Immobilier : un pouvoir d'achat qui peut varier de 1 à 7

Publié par le

16 Mai 2019 - D'après la dernière étude de l'Insee le salaire moyen dans le privé s'établit à 2 238 €. De quoi acheter 92 m2 à Clermont-Ferrand et...16 m2 à Paris.

Selon la dernière étude annuelle de l'Insee, le salaire moyen dans le secteur privé s'établit à 2 238 € nets par mois. Que peut-on acheter pour ce montant ?  " Avec ce revenu net, on peut actuellement emprunter 154 519 € à un taux de 1,40 % sur 20 ans. C’est donc le montant moyen théorique d’un crédit immobilier sur 20 ans, une somme qui, rappelons-le, a été boostée par la baisse des taux ces dernières années mais qui reste insuffisante dans certaines villes pour acheter une surface assez grande pour se loger " analyse Sandrine Allonier, porte-parole du courtier Vousfinancer.

Quel pouvoir d'achat immobilier ? Avec un prix médian en France à 2 040 €/m2 (source Notaires) les Français peuvent acheter en moyenne 76 m2 (avec 10 % d’apport pour financer les frais). Mais en y regardant de plus près, mieux vaut être salarié à Clermont-Ferrand qu'à Paris ou à Bordeaux. Ainsi selon le courtier, avec ce salaire moyen on peut acheter, 92 m2 à Clermont-Ferrand, 74 m2 à Grenoble, 52 m2 à Nantes et seulement 16 m2 à Paris. Un pouvoir d'achat qui varie de 1 à 7 !

Pas facile avec le salaire médian. Pire, selon l’Insee, le salaire médian dans le privé s’établit à 1 789 € ce qui signifie que la moitié des salariés perçoit moins que cette somme, et l’autre moitié plus… " Avec un salaire médian à 1 789 €, la moitié des Français travaillant à temps plein dans le privé ne peut pas emprunter plus de 123 519 € sur 20 ans… Si on prend le prix médian au mètre carré en France, cela signifie que la moitié des Français ne peut pas acheter plus de 61 m2…" ajoute Sandrine Allonier.

De fortes disparités géographiques. Avec 2 238 € par mois on n'achète pas la même chose selon que l'on en est ville ou à la campagne. Des écarts importants aussi entre les grandes agglomérations." Dans certaines villes où les prix de l’immobilier ont flambé, 50 % des Français ne pourraient pas acheter plus de 13 m2 à Paris, 30 m2 à Bordeaux, ou 31m2 à Lyon " explique Sandrine Allonier. Et d'ajouter " C’est aussi l’une des causes de l’allongement des durées de prêt car dans certaines villes la baisse des taux ne suffit plus à compenser la hausse des prix " .

Des inégalités sociales. Les écarts entre les salaires les plus bas et les plus hauts salaires (1er et dernier déciles) sont également révélateurs des freins à l’accès à la propriété. Ainsi à Toulouse par exemple les 10 % des Français qui ont les revenus les moins élevés ne peuvent acheter que 30 m2 contre 92 m2 pour les 10 % les plus hauts… Pire les écarts de salaires moyens entre hommes et femmes accentuent cette inégalité. Les femmes empruntant en moyenne sur 20 ans 32 000 € de moins que les hommes !

Capacité d'emprunt vs pouvoir d'achat immobilier
En 14 ans le salaire moyen net a progressé de 15 % (passant de 1941 € à 2238 €) mais corrigé de l’inflation (14% entre 2006 et 2016) la hausse n’est que de 1 %... Dans le même temps, les prix de l’immobilier ont augmenté de 48 % à Paris, 72,3 % à Bordeaux ou 25 % à Nantes. Parallèlement durant les dix dernières années, les taux d'intérêt ont été divisé par 3 conduisant à une hausse de la capacité d’emprunt avec le salaire moyen de 56 % !
Mais selon le Conseil général de l'environnement et du développement durable cela ne suffit pas à compenser le niveau élevé du prix des logements. D'après cet organisme dépendant du Ministère de la transition écologique et solidaire le pouvoir d'achat immobilier reste aujourd'hui inférieur de 19 % à ce qu'il était en 1965 ou en 2000. Pour acheter le même logement " toutes choses égales par ailleurs ", un primo-accédant devait s'endetter sur 20 ans fin 2018 contre 15 ans en 1965 ou 2000.