Immobilier : les jeunes mal logés

Publié par le

07 Octobre 2019 - Les jeunes ont des difficultés à se loger. Les logements sont bien souvent jugés trop petits, bruyants et chers.

 

La quête d’un toit est loin d’être une sinécure pour les jeunes ! Selon une enquête réalisée par Inkidata pour Open Partners auprès d’un millier de Français âgés de 18 à 30 ans, 60 % d’entre eux déclarent avoir rencontré des difficultés dans leur parcours. Le prix est notamment la première explication avancée par 36 % des personnes qui se plaignent de logements trop chers près des grands bassins d’emplois. Faute de moyens financiers suffisants, ces jeunes restent bien souvent chez leurs parents de plus en plus tard, un mode de vie adopté par 60 % des étudiants et un actif sur quatre.

Logements trop petits. Faute d’une offre de logements étudiants suffisante, les étudiants se tournent majoritairement vers le parc privé. Mais les biens qui leur sont proposés sont loin de les satisfaire. Pas moins de 44 % considérant leur logement comme un lieu subi. Les motifs d’insatisfaction ? Le manque d’espace, le quartier bruyant et le mauvais état du logement. Un mobilier et un agencement inadaptés sont aussi pointés du doigt.

Un immobilier connecté pour les jeunes. Interrogés sur leurs aspirations, les jeunes sont demandeurs d’une offre de services facilitant leur quotidien. La mobilité s’impose d’ailleurs comme leur priorité numéro 1. 50 % des sondés voudraient des vélos et des trottinettes à disposition. Sans oublier un service de co-voiturage. Le ménage, un espace buanderie-laverie sont aussi demandés par 31 % des jeunes. Et sans surprise, un accès internet est réclamé par 73 % des sondés. Un espace de travail doté de places de co-working rallie pas moins d’un étudiant sur quatre.    

L’institut Inkidata a réalisé une étude auprès d’un échantillon de 1 000 Français âgés de 18 à 30 ans représentatif de la population française du 18 juin au 5 juillet 2019.