Ravalement d'une copropriété : comment faire?

Publié par le

Ravaler un immeuble ne se résume pas à un simple nettoyage de la façade ! C'est parfois l'occasion d'améliorer l'isolation thermique du bâtiment. À condition de réaliser un audit complet, sans oublier l'estimation financière des travaux pour évaluer leur faisabilité.

 

C'est l'un des travaux les plus coûteux pour une copropriété ! Le ravalement d'un immeuble représente en effet une dépense importante pour les copropriétaires. « Le plus souvent, le ravalement est décidé par les copropriétaires qui souhaitent entretenir leur copropriété », constate Cécile Barnasson, présidente de Copro + qui aide les conseils syndicaux dans la gestion de leur immeuble. « D'autres copropriétés programment pour leur part ces travaux sur injonction de la mairie. »

Un diagnostic obligatoire pour évaluer la façade

Mais avant de contacter la moindre entreprise, mieux vaut procéder à une étude. Un diagnostic concernant l'état de la façade doit être effectué pour évaluer la pertinence d'un ravalement et sa faisabilité technique. Sans oublier une estimation de son coût. Les copropriétaires doivent être également associés à la réflexion en amont de l'assemblée. Une démarche qui peut éviter de mauvaises surprises comme le rappelle Cécile Barnasson : « le conseil syndical d'une copropriété qui avait fait une étude sur un ravalement s'est vu refuser son projet par l'assemblée générale des copropriétaires qui n'avait pas été consultée ».

Faire appel à un professionnel. Si les copropriétaires acceptent le principe d'un ravalement, il est conseillé de faire appel à un bureau d'études et/ou à un architecte pour réaliser une étude sur l'état du bâti. Cet audit peut être aussi l'occasion d'améliorer l'isolation de la façade lors des travaux de ravalement si les capacités financières de la copropriété le permettent. L'architecte transmettra un dossier de consultation aux entreprises. Ces dernières enverront ensuite leurs devis qui seront examinés.

Un prêt collectif coûteux

Le devis choisi, reste à financer ces travaux. Deux types de financements peuvent être choisis. Soit des appels de fonds qui seront échelonnés sur une année, soit un prêt collectif à adhésion individuelle. Dans ce dernier cas, les copropriétaires souscrivent individuellement un prêt auprès d'une même banque qui sera géré par le syndicat des copropriétaires.

Contrairement à un prêt classique, aucune condition de ressources n'est exigée. Les seules conditions à respecter étant de ne pas avoir d'impayés de charges et de ne pas être interdit bancaire. « Cet emprunt permet à tous les copropriétaires de financer ces travaux, rappelle Cécile Barnasson. Mais ce financement qui inclut une garantie est proposé à un taux élevé, supérieur de deux points aux taux pratiqués habituellement pour ces travaux. Ce qui augmente le coût. Généralement, certains copropriétaires négocient directement avec leur banque pour bénéficier de meilleures conditions. »

Si l'assemblée générale des copropriétaires décide d'effectuer le ravalement de la façade dans le cadre de travaux d'entretien, cette décision doit être votée à la majorité des copropriétaires présents. Dans le cas d'un ravalement consécutif à l'injonction de la mairie, cette résolution doit être adoptée à la majorité absolue de l'ensemble des copropriétaires.

Pour aller plus loin...

Règlement de copropriété. Comment lire un règlement de copropriété, les parties communes, les parties privatives, charges spéciales, charges générales, copropriétaires, modification d'un règlement.

Chauffage collectif : les immeubles à usage d'habitation pourvus d'un chauffage collectif qui consomme plus de 150 kwh/m² par an doivent comporter depuis le 31 mars 2017 une installation qui...