paris apparaît comme un marché de pénurie, avec 644 logements disponibles fin 2015 (3% de l'offre régionale). Dans l'ancien, la capitale a enregistré 34.250 ventes l'an dernier.

Hausse modérée des prix. Sur l'ensemble de la région, le mètre carré n'a progressé que de 1% sur un an. Mais les différences par départements peuvent être importantes. Paris (10.710 €/m² moyen) monte de 4,3%, le Val-d'Oise (3.822 €/m² moyen) recule de 2,8%. L'occasion de rappeler que les prix du neuf résultent de variables économiques et notamment du coût des terrains. Le lancement de quelques programmes sur des secteurs chers fait ainsi monter automatiquement les moyennes.

© ADIL 75

Neuf : quelle tendance pour 2016 ? « Plusieurs indicateurs laissent présager d'une bonne conjoncture immobilière ,» répond l'étude des Adil franciliennes. D'abord parce que les taux restent bas. Ensuite parce que le dispositif Pinel a toutes les chances de continuer à séduire les investisseurs en locatif. Enfin parce que la version 2016 du PTZ (montants accordés plus importants, revalorisation des conditions d'attribution, optimisation des remboursements) « rehausse le pouvoir d'achat des primo-accédants », estiment les Adil.