Micro-BIC : simple et avantageux

Publié par le

Un régime très simple

Le régime micro-BIC (appelé également « micro-entreprise » ou régime « forfaitaire ») consiste à appliquer un abattement sur vos recettes annuelles, c'est-à-dire toutes les sommes perçues au titre de la location (les loyers mais aussi les charges). Cet abattement est réputé inclure l'ensemble des frais et charges que vous devez payer ; aucune déduction supplémentaire n'est donc autorisée. Le montant de l'impôt dépend ensuite bien sûr de vos autres revenus et de la tranche d'imposition dans laquelle vous vous situez.

Le fonctionnement du micro-Bic est donc particulièrement simple et ne nécessite pas de compétence comptable particulière. Vous indiquez simplement sur votre déclaration de revenus générale n° 2042 le montant de vos recettes.

Et particulièrement avantageux

La location de chambres d'hôtes bénéficie d'un régime fiscal « de faveur ». L'objectif est de soutenir les activités d'accueil en milieu rural et de tenir compte des investissements réalisés par les propriétaires pour aménager leurs chambres d'hôtes.

Ainsi, si vous louez des chambres d'hôtes, vous bénéficiez de plein droit (automatiquement et sans formalité) du régime micro-entreprise si vos recettes ne dépassent pas 81 500 € par an : vous êtes donc presque toujours concerné. La règle est la même d'ailleurs pour les gîtes ruraux et les locations classées « meublés de tourisme » alors que, rappelons-le, pour les autres locations meublées, le seuil n'est que de 32.600 euros.

Sur ces recettes, vous bénéficiez d'un abattement forfaitaire de 71 % (contre 50 % pour les autres locations), ce qui signifie que seuls 29 % de vos loyers et charges sont ajoutés à l'ensemble de vos revenus de l'année puis imposés.

Pour aller plus loin...

Le régime fiscal de la location meublée nécessite le respect de nombreuses règles. Mais il vous permet de bénéficier d'une fiscalité avantageuse. Soit vous êtes imposé sur la moitié de vos recettes,...

Tout savoir sur les cas d'exonération de l'impôt sur la plus-value immobilière lors de la vente de sa résidence secondaire.