Rénovations thermiques : bien mais peut mieux faire

Publié par le

23 Avril 2021 - L’association de consommateurs UFC Que choisir a interrogé ses abonnés engagés dans des travaux de rénovation. Résultat : des gains en termes de confort comme de consommation d’énergie, mais aussi des surcoûts, des malfaçons, des performances moindres qu’attendues...

Les travaux de rénovation, c’est efficace ? Les résultats en termes de confort et d’économies d’énergie sont-ils au rendez-vous ? Quelles ont été les difficultés rencontrées pour isoler ou changer de chauffage ? Pour trouver des réponses, l’UFC Que Choisir a adressé un questionnaire à ses abonnés. Près de 2.893 d’entre eux y ont participé entre le 2 et le 15 décembre 2020. Parmi eux, seuls les trois quarts sont finalement passés à l’acte et ont réalisé des travaux, le plus souvent en maison individuelle. L’argument le plus souvent évoqué pour ne pas se lancer ? « Je ne suis pas sûr que les économies justifient l’investissement », explique l’association de consommateurs. La crainte de malversations arrive derrière à égalité avec le manque de moyens financiers.

Quelles motivations ? Près de 91 % des personnes qui ont répondu à l’enquête de l’UFC Que Choisir ont d’abord souhaité améliorer leur confort et bien entendu réduire leur facture d’énergie. Plus des trois quarts sont aussi animées par une volonté de protection de l’environnement, sachant qu’améliorer la performance énergétique permet aussi de limiter les émissions de gaz à effet de serre. Autre chiffre : 70 % des sondés se sont engagés dans des travaux de rénovation dans le but de valoriser leur patrimoine.

Quels travaux ? Environ un quart des 25 % personnes interrogées ont réalisé un diagnostic de performance énergétique (DPE) avant de démarrer leurs travaux et 19 % ont demandé un audit énergétique. Un bon moyen d’établir un bilan de santé du logement et de ne pas s’engager à l’aveuglette. Près de 80 % ont opté pour une rénovation partielle et seulement 20 % pour une rénovation globale, un chiffre nettement supérieur à la moyenne nationale qui s’établit à 8 %.

Quels problèmes ? 20 % des personnes qui ont réalisé des travaux ont été confrontés à des malfaçons, que ce soit pour une rénovation complète ou partielle. Des exemples ? Des fenêtres qui laissent passer le froid, des portes qui raclent le sol, une isolation qui ne joue pas son rôle, des ponts thermiques, ou encore un équipement de chauffage défectueux ou mal dimensionné. 3 % des personnes ayant engagé une rénovation partielle ont essuyé des surcoûts, une proportion qui monte à 11% chez ceux qui ont effectué une rénovation globale.  

Quel gain de confort ? Globalement, les résultats en termes de gain de confort sont au rendez-vous pour 86 % des personnes qui ont entamé une rénovation globale et pour 74 % de ceux qui se sont lancés dans une rénovation partielle. Bémol de taille : « 26 % de ménages ayant réalisé une rénovation partielle et 14 % de ceux ayant été plus ambitieux ne constatent pas de franche amélioratio», pointe l’UFC Que Choisir, qui juge cette situation « dramatique ». Des chiffres qui corroborent ce que tous les spécialistes clament haut et fort : seule une rénovation globale est efficace ! Mieux vaut éviter les travaux ponctuels.

Quel bilan énergétique ? En termes de diminution des factures d’énergie, là encore, les résultats escomptés ne sont pas toujours au rendez-vous ! Seulement 62 % des personnes ayant répondu jugent la baisse sensible. Des chiffres décevants compte-tenu des sommes engagées : 35 000 € pour une rénovation globale, 16 000 € pour une partielle (avant le versement des aides). Seulement 27 maisons ont atteint le niveau basse consommation (classement A ou B sur le DPE après travaux) pour des montants engagés de l’ordre de 50 000 €. Pire : un certain nombre d’autres rénovations sont loin d’atteindre ce niveau en dépit de montants similaires. Les écarts sont tout aussi nets en rénovation partielle.

Quelle conclusion ? Au bout du compte, l’étude de l’UFC Que Choisir montre que les résultats des travaux de rénovation sont manifestement très aléatoires et souvent sans rapport avec l’investissement réalisé. Et l’association de consommateurs de conclure : « la rénovation énergétique telle qu’elle est organisée aujourd’hui ressemble plus à un jeu de hasard qu’à un investissement garanti performant ». 

Dernières actualités

Logement : 68 territoires pilotes pour lutter contre la vacance

05 Mai 2021

Comment l'État compte remettre sur le marché des logements vacants. 68 territoires pilotes choisis,...


Marché immobilier : les notaires dressent le bilan un an après la crise sanitaire

03 Mai 2021

Les notaires de France ont publié cette semaine leur dernière étude sur le marché immobilier.


Immobilier : baisse des ventes et tassement des prix à Paris

30 Avril 2021

Les chiffres du marché immobilier francilien. Quelles sont les tendances ? Comment évoluent les...


Donation facilitée pour aider ses enfants à construire ou rénover leur logement

30 Avril 2021

Vous avez encore jusqu'au 30 juin 2021 pour aider vos enfants, vos petits-enfants ou vos...