Franchises d'assurance : mode d'emploi

Manuel Apruzzese
Mis à jour par Manuel Apruzzese
le 18 février 2020
Journaliste chez PAP.fr

Librement fixées par les assureurs, les franchises sont des sommes qui seront systématiquement déduites de vos remboursements.

© Weber

Comme dans tout contrat d'assurance, votre multirisque habitation est soumise à une franchise. D'un montant variable selon la nature du risque et d'une compagnie d'assurance à l'autre, elle est incontournable. Elle réduira le montant de l'indemnité versée par l'assureur et laissera à votre charge une partie des réparations des dégâts.

Il existe des contrats sans franchise, mais mieux vaut en examiner attentivement les termes. Un tarif d'assurance habitation attractif peut cacher des montants de franchise élevés. Inversement, moyennant une cotisation supplémentaire, l'assuré peut souscrire un contrat multirisque habitation sans franchise. Faites vos comptes.

Bon à savoir : Vous ne payez pas de franchise lorsqu'un tiers identifié est entièrement responsable du sinistre. Dans ce cas, vous pouvez vous faire rembourser la franchise car vous n'êtes pas redevable.

La franchise fixe

La franchise dite absolue est la plus courante dans les contrats habitation. La somme mentionnée dans votre contrat est fixe et est systématiquement déduite du remboursement. Si vous avez une franchise de 300 € par exemple, votre préjudice estimé à 1 500 € ne sera alors remboursé qu'à hauteur de 1. 200 €. Ce sont les franchises les plus sûres car elles sont fixées contractuellement. Vous en connaissez le montant exact, et ce, quel que soit l'incident survenu et quelle que soit son étendue.

La franchise proportionnelle

La franchise peut être exprimée en pourcentage sur la somme globale du préjudice subi. Son montant dépend alors du coût des dommages. Elle est assortie d'un montant minimal et maximal. La franchise du contrat peut ainsi être de 10% avec un montant minimum de 300 € et un maximum de 500 €.

Cette garantie est plus avantageuse pour les biens peu coûteux afin de ne payer le plus souvent que la franchise minimale. En revanche si par exemple le montant des dommages est de 10 000 €, les 10% dépasseront le seuil maximal, vous serez alors indemnisé à hauteur de 9 500 €.

La franchise relative

La franchise relative fixe un montant minimal en dessous duquel l'assureur ne vous indemnisera pas. Dans ce cas, les dommages résultant d'un sinistre ne seront totalement indemnisés par votre assureur qu'à partir du moment où leur montant dépassera la franchise relative. S'il est égal, pas d'indemnisation non plus. Par contre, la franchise n'est pas déduite de l'indemnisation lorsque la somme des dégâts est supérieure au seuil.

Elle est donc avantageuse pour les biens coûteux. Concrètement, si votre contrat d'assurance contient une franchise relative de 400 € et que le montant des dommages causés par une effraction chez vous sont estimés à 300 €, vous ne serez pas indemnisé. Si les dégâts s'élèvent à 500 €, votre assureur doit vous verser une indemnisation de 500 €.

Les franchises légales

Le cas des catastrophes naturelles. Selon l'article A 125-1 du Code des assurances, pour certains sinistres, le montant de la franchise est fixé légalement par les pouvoirs publics. Ces franchises légales concernent notamment les catastrophes naturelles. Pour les habitations, la franchise est de 380 € sauf pour les dommages résultant de mouvements de terrain consécutifs à la sécheresse. Dans ce cas le montant est de 1 520 €.

Enfin, des franchises spécifiques s'appliquent lorsque les propriétaires ont certaines obligations. Une franchise de 5 000 € peut s'ajouter si une maison est détruite par un incendie de forêt alors que le propriétaire n'a pas respecté son obligation de débroussaillage.


🗓️ Participez gratuitement aux Jeudis de l'immobilier !

Tous les jeudis à 18h, PAP organise un atelier en ligne.

29 février 2024 à 18h -
Passoire énergétique : que faire ?

Faut-il attendre, vendre ou effectuer les travaux ? Découvrez les avantages de chaque solution dans notre atelier.
- Attendre que le DPE soit vraiment fiable et que la loi soit améliorée
- Vendre : oui, mais avec quelle décote ?
- Rénover : Les travaux qui améliorent le DPE

Je m'inscris

7 mars 2024 à 18h -
Signer un contrat de location

Le contenu du contrat de location et de ses annexes :
- Le loyer et les charges : règles de fixation du loyer et fonctionnement des charges
- Les conditions : clauses indispensables et clauses interdites
- Les annexes au contrat : état des lieux et diagnostics immobiliers

Je m'inscris

14 mars 2024 à 18h -
Vendre son bien immobilier

Les étapes d'une vente et les erreurs à éviter :
- Fixer un prix de vente réaliste et attractif : comprendre le marché pour bien se positionner
- Attirer les acheteurs : présenter votre bien de manière à susciter l'intérêt
- Conclure la vente en confiance : choisir une offre et préparer la signature

Je m'inscris

21 mars 2024 à 18h -
Location vacances : comment s’y prendre ?

Mettre son bien en location vacances, c’est facile !
- Trouver des vacanciers : fixer ses tarifs, publier une offre
- Signer le contrat de location : quelles règles s’appliquent ?
- Gérer les entrées-sorties

Je m'inscris

28 mars 2024 à 18h -
Bien estimer le prix de votre logement

Les étapes clés pour estimer le prix de vente de votre bien :
- Analysez le marché local : connaître les prix pratiqués dans votre secteur
- Prenez en compte les caractéristiques du bien : atouts & défauts
- Évitez les erreurs : surestimer ou sous-évaluer votre logement

Je m'inscris
Thème :
Date :

Vous serez notifié par SMS du début de l'atelier

Cliquez sur l'email que nous venons de vous envoyer pour confirmer votre inscription !


La rédaction vous conseille