Logement : les Français comptent sur eux-mêmes pour acheter

Publié par le

08 Juin 2018 - Pour acheter leur logement ou celui de leurs enfants, les Français comptent financer eux-mêmes leurs projets immobiliers. Ils ne comptent plus sur les aides de l’Etat.

Aide-toi et le ciel t’aidera ! Ce pourrait être la maxime adoptée par les Français si l’on s’en réfère au sondage réalisé pour Lyxor par OpinionWay. Cet institut de sondage a en effet sondé 1.028 personnes sur leur attitude concernant les grandes dépenses de la vie. Et le constat est sans appel !

L’Etat n’est plus là ! Près de 7 français sur 10 estiment qu’ils devront compter sur eux-mêmes pour financer les changements de logements, les études de leurs enfants ou leur retraite. « Pour les Français, l’Etat providence n’a plus lieu d’être », explique Frédéric Micheau, directeur général d’OpinionWay. La diminution des aides dédiées à l’accession, la baisse des allocations logement, a sans doute entamé la confiance des Français.

Economiser de l’argent. Pour financer les grandes étapes de leur vie comme le logement, les Français mettent la main au portefeuille. 51% des personnes interrogées déclarent ainsi débuter le financement le plus tôt possible en économisant et en plaçant de l’argent. Un comportement de cigale qui ne surprend pas Jeanne Asseraf-Bitton, responsable de la recherche marché chez Lyxor asset management : « Le taux d’épargne des Français est le plus important d’Europe derrière celui de l’Allemagne et de la Suède. C’est un comportement de précaution. La première préoccupation pour les Français, c’est d’avoir un toit au-dessus de leur tête ».

L’épargne sans risques a la cote. Sans surprise, c’est l’épargne qui est le plus souvent mobilisée pour financer les projets immobiliers qu’il s’agisse de l’accession à la propriété de leur premier logement (54%) ou de celle de leurs enfants (62%). Les ménages privilégiant les liquidités, le livret A et l’épargne réglementée. « Le patrimoine des Français est composé à 64% d’actifs non risqués », rappelle Jeanne Asseraf-Bitton. « Ce chiffre a d’ailleurs progressé depuis la crise financière passant de 60% en 2007 à 64% en 2018 ». A contrario, l’assurance vie et le plan d’épargne par actions (PEA) ne représentent en moyenne qu’entre 9 et 11% des moyens mobilisés par les ménages. Une proportion logique pour ces produits bancaires conçus pour financer la retraite.

Confiance aux professionnels. Pour financer leurs projets immobiliers, les Français font appel majoritairement aux professionnels. C’est le cas de 60% des personnes interrogées qui souhaitent acheter leur logement. Et c’est le conseiller bancaire qui est le plus souvent consulté par 43% des personnes sondées. Le courtier immobilier n’arrive qu’en 4e position. Ce professionnel qui propose le dossier de financement de l’emprunteur à plusieurs établissements financiers n’étant cité que par 17% des Français. Une belle marge de progression pour ces intermédiaires du crédit et de l’assurance qui permettent aux emprunteurs de réaliser de substantielles économies lors du financement de leurs projets.
OpinionWay a interrogé un échantillon représentatif de la population française de 1.028 personnes du 28 mars au 8 avril 2018.