Mal de dos : le mal-aimé de l’assurance emprunteur

Publié par le

28 Août 2020 - Le mal de dos peut être douloureux à plus d’un titre pour les emprunteurs immobiliers. Si certains assureurs couvrent ce risque moyennant une surprime importante, d’autres l’excluent de leurs garanties.

Si le mal de dos touche de nombreux français, c’est parfois une véritable épine dans le pied des emprunteurs immobiliers. Cette pathologie peut en effet soit occasionner une surprime pour couvrir ce risque, soit faire l’objet d’une exclusion de garantie de la part de l’assureur. Une situation qui peut être très problématique pour de nombreux emprunteurs et encore plus pour les primo-accédants dont les capacités financières sont plus contraintes.

Un mal de dos mal évalué. Les affections touchant le dos, que ce soit une hernie discale, un lumbago, une lombalgie, une sciatique, sont en effet considérées comme des maladies non objectivales (MNO). Concrètement, si la souffrance est bien réelle, elle ne peut pas être évaluée objectivement par un médecin.  Ces maladies sont à l’origine d’arrêts de travail plus ou moins longs qui peuvent également devenir récurrents provoquant une baisse de salaire. En 2017, les pathologies du dos ont représenté un arrêt de travail sur trois, la perte de 12,2 millions de journées de travail et un coût pour les entreprises atteignant un milliard d’euros.

Une assurance coûteuse pour le mal de dos. Si certains assureurs prennent en charge les pathologies affectant le dos, cette assurance est néanmoins coûteuse, un coût qui sera d’ailleurs d’autant plus conséquent que l’emprunteur sera âgé. Selon le comparateur d’assurance de prêt immobilier Magnolia, la cotisation d’assurances d’un homme de 40 ans empruntant 300.000 € sur 25 ans passerait en effet de 11.877 à 13.632 €, soit un surcoût de 14 % ! Cette garantie sera activée en respectant certaines conditions comme la durée d’hospitalisation. Si cette dernière varie selon les contrats des assureurs, il faut être en moyenne hospitalisé au moins depuis 90 jours.

Le dos exclu de l’assurance emprunteur. D’autres assureurs excluent quant à eux de leurs garanties la prise en charge des pathologies affectant le dos. Ainsi, si vous déclarez un mal de dos après la souscription de votre crédit, votre contrat ne couvrira pas ce risque si une clause d’exclusion des affections dorso-vertébrales figure dans les garanties incapacité/invalidité.

La délégation d’assurances pour payer moins cher. Avant de souscrire votre crédit immobilier, comparez les offres de prêts en examinant les garanties de l’assurance emprunteur. Si le coût des garanties MNO est trop élevé, utilisez la délégation d’assurances. Cette dernière vous permet de bénéficier d’une assurance moins chère proposée par un tiers. Votre établissement financier sera obligé de l’accepter si les garanties obtenues sont équivalentes à celles de son contrat groupe.

Questionnaire de santé : jouez la transparence
Lorsque vous remplirez votre questionnaire de santé, évitez de mentir si vous souffrez d’un mal de dos. En effet, si l’assureur prouve votre mauvaise foi, il pourra résilier votre contrat d’assurance remettant en cause votre prêt immobilier. Or ce dernier doit être en effet assuré. « À noter qu’une fausse déclaration peut entraîner une déchéance de garantie. Les primes versées restent acquises à l’assureur, qui a droit au versement de toutes les primes échues à titre de dommages et intérêts selon l’article 113-8 du code des Assurances », explique Horace Bourgy, fondateur du comparateur d’assurances de prêt « J’emprunte, j’assure ». « Autre problème : les ayants droit du particulier qui a menti peuvent avoir à payer le prêt, l’assurance ne prenant alors pas les mensualités en charge. »

Dernières actualités

Immobilier : la valeur verte, nouveau critère de vente ?

20 Octobre 2020

Jusqu'à 20 %. C'est la plus-value que pourrait engendrer la revente de votre bien immobilier jugé...


Copropriétaires : comment utiliser votre extranet ?

19 Octobre 2020

Comment accéder à votre extranet ? Quels sont les documents présents sur l'extranet ? Comment les...


IRL du 3e trimestre 2020 : le loyer des logements augmente de 0,46 % sur un an

15 Octobre 2020

L'indice de référence des loyers (IRL) du 3e trimestre 2020 est paru le 15 octobre 2020 ; il...


Copropriété : travaux d’accessibilité touchant les parties communes

14 Octobre 2020

A partir du 31 décembre 2020, tout copropriétaire pourra faire réaliser, à ses frais, des travaux...