Immobilier : les taux bas dopent le marché

Publié par le

23 Mars 2016 - Tous les segments du marché immobilier profitent du contexte économique actuel. Taux bas, mesures incitatives favorisent un redémarrage très net des transactions dans le neuf comme dans l'ancien.

 « Motivés par la baisse continue des taux des crédits immobiliers, doublée d'un contexte économique et politique favorables, les Français en profitent pour investir dans l'achat d'un bien immobilier », commente Ulrich Maurel, président fondateur du réseau. Même son de cloche chez Cafpi pour qui le printemps de l'immobilier résidentiel est annoncé avec un peu d'avance. Le Crédit Foncier table quant à lui sur la vente de 825.000 biens anciens en 2016. Si ce chiffre est atteint, ce serait un record sur les dix dernières années !

Les taux d'intérêt dopent le pouvoir d'achat. C'est écrit et dit un peu partout mais c'est une réalité, la faiblesse actuelle des taux d'intérêt dope le pouvoir d'achat immobilier. D'après Cafpi, pour une mensualité de 1.000 € sur 20 ans, on peut emprunter près de 22% de plus qu'en janvier 2012, quand le taux fixe moyen était de 4,05%. Et sur la durée, le prêt coûtera 35.606 € de moins ! Tous les segments de marché en profitent : accession, primo-accession et investissement locatif.

L'ancien a la cote. Avec la baisse des taux, les acquéreurs peuvent emprunter encore un peu plus, sur une durée un petit peu moins longue. Ce qui ne change pas, c'est leur appétence pour l'ancien, qui représente plus de 92% de leurs acquisitions selon Cafpi.

Les primo- accédants sont de retour. La grande nouvelle de ce premier trimestre 2016, c'est le grand retour des primo accédants. « Alors qu'ils représentaient environ un tiers des clients de Cafpi depuis plusieurs années, leur proportion vient de passer les 40%. Le réaménagement du prêt à taux zéro, les conditions de crédit actuelles et l'amélioration du pouvoir d'achat immobilier en sont très certainement la cause. » Chez Immoprêt, on constate que le prix moyen de l'acquisition augmente, tout comme l'apport moyen ; parallèlement la durée moyenne de l'emprunt baisse. C'est la conséquence directe des taux bas.

Les investisseurs répondent présent. Toujours selon Cafpi, la part de marché des investisseurs représente 14% des crédits qu'il négocie, soit un bon niveau. Si le Pinel fait toujours le succès du neuf, on voit aussi les investisseurs revenir dans l'ancien, attirés par les conditions de financement de la pierre, son bon rendement et sa stabilité de valeur par rapport aux autres placements, notamment boursiers.