Changer la distribution intérieure

Vous souhaitez modifier la distribution de vos pièces. Des travaux qui pourront être plus ou moins conséquents selon les matériaux et les procédés choisis.

© Kazed

Au fil de la vie, les besoins de la famille évoluent ! La grande salle de jeux que vous aviez créée dans la maison n'est plus utilisée. Le bureau aménagé sous les combles n'a plus de raison d'être. Les chambres des enfants ne sont plus occupées. Autant réaménager ces pièces pour profiter au maximum de ces espaces de vie.

Si vous voulez modifier l'agencement intérieur de vos pièces, vous serez peut-être amené à démolir certains murs. Dans ce cas, vérifiez avant d'entreprendre tous travaux qu'ils ne sont pas porteurs car leur démolition menacerait la stabilité de l'ouvrage.

La plaque de plâtre

Plusieurs procédés peuvent être utilisés pour modifier la distribution intérieure de votre logement. Incontournable en rénovation et dans le secteur de la construction : la plaque de plâtre.

Ce produit se monte facilement sur ossature métallique. Un isolant peut être placé entre les deux plaques. Vous pouvez opter pour des plaques Fermacell fabriquées à partir de gypse et de fibres de cellulose, issues du recyclage du papier. Ces produits offrent plusieurs avantages. Ils sont légers, se manipulent et se posent facilement. Ils se découpent avec une scie à carbure. Les réservations destinées à accueillir les prises électriques et les interrupteurs sont facilement créées en utilisant une scie cloche.

Ces plaques peuvent être fixées sur ossature métallique à l'aide de vis autoperceuses. Les plaques seront ensuite collées bord à bord. Un joint de dilatation sera réalisé à la jonction du gros œuvre. Un enduit de finition sera utilisé pour masquer les vis et les joints de colle. Un large choix de finitions est proposé. Vous pouvez coller directement du carrelage sur les plaques. Toutes les peintures peuvent être également réalisées. Deux couches épaisses assurent une bonne finition. Des papiers peints peuvent être aussi posés.

Si vous souhaitez aménager une pièce humide comme une salle d'eau ou une salle de bains, vous devrez utiliser une plaque spécifique. Cette dernière, après avoir reçu une sous-couche, pourra être recouverte par du carrelage.

Le béton cellulaire

Autre produit pour aménager votre espace : le béton cellulaire. Léger, incombustible, étanche à l'eau et naturellement isolant, ce produit se décline en carreaux disponibles en 7 et 10 cm d'épaisseur pour le montage de cloisons. Des carreaux de différentes hauteurs peuvent être utilisés. Les pièces de 25 cm facilitent le transport des matériaux dans votre logement. Les carreaux d'une hauteur de 50 cm permettent quant à eux de cloisonner plus rapidement.

Le béton cellulaire se pose quelle que soit la nature du support. Dans le cas d'un sol carrelé, vous utiliserez un U plastique qui fera office de guide. Sur un parquet, une semelle de bois sera fixée pour assurer une bonne assise des carreaux. Dans le cas d'un sol en béton lisse, une couche de mortier-colle sera effectuée pour assembler le premier rang.

À noter que les carreaux peuvent être soit lisses - ils seront alors enduits de colle horizontalement et verticalement - soit dotés de profils d'emboîtement à l'image de lames de parquet. Dans ce cas, ils seront collés seulement horizontalement, un procédé plus économique car la consommation de mortier colle est plus faible. À l'aide d'un niveau à bulle, la pose du premier carreau sera contrôlée. Le niveau de chaque rang sera de nouveau vérifié. Les réservations nécessaires pour les prises seront réalisées à l'aide d'une scie cloche. Un rainurage sera effectué dans les carreaux de béton cellulaire pour implanter les câbles électriques. Un enduit sera employé pour le rebouchage. Un joint de dilatation sera également effectué.

Côté finition, le choix est large comme le rappelle Alan Barbotin, responsable des ventes grandes surfaces de bricolage Siporex, fabricant de béton cellulaire : « le particulier peut choisir une peinture, du carrelage, un plaquage bois, voire de la toile de verre, un produit à la mode ».

