La colocation : une bonne affaire ?

Publié par le

Crise du logement oblige, la colocation est devenue un mode de vie de plus en plus répandu. Si cette solution séduit les locataires, elle se révèle profitable aussi pour les bailleurs. Analyse des avantages.

Loyer plus avantageux, simplicité pour trouver un locataire… la colocation se révèle avantageuse aussi pour le bailleur. Pensez toutefois à établir des règles pour éviter les mauvaises surprises.

Rappel des avantages de la colocation pour les bailleurs

  • Un loyer plus important donc une meilleure rentabilité du bien loué.
  • Un bien plus facile à louer.
  • Pas de risque de vacances locatives entre deux locataires.
  • La clause de solidarité entre les locataires - une vraie garantie supplémentaire pour le bailleur

Un loyer plus important

Premier avantage pour les propriétaires, en optant pour la colocation vous pourrez améliorer la rentabilité de votre bien. Pourquoi ? Tout simplement parce que vous percevrez les loyers cumulés de plusieurs locataires. Donc le plus souvent, vous obtiendrez une somme plus intéressante que si vous aviez loué l’appartement à une personne ou à une famille.

Vous êtes propriétaire d’un grand appartement de quatre chambres dans le centre de Colombes (95). Il coûte environ autour de 365.000 €. Si vous louez chaque chambre 450 €, cela vous donne un loyer mensuel (hors charges) de 2.250 €. Cela représente une rentabilité de 7% ! Et avec des logements encore plus grands, cette rentabilité pourra grimper.

Un bien plus facile à louer

Louer une grande surface, surtout dans les villes importantes, peut s’avérer délicat. Avec des loyers toujours chers et la croissance des jeunes actifs célibataires, ces logements ne sont pas toujours adaptés. Il est plus facile de trouver quatre ou cinq colocataires pour assumer un loyer élevé que de miser sur une personne seule.

Pas de vacances locatives

Quand un locataire s’en va, ce n’est pas toujours simple de trouver un remplaçant dans les meilleurs délais. Parfois, les bailleurs perdent quelques mois de loyers. Avec une colocation, ce problème n’existe pas. Non seulement, ce sont le plus souvent les colocataires qui se chargent de trouver le remplaçant mais en plus les loyers continueront d’être versés.

A savoir : la clause de solidarité entre les locataires
Dans la majorité des colocations, les locataires doivent signer une clause de solidarité. Elle représente une vraie garantie pour le bailleur puisqu’elle implique que si l’un des locataires ne paie pas son loyer les autres devront régler la note pour lui. Et c’est la même chose pour les éventuelles dégradations causées par les colocataires.

Et la colocation intergénérationnelle ?

Le phénomène est encore nouveau et pourtant dans les faits les colocataires seniors sont de plus en plus nombreux. Selon une étude réalisée en juin 2015 par Harris Interactive, 74% des Français y sont favorables. Ce nouveau mode de vie répond à plusieurs problématiques de nos sociétés modernes. Il s’agit d’abord de répondre à la solitude et à l’isolement des personnes âgées. Mais cela permet aussi aux personnes ayant le plus de difficulté à se loger de trouver une solution plus facilement qu’en passant par le marché locatif classique. Pour un bailleur, cette solution peut donc s’avérer intéressante. 

Colocation : que faire pour éviter les nuisances ?
En tant que bailleur, l’une des questions qui revient le plus souvent concernant les colocations reste la peur des nuisances. Évidemment, on ne peut jamais prévoir à l’avance comment va se dérouler une cohabitation entre plusieurs personnes qui ne se connaissent pas toujours. C’est pourquoi nous vous conseillons de faire signer une charte aux colocataires.
Même s’il n’est pas obligatoire, ce document permet d’établir et de valider les grandes règles de fonctionnement de la colocation. On y trouve par exemple la répartition des pièces de jour et de nuit, et l’attribution des chambres. Mais aussi un règlement sur les rangements, le ménage et les horaires. L’organisation des soirées est ainsi réglementée.
Enfin, l'un des colocataires devra être désigné comme le référent. C’est donc auprès de lui que le propriétaire pourra se tourner en cas de problème.

Pour aller plus loin...

Lors de la mise en location d'un logement, le propriétaire bailleur peut être tenté d'avoir des exigences envers le locataire qui ne sont pas toutes permises.

Le choix d'un locataire se fait essentiellement sur le critère de la solvabilité. Il est donc légitime de lui demander un certain nombre de garanties. Mais attention : la loi interdit certaines...

Les pièces justificatives pouvant être demandées au candidat locataire et à sa caution sont limitativement énumérées. Cette mesure issue de la loi Alur doit supprimer les abus.

Pour éviter de subir les inconvénients liés à l'absence de locataire, vous pouvez opter pour une assurance carence et/ou vacance locative.