Comment bien choisir ses robinets ?

Publié par le

Les robinets sont aujourd'hui des objets décoratifs à part entière. Ils sont esthétiques et économes et participent au confort quotidien. Que des qualités !

Les robinets ne sont plus ce qu'ils étaient. Autrefois réduits à leur fonction - faire couler l'eau -, ils s'affichent aujourd'hui comme d'authentiques éléments de décoration. Ils suivent ainsi les dernières tendances de la salle de bains comme de la cuisine qui sont désormais vécues comme des pièces à part entière. On les chouchoute, on leur donne une vraie personnalité avec des meubles design, de la couleur, des revêtements de sol faits de bois ou de galets...

Dans cette logique, le choix de votre robinetterie prend une importance toute particulière. Signature de votre salle de bains et de votre cuisine, elle donnera la touche finale au style choisi. Elle soulignera un aspect hightech ou un caractère classique et accentuera l'impression de confort. Si le côté décoration est important, n'oubliez pas pour autant les points techniques.

D'autant que dans ce domaine, les fabricants ont fait des progrès importants. Mélangeur ou mitigeur, système pour économiser l'eau ou garder une température constante, déclenchement automatique par infrarouges, modèle à jet orientable ou à douchette, mais aussi normes : autant de points à prendre en compte pour bien choisir.

Classique ou moderne ?

« Les robinets se déclinent dans une multitude de styles. On remarque notamment les mitigeurs modernes conçus pour compléter les espaces purs et minimalistes, les modèles plus classiques créés pour mettre en valeur les pièces traditionnelles », explique-t-on chez Grohe.

Les styles

Si vous misez sur la tradition, les modèles rétro vous séduiront avec leurs manettes en croisillons, leur habillage de cuivre ou de céramique. Vous préférez les styles modernes ? Les fabricants rivalisent d'imagination pour proposer des formes toujours plus innovantes. Mais attention : tout est dans la nuance. Même très design, il doit rester discret pour s'harmoniser avec le décor et ne surtout pas faire tache.

Autre point important : si vous optez pour un modèle encastrable, vérifiez d'abord l'état de la cloison car certaines d'entre elles ne permettent pas ce type d'installation.

Les matériaux

La majorité des ventes porte sur les modèles chromés, même si le nickel brossé et l'inox gardent des adeptes. Les robinets peuvent toutefois arborer différentes finitions, comme le bronze, l'or ou encore le noir. N'hésitez pas à faire le tour de l'offre. Si vous pouvez faire un premier tri en visitant les sites Internet des fabricants, n'oubliez pas que rien ne vaut une visite dans les boutiques et les showrooms.

Vous découvrirez les modèles en situation, cernerez mieux leur esthétique et leur capacité à s'intégrer dans votre cuisine ou votre salle de bains. Et vous pourrez comparer les prix.

Mélangeur, mitigeur ou thermostatique ?

Au-delà de la forme et des matériaux, vous devrez aussi choisir le type de robinet : mitigeur, mélangeur ou thermostatique.

Le mélangeur

C'est le robinet le plus simple. Il est composé d'un bec et de deux manettes, l'une pour l'eau chaude, l'autre pour l'eau froide. C'est en les actionnant que vous réglez la température. Deux modèles se partagent le marché. Si les manettes sont assemblées au robinet, il s'agit d'un monotrou. Si elles sont séparées, vous devrez prévoir plusieurs trous pour votre installation.

Le mélangeur s'adapte à tous les formats et se décline dans tous les styles. S'il est peu onéreux à l'achat, c'est le moins économique à l'usage. Effectuées manuellement, la gestion de la température et celle du débit restent peu précise. On a en outre tendance à laisser le robinet ouvert pour ne pas avoir à recommencer les réglages. Notez également que le mélangeur n'est pas le robinet le plus maniable.

Le mitigeur

Une seule manette permet de régler débit (de bas en haut) et température (de droite à gauche). Un système pratique et économique, puisqu'il permet d'éviter de gaspiller l'eau. La plupart des modèles sont pourvus de réducteurs de pression et de limiteurs de débit. La technique la plus courante est la butée intermédiaire qui introduit une résistance forte à environ mi- chemin de la course du levier de commande.