Naturellement résistant à l'eau, ce matériau qui ne subit aucun traitement, peut être employé pour fabriquer des cloisons de douche ou de salles de bains. Vous pouvez le laisser tel quel sans réaliser la moindre finition. Des carreaux courbes de 30 ou 60° sont aussi proposés pour des aménagements originaux.

La brique

Vous pouvez aussi utiliser la terre cuite pour votre distribution intérieure. Ce matériau ancestral compte de nombreux atouts.

Incombustible, il est résistant aux chocs et supporte des charges importantes, ce qui permet de fixer des meubles sur les parois. Fort d'une inertie naturelle, il contribue également au confort intérieur en absorbant et en restituant progressivement la chaleur accumulée.

La terre cuite se décline en différents produits. « Il est possible de monter une cloison en briques plâtrières qui seront hourdies à l'aide de plâtre. La paroi sera recouverte d'un enduit plâtre. Cette technique de pose nécessite un véritable savoir-faire qu'un plâtrier traditionnel possède », observe Alexandra Del Pozo, chef de projet cloison Imerys Structure. Mais ces professionnels se font de plus en plus rares dans le monde du bâtiment.

Autre produit : des briques lisses de grand format (66 cm x 50 cm). De petits croisillons facilitent l'alignement des briques en maintenant un espace qui servira à réaliser les joints. L'enduit pelliculaire réalisé sur la paroi devra être de même nature que le liant utilisé. Ce procédé est à la portée d'un bon bricoleur.

Autre technique, similaire à celle de la plaque de plâtre : une ossature métallique sur laquelle seront réalisées deux cloisons en terre cuite. Un procédé signé Imerys Structure qui a été présenté lors de la dernière édition Batimat 2009, salon professionnel du bâtiment. « Des agrafes permettent de solidariser le parement de briques à l'ossature métallique, détaille Alexandra Del Pozo. Un isolant acoustique composé de laine de verre sera placé entre les deux parements de terre cuite. L'alimentation électrique se placera entre l'isolant et la plaque de parement. » Un mortier scellera les parements de briques. Une scie cloche sera utilisée pour effectuer les réservations nécessaires à l'implantation des prises électriques.

Les cloisons coulissantes

Si vous souhaitez limiter les travaux, vous pouvez opter pour une cloison coulissante. Ces produits disponibles dans des largeurs importantes pouvant atteindre trois mètres permettent de séparer deux pièces. Un rail situé au plafond et un autre implanté au sol guideront votre cloison mobile. Lors du cloisonnement, vous devrez implanter votre appareillage électrique. Vous pouvez éviter de rainurer vos cloisons pour placer les canalisations électriques reliant votre tableau aux prises. La solution ? Des moulures en PVC permettent de placer vos alimentations au pied des cloisons. Elles séparent les courants faibles alimentant la télévision des courants forts reliant les convecteurs, les prises électriques.

Différents accessoires comme des angles assurent une finition soignée quelle que soit la configuration de la pièce et celle de vos portes. Ce procédé permet par ailleurs de faire évoluer votre installation électrique. Vous pouvez en effet si vous le souhaitez modifier ultérieurement l'implantation de vos prises en démontant vos moulures. Des travaux qui peuvent être effectués rapidement et facilement, contrairement à des canalisations électriques qui seraient logées dans vos cloisons.

Vous pouvez aussi créer facilement des points lumineux sans tirer de nouvelles canalisations électriques à l'aide d'un émetteur et d'un interrupteur récepteur fonctionnant par radiofréquence. L'émetteur radiocommande l'éclairage de la pièce et éventuellement le fonctionnement de vos volets roulants qui sont raccordés à un interrupteur récepteur. L'émetteur radio est alimenté par une pile au lithium qui assure une autonomie importante, soit dix mille manœuvres.

Publié par le
Journaliste chez PAP.fr


Je suis locataire

Je suis propriétaire