Immobilier : où concilier emploi et pouvoir d’achat immobilier ?

Publié par le

20 Novembre 2020 - La Covid 19 aura au moins permis de mettre en lumière les aspirations des Français en matière immobilière : plus grand, plus vert et moins cher. Une étude coréalisée par Meteojob et Meilleurtaux dévoile les villes qui présentent le meilleur équilibre entre emploi et pouvoir d’achat immobilier.

L’important ce n’est pas que le salaire, mais aussi ce qui reste quand on a tout payé ! Meteojob, un site de recherche d’emplois, et Meilleurtaux.com, courtier en assurances et en prêts, viennent de publier une étude dans laquelle ils ont croisé trois données essentielles lorsque l’on souhaite s’installer : emploi, salaire, logement. Elle mesure le nombre d'offres d'emplois en CDI rapporté au nombre d'habitants et le pouvoir d'achat immobilier pour un salaire médian. « Ce classement démontre que les grandes métropoles telles que Paris, Marseille, Lyon n'offrent pas le meilleur compromis en termes d'emploi et de logement. Des petites et moyennes villes offrent de meilleures opportunités pour les deux critères. Reste à voir si l'année prochaine elles ne seront pas saturée en termes d'emploi et surtout si elles ne vont pas connaître une flambée du prix moyen au mètre carré », observent Maël Bernier, directrice de la communication et porte-parole de Meilleurtaux.com et Marko Vujasinovic, président de CleverConnect.

La Covid 19 a rebattu les cartes. Les deux confinements ont eu au moins le mérite de révéler les aspirations des Français en matière de logement : quitter les grandes villes pour de plus petites avec la possibilité de s'offrir une maison avec jardin pour le prix d’un petit appartement. Pour 30 mètres carrés à Paris, il est en effet possible de s’acheter une belle maison en province. De quoi faire réfléchir. « La demande a changé et les villes moyennes tirent clairement leur épingle du jeu depuis le premier déconfinement au détriment des très grosses agglomérations offrant des surfaces faibles pour des budgets élevés », confirme Maël Bernier.

Le tiercé gagnant. Trois villes tirent leur épingle du jeu : Mulhouse, Aix-en-Provence et Lille. La deuxième ville d’Alsace se hisse à la première place du classement avec 0,84 offre de CDI pour 100 habitants et un excellent pouvoir d'achat immobilier. Un salaire médian peut s’offrir 85 m2 à un taux de 1,25 %. Aix-en-Provence arrive en seconde position. « Aix-en-Provence est devenue une ville très attractive en termes d'emploi offrant une belle qualité de vie à ses habitants : vie au calme à proximité d'une grande ville telle que Marseille. A moins de 3 heures de TGV de Paris, la ville attire de plus en plus d’entreprises et de salariés », commente Marko Vujasinovic. « Mais cette attractivité a un impact sur le prix du mètre carré qui ne baisse pas et se maintient à un niveau relativement élevé », tempère Maël Bernier. Lille occupe la troisième position de ce classement avec 1,01 offres de CDI pour 100 habitants et une surface accessible de 43 m2. Saint-Etienne (cinquième place) se distingue par une surface immobilière accessible de 102 m², soit la plus importante du classement.

Des villes en déséquilibre. Cette étude met en évidence le difficile équilibre entre taux d’emploi et pouvoir d’achat immobilier. À Lyon, l'équilibre entre offre d'emplois et achat immobilier n'est pas du tout au rendez-vous. Avec un prix moyen au mètre carré au-dessus des 5.000 €, la capitale des Gaules offre une surface finançable de 25 m2. À Strasbourg (39 m2), Bordeaux (27 m2) et Metz, le pouvoir d'achat immobilier reste faible à l'exception de Metz qui offre une surface finançable de 52 m2. « Ces villes rapidement accessibles en TGV depuis Paris commençaient déjà à attirer des familles à la recherche de plus d'espace et de vert, une tendance accentuée avec la crise du Covid où le télétravail est devenu le quotidien de nombreux Français. Cependant la loi de l'offre et de la demande a fait grimper les prix moyens du mètre carré. A Bordeaux, nous sommes à près de 5 000 €/m2 », observe Maël Bernier. Sans surprise, Paris est dernière du classement. Pour un salaire médian net mensuel de 2.323 €, un emprunteur ne peut s'offrir qu'un 15 m2 !

Le soleil ne rime ni avec emploi ni avec pouvoir d’achat immobilier. Nice, Montpellier et Marseille arrivent bonnes dernières avec respectivement 0,30, 0,26 et 0,23 offres d'emplois pour 100 habitants. « Ces villes du soleil deviennent complètement saturées en termes d'emplois et accusent une belle baisse du nombre d'offres de CDI », explique Marko Vujasinovic. En ce qui concerne le pouvoir d'achat immobilier, elles sont chères avec un prix moyen au mètre carré de 4.398 €, il est possible de s'offrir seulement 34 m2 à Nice. Pour Montpellier, c'est à peine 38 m2 et Marseille 43 m2.

Dernières actualités

Logement : 5 solutions pour mieux vivre le confinement

27 Novembre 2020

A la recherche d'idées pour améliorer votre logement ? De nouvelles fenêtres, des accessoires...


Logement : les Français sous-estiment le risque incendie

27 Novembre 2020

Pourquoi les Français sous-estiment le risque incendie. L'incendie dans la cuisine, les feus...


Les visites sont de nouveau autorisées à compter du 28 novembre

26 Novembre 2020

A compter du 28 novembre, les visites immobilières sont de nouveau autorisées pour les...


Des copropriétés fragilisées à préserver de la crise économique

26 Novembre 2020

Tout savoir sur les solutions pour aider les copropriétés fragiles, dégradées. Les aides de l'Anah,...