Logement : des villes plus denses à vendre aux Français

Publié par le

02 Octobre 2020 - Si l’Etat mise sur la densification des villes pour augmenter l’offre de logements, les Français n’y sont pas favorables.

 

Les Français accepteront-ils d’habiter dans des villes plus denses à l’avenir ? Rien n’est moins sûr ! Interrogés lors de la 5e édition du baromètre Les Français et les ascenseurs, réalisé par Ipsos pour le compte de la Fédération des ascenseurs, seuls 29 % étaient plutôt favorables à la construction de bâtiments de plus de six étages pour lutter contre l’étalement des villes. Les Français préférant à 71 % les immeubles comptant moins de six étages ou les maisons individuelles. Ce dernier habitat gardant d’ailleurs toujours leur préférence depuis de nombreuses années.

Un habitat plus dense. Ce choix très marqué ne sera pas sans poser de problèmes aux politiques qui érigent la densité urbaine comme priorité pour augmenter le nombre de logements afin d’économiser le foncier. Le plan de relance a d’ailleurs confirmé cette orientation en allouant une enveloppe de 300 millions d’euros pour convertir des friches industrielles ou commerciales en quartiers accueillant la construction de logements. Les mairies qui accepteront de construire au maximum des possibilités de leur plan local d’urbanisme bénéficieront également de 300 millions d’euros.

Des immeubles polyvalents. Pour convaincre les Français d’habiter en ville, Guillaume Fournier-Favre, président de la Fédération des ascenseurs qui s’exprimait lors d’un débat organisé sur l’habitat de demain soulignait qu'il est nécessaire de repenser nos immeubles. Les bâtiments du XXe siècle sont devenus mono-usages, certains étant dédiés au travail, d’autres aux logements. Une spécialisation qui génère des déplacements permanents entre ces pôles. « Ces immeubles ne correspondent plus aux enjeux de demain avec le développement du télétravail et la santé à domicile. Les usages ont fusionné. Il doit y avoir une mixité d’utilisation du bâtiment. »

Logements adaptables. La construction de ces immeubles doit aussi aller de pair avec une conception novatrice des appartements qui doivent être évolutifs pour s’adapter à la vie de leurs occupants. Des cloisons mobiles peuvent ainsi permettre de moduler l’espace de vie. Les parents peuvent par exemple créer une chambre pour accueillir leur enfant de retour après une rupture conjugale ou une perte d’emploi.

Décongestionner les métropoles. Si la densification de l’habitat dans les grands pôles urbains est une nécessité pour préserver les terres agricoles et les espaces naturels, les villes moyennes ont aussi leur carte à jouer. « Pour lutter contre l’étalement urbain, on privilégie la sur-densification des métropoles que ce soit à Paris, Lyon ou Toulouse », constate Henry Buzy-Cazaux, président de l’Institut des métiers de l’immobilier. « Mais un espace multipolaire pourrait s’articuler avec une ville centre et des pôles d’attractivité situés à 30 minutes de cette dernière. Ces communes avec leurs commerces et leurs services permettraient de décongestionner les métropoles. »

Les villes moyennes ont la cote. Ce nouvel aménagement du territoire pourrait d’ailleurs recevoir un écho favorable auprès de certains Français. Depuis la fin du confinement, les acteurs de l’immobilier constatent en effet un regain d’intérêt pour les villes moyennes. La recherche d’une meilleure qualité de vie, la quête d’une surface habitable plus grande, incitent des familles à franchir le pas. Lancé il y a deux ans, le plan action cœur de ville qui vise à dynamiser le territoire des villes moyennes, pourrait d’ailleurs conforter ce mouvement.

La renaissance des campagnes ? Cet attrait pour les villes moyennes s’accompagne également de la croissance des marchés ruraux. Les ventes de maisons ont notamment bondi dans des départements de la grande couronne francilienne comme le Val-d’Oise ou encore la Seine-et-Marne. « Un équilibre territorial est en train de se faire », observe Henry Buzy-Cazaux. Finalement, ce seront peut-être les acquéreurs qui, par leur choix, inciteront les gouvernements à avoir une politique moins centrée sur les métropoles. Car l’aménagement doit prendre en compte les besoins de toutes les villes, qu'elles soient grandes ou petites.

Comment densifier ?
La densification de l’habitat peut prendre différentes formes. Les immeubles peuvent être tout d’abord surélevés d’un ou plusieurs étages. Une solution intéressante à double titre car elle évite de construire hors de la ville et peut financer la rénovation énergétique de l’immeuble en reversant à la copropriété une partie du montant de la vente des logements construits. Des immeubles de bureaux peuvent être également reconvertis en appartements. Coûteuse, cette restructuration n’est pas applicable à tous les bâtiments du secteur tertiaire en raison de contraintes techniques. Dernier axe : la surélévation de maisons. Très répandue en région parisienne en raison du coût élevé de l'immobilier, cette technique consiste à créer un étage à la construction. L’ossature bois, souvent utilisée, permet de construire rapidement et en réduisant fortement les nuisances pour le voisinage.  

Dernières actualités

Loi climat : les propriétaires bailleurs face à la lutte contre les passoires énergétiques

28 Juillet 2021

La loi climat interdit la location des passoires énergétiques dès 2025 et la hausse des loyers des...


Crédit immobilier : qui profite vraiment des meilleurs taux ?

23 Juillet 2021

Tout savoir sur la baisse des taux immobiliers et les conditions des banques pour en profiter. Les...


Logement : une aide de 1 000 € pour financer la location des salariés

19 Juillet 2021

Une aide d'Action Logement de 1 000 € versée aux jeunes débutant leur vie professionnelle, aux...


Des logements plus confortables et plus grands depuis 50 ans

16 Juillet 2021

Comment a évolué le parc de logements en France au cours des cinquante dernières années ? L'Insee...