À la clé : une économie d'eau de 30 % par rapport à un mélangeur. Le mitigeur thermostatique. Il fonctionne comme le mitigeur classique. Mais avec lui, tout est sous contrôle. Température et débit sont constants quelles que soient les variations de pression comme de débit d'eau chaude ou d'eau froide dans la maison.

 Précis, ce type de robinet permet d'économiser jusqu'à 30 % d'eau. Par défaut, les thermostatiques sont bloqués à 38° par mesure de sécurité, permettant aux plus petits d'éviter de se brûler. Autre avantage : l'esthétique des thermostatiques a fait beaucoup de progrès et ils s'adaptent désormais à tous les styles. Les fabricants proposent également des mitigeurs thermostatiques à infrarouges. Il suffit de passer les mains sous le robinet pour que l'eau se mette à couler à la température choisie.

Seul inconvénient du thermostatique : c'est le plus cher du marché. Les accessoires. Les mitigeurs classiques ou thermostatiques sont équipés dès l'origine de réducteurs de débit et de mousseurs qui permettent d'économiser l'eau. Ces équipements peuvent être ajoutés aux mélangeurs, ce qui réduira la facture d'eau. Certains robinets éclairent l'eau lorsqu'elle coule : bleue, elle est froide, et plus elle va vers le rouge, plus elle est chaude. Dans la cuisine, vous pourrez opter pour un modèle à douchette. Pratique pour laver les fruits et légumes ou rincer la vaisselle !

Prix, normes, qualité : bien choisir votre robinet

Au-delà du style et des caractéristiques techniques, le rapport qualité/prix et les normes doivent guider votre choix.

Le prix

En fonction du type de robinet, du matériau utilisé, de la sophistication technique et du design, les prix font le grand écart. Le mélangeur reste le plus abordable, avec une fourchette moyenne de 30 à 300 €. Parmi les mitigeurs classiques, l'entrée de gamme démarre aux alentours de 50 € pour aller jusqu'à 200 €. Un niveau de prix proche de celui des mélangeurs. À choisir pour les petits budgets motivés par les économies d'eau. Les thermostatiques, quant à eux, varient de 100 à 300 €. Certains modèles, quel que soit leur dispositif technique, peuvent monter beaucoup plus haut.

Très design, ils pourront coûter jusqu'à 500 €. Conçus par un designer reconnu, il peuvent grimper à 1 000 €. Certains robinets (modèles encastrés sans commande apparente, eau qui se colore selon la température, etc.) peuvent atteindre des sommets.

La qualité

« Ne foncez pas tête baissée vers le moins cher. Faire des économies sur un produit que vous utiliserez pendant plusieurs années et plusieurs fois par jour risque de vous décevoir », conseille-t-on chez Lapeyre. Privilégiez les modèles tout métal plutôt que le plastique chromé. Manipulez manettes et leviers : le mouvement doit s'effectuer en douceur, tout en souplesse et sans forcer.

Les normes

Votre robinet doit toujours afficher la Marque NF. Elle atteste que le matériel est conforme aux normes en vigueur définies par l'Afnor (Association française de normalisation). Elle doit être apposée sur les mélangeurs et les différents types de mitigeurs. Elle garantit notamment la qualité, l'étanchéité, le confort, la résistance des organes mobiles, etc.

Mélangeurs et robinets simples obéissent au classement EAU. E porte sur l'écoulement (débit maximal), A sur l'acoustique (silence de fonctionnement), U sur l'usure (résistance et fiabilité des différents composants. Les mitigeurs obéissent au classement ECAU. C'est le même que le précédent, sauf que s'y ajoute le critère C comme confort, qui mesure la précision et la stabilité de la température obtenue.

Pour aller plus loin...

L'Agence nationale de l'habitat (Anah) subventionne les travaux d'amélioration de l'habitat. En 2019, les propriétaires, bailleurs et copropriétés peuvent, sous conditions, bénéficier d'aides...

Besoin de mètres carrés supplémentaires ? Pensez à vos combles ! Leur aménagement vous coûtera beaucoup moins cher qu'une nouvelle maison et vous pourrez gagner ces précieux mètres carrés qui vous...

Pour la réalisation de travaux sur une habitation déjà existante, faut-il un permis de construire ou une déclaration préalable ? Marche à suivre pour agrandir sa maison en toute légalité.

De plus en plus de maisons mises en vente affichent une conception bioclimatique. Leur architecture a pour but de tirer partie d'une exposition ensoleillée pour diminuer les consommations...