Location meublée : les exonérations

Publié par & le

En meublé, vous pouvez être exonéré d'impôt sur les loyers dans les deux hypothèses suivantes :

Louer une pièce de votre résidence principale

Vous donnez en location une ou plusieurs pièces de votre habitation principale : vous êtes exonéré d'impôt sous réserve que la ou les pièces louée(s) constituent la résidence principale du locataire ou sa résidence temporaire. Pour bénéficier de cette dernière condition, le locataire doit pouvoir justifier d'un contrat de travail saisonnier ou d'un CDD d'usage. Le prix de la location doit être fixé dans des limites raisonnables. Pour les baux conclus en 2019 le loyer ne doit pas dépasser 190 € par an et par mètre carré en Île-de-France et 140 € par mètre carré et par an dans les autres régions. Ces plafonds sont relevés au 1er janvier de chaque année.

 

Vous louez à Paris, dans votre résidence principale, une chambre de 18 m² à un étudiant. Pour être exonéré d'impôt, le loyer mensuel hors charges ne doit pas dépasser en 2019 (190 x 18) / 12 = 285 €.

A noter: Ce cas d'exonération doit s'éteindre au 31 décembre 2023.

Le cas particulier des chambres d'hôtes

Vous donnez en location à la semaine ou au mois des chambres d'hôtes à des personnes. Les recettes de ces locations ne doivent pas dépasser 760 € par an, sans compter cependant les prestations annexes qui pourraient s'y ajouter (petit déjeuner, entretien, téléphone, etc.).

En revanche, si vous dépassez 760 € annuels, vous êtes imposé sur la totalité des recettes tirées de la location, y compris les prestations annexes.

Si vous avez louez votre chambre d'hôte 7 semaines en 2020 à raison de 100 euros la semaine, vous serez exonéré du fruit de vos locations puisque vos recettes ne dépassent pas 760 euros.

Si vous êtes dans l'une de ces deux situations, vous êtes exonéré d'impôt et les revenus des locations n'ont pas à être déclarés. Dans les autres cas, vous êtes imposé.

VIDEO : Louer vide ou meublé : que choisir ?

Location vide, location meublée ? Le choix n’est pas évident, il implique des conséquences sur la gestion de la location évidemment mais également des conséquences fiscales.

Voir la vidéo

VIDEO : Location vide : quelle fiscalité pour les loyers ?

Les loyers perçus en location vide sont imposés dans la catégorie des revenus fonciers. Il y a deux régimes d'imposition : le régime forfaitaire et le régime réel. Si le régime forfaitaire est ultra-simple, les propriétaires choisissent toutefois le régime réel qui est beaucoup plus avantageux...

Voir la vidéo

VIDEO : Quels sont les meubles obligatoires dans une location meublée ?

Pour que le logement soit loué meublé, il faut que le locataire puisse habiter le logement immédiatement après avoir récupéré les clés. Mais concrètement, quelle est la liste des meubles à fournir ?

Voir la vidéo

Pour aller plus loin...

Vous louez un ou plusieurs logements vides : vous touchez des revenus fonciers. Après avoir déduit du montant des loyers l'ensemble de vos frais et charges, le résultat foncier vient s'ajouter à...

Devenir propriétaire, c'est aussi verser la taxe d'habitation et la taxe foncière. A qui s'adresser pour connaître le montant de ces impôts locaux ? Comment savoir précisément ce qu'il faudra payer ?

Pour lutter contre les 2,8 millions de logements vacants que compte la France, une taxe frappe les propriétaires qui laissent volontairement leurs logements inoccupés.