L’immobilier haut de gamme à Paris renoue avec la croissance

20 Janvier 2022 - L’immobilier haut de gamme a retrouvé des couleurs à Paris en 2021. Les ventes ont en effet augmenté alors que les prix restaient stables. Certains Parisiens se sont installés à Versailles ou Saint-Germain-en-Laye pour profiter de maisons plus spacieuses et d’un cadre de vie de qualité.

 

« Le marché de l’immobilier de luxe est le grand gagnant de la crise sanitaire ! » Thibault de Saint-Vincent, président de Barnes Immobilier, entreprise leader de l’immobilier résidentiel haut de gamme, ne cachait pas sa satisfaction à l’heure de dresser un bilan de ce segment de marché. Que ce soit à Paris ou dans le reste de l’Hexagone, le marché de l’immobilier de prestige a renoué en 2021 avec son niveau d’activité antérieur à la crise sanitaire. Les deux confinements décrétés en 2020 ont déclenché de nombreux projets en 2021 dopant le nombre de ventes.

Prix en hausse pour les biens sans défauts. Dynamique, le marché immobilier de la capitale a vu de nombreux expatriés revenir, sans oublier le retour de la clientèle étrangère, observé depuis septembre 2021. Un engouement des acheteurs qui ne s’est pas traduit pour autant par une envolée des prix, ces derniers ayant plutôt connu la stabilité. Mais cette dernière cache des évolutions très contrastées. Alors que les logements de qualité en étage élevé dans des immeubles de standing se sont vendus à des prix en hausse de 5 à 10 %, les biens de moindre qualité ont accusé une baisse pouvant atteindre 20 %. « L’écart de prix entre ces biens s’est accru atteignant 2,5 », observe Thibault de Saint-Vincent. L’immobilier très haut de gamme se porte quant à lui très bien avec des ventes supérieures à 6 millions d’euros.

Prix stables. Les V et VIe arrondissements figurent toujours parmi les secteurs les plus prisés des acquéreurs avec des prix oscillant entre 13 000 et 19 000 €/m². Dans le XVIIe, les biens se négocient entre 12 000 et 16 000 €/m². Le XVIe est quant à lui recherché par les adeptes de maisons, un marché des plus dynamiques où ces dernières se vendent en moyenne 4 millions d’euros. Le XVIIIe a aussi la cote. « On note un regain d’intérêt de jeunes entrepreneurs aisés pour cet arrondissement comme la rue des Abbesses, la rue Junot, où les biens se négocient entre 14 000 et 17 000 €/m² », précise Richard Tzipine, directeur général de Barnes. Le XIe avec ses prix attractifs - 12 000 à 13 000 €/m² - séduit aussi de nombreux acquéreurs.

Les Yvelines plaisent. Si Paris attire, certains Parisiens ont cependant franchi le périphérique pour découvrir les Yvelines s’installant à Saint-Germain-en-Laye ou encore Versailles au détriment des Hauts-de-Seine. Dans certaines communes du 92, les vendeurs de maisons ont été en effet trop gourmands fixant des prix élevés qui ont dissuadé les acheteurs. Dans d’autres villes comme Saint-Cloud ou Marne-la-Coquette, l’offre n’était tout simplement pas au rendez-vous, car les propriétaires n’avaient pas envie de vendre leur maison qu’ils avaient appréciée lors des confinements ! Saint-Germain-en-Laye et Versailles, avec leurs écoles réputées comme le lycée Hoche ou le Lycée international, leurs forêts et une bonne desserte en transports en commun, avaient alors toutes les cartes en main pour accueillir ces nouveaux acquéreurs en quête de maisons. Des biens haut de gamme qui se vendent en moyenne 10 000 €/m².

Le bassin d’Arcachon a la cote
Le bassin d’Arcachon est toujours en haut de la vague ! Très recherchée pour les vacances, cette destination s’est imposée depuis la crise sanitaire comme la résidence principale de Parisiens qui jonglent entre le télétravail et le TGV reliant en deux heures Bordeaux à Paris. Conséquence : la demande pour les maisons a bondi de 20 % et les prix de 15 % en un an. Au Pyla-sur-Mer, les biens haut de gamme se négocient 15 000 €/m², l’exception atteignant 20 000 €/m². Une villa située en première ligne avec vue sur le bassin est partie à 9 millions d’euros. Le Cap-Ferret, à la pointe nord du bassin, affiche lui aussi des valeurs élevées : 15 000 €/m² pour le haut de gamme avec des transactions pouvant atteindre 30 000 €/ m² pour des biens exceptionnels. 

 

Publié par le
Journaliste chez PAP.fr


Je suis locataire

Je suis propriétaire