Logement : un plan d’économies d’énergie pour septembre

Publié par
le
Journaliste chez PAP.fr

Les bailleurs, les syndics et les associations ont deux mois pour remettre au ministre de la Transition énergétique un plan d’actions diminuant de 10 % la consommation d’énergie des logements d’ici à deux ans. Des propositions qui devront être appliquées à la saison de chauffage.

Le ministère souhaite que les particuliers chauffent moins leur logement pour diminuer leur consommation d'énergie. Un thermostat permet d'optimiser son chauffage. © Noel Bouchut-Comap

Comment diminuer de 10 % la consommation d’énergie des logements d’ici à deux ans ? C’est la feuille de route qu’a donnée Agnès Pannier-Runacher, ministre en charge de la transition écologique, aux acteurs du logement, dans le cadre du plan « sobriété énergétique ». Les représentants des bailleurs publics et privés, les associations et les syndics de copropriétaires devront donner leurs recommandations en septembre pour une application prévue à la saison de chauffe.

Un meilleur pilotage du chauffage. Si les propositions du monde du logement sont attendues à la rentrée, Agnès Pannier-Runacher a dévoilé quelques pistes de réflexion. Outre la limitation de la température de chauffage à 19 °C dans les appartements que personne ne respecte, des gisements d’économies peuvent être trouvés avec le pilotage des installations. Une programmation permet en effet d’adapter le fonctionnement du chauffage aux habitudes de vie des occupants, évitant ainsi de trop chauffer si personne n’est présent dans le logement. Le calorifugeage des canalisations est aussi préconisé. Le principe ? Il s’agit d’isoler les canalisations de chauffage passant dans les zones non chauffées. A la clé, 10 % d’économies d’énergie. Outre ce gain, cette isolation évite de trop solliciter la chaudière, augmentant ainsi sa longévité.

La pompe à chaleur mal réglée. Un mauvais réglage des pompes à chaleur a été aussi pointé du doigt. Un problème qui devrait être normalement réglé si les particuliers respectaient l’obligation de faire entretenir leur pompe à chaleur tous les deux ans, un texte méconnu pour ne pas dire ignoré. En effet, depuis le 1er juillet 2020, tous les appareils thermodynamiques d’une puissance comprise entre 4 et 70 kWh doivent être vérifiés par un professionnel. Lors de son inspection, le technicien contrôle l’étanchéité du réseau et procède aux réglages si nécessaire pour optimiser le fonctionnement de cet appareil.

L’eau trop chaude. Si le chauffage est le poste consommant le plus d’énergie, la production de l’eau chaude sanitaire doit, elle aussi, se montrer plus vertueuse. La tendance étant à surchauffer l’eau alors que les besoins domestiques ne le nécessitent pas. Là aussi, un réglage de la chaudière effectué par le technicien en charge de la maintenance devrait suffire. Des efforts peuvent être également faits dans le domaine de l’éclairage, les lampes Led étant les plus économes…

Les ménages précaires aidés. Pour aider les ménages en situation de précarité énergétique, soit 12 millions de Français, le ministère lance un appel à projets destiné à leur proposer un accompagnement. « Il s’agit de les aider à se chauffer plutôt que baisser leur consommation énergétique », précise la ministre qui annonce qu’une enveloppe de 150 millions d’euros financée par les CEE sera allouée aux associations aidant ces publics en difficultés. 


La rédaction vous conseille


Je suis locataire

Je suis propriétaire