Immobilier : le Brexit dope le haut de gamme à Paris

Publié par le

09 Novembre 2018 - L’immobilier parisien haut de gamme voit le prix de ses logements progresser avec l’arrivée de salariés français quittant Londres dans la perspective du Brexit. Plusieurs arrondissements sont concernés par cette hausse.

Ils arrivent ! Depuis quelques mois, les salariés français travaillant à Londres s’installent dans la capitale car le Brexit approche à grands pas. Même si le divorce est loin d’être officialisé entre la Grande Bretagne et la communauté européenne, certains établissements financiers ont en effet d’ores et déjà rapatrié une partie de leurs effectifs dans plusieurs villes européennes comme Paris ou encore Francfort. Selon Barnes, société spécialisée dans l’immobilier résidentiel haut de gamme, ces acquéreurs ont représenté selon les arrondissements entre 5 et 12% de leurs transactions. « Paris devient une place financière qui prend le relais de Londres », observe Thibault de Saint Vincent, président de Barnes. « Ce qui a un impact sur l’immobilier. »

25 000 €/m² dans le Marais. Habitués aux prix londoniens – Londres est 1,6 à 1,8 fois plus chère que Paris –, ces acheteurs bénéficiant d’un fort pouvoir d’achat font monter les prix pour le plus grand bonheur des vendeurs. Alors que le haut de gamme se vend en moyenne 11 100 €/m² selon Barnes, il faut compter au minimum 12 000 €/m² pour acquérir un logement dans le secteur Martyrs-Montmartre dans le XVIIIe arrondissement. Les plus beaux appartements se vendant quant à eux 20 000 €/m². Phénomène identique dans le quartier du Marais, très recherché. Les prix des appartements haut de gamme oscillent désormais entre 15 000 et 20 000 €/m². Et les plus beaux biens partent à 25 000 €/m² !

Ouest parisien : les millions de l’immobilier. Les XVIe et XVIIe arrondissements ont eux aussi leurs adeptes. Ce sont des familles comptant trois enfants qui recherchent des appartements spacieux offrant quatre à cinq chambres. Ces acquéreurs jetant leur dévolu sur des biens de 200 à 260 m², situés près des établissements scolaires réputés. Le budget ? 2 à 3 millions d’euros, soit entre 11 500 et 13 000 €/m². Si l’arrivée de ces acquéreurs ne s’est pas traduite par une flambée des prix, ils sont en revanche prêts à payer un peu plus cher que le prix du marché pour emménager dans un appartement en parfait état. « Ils ne veulent pas avoir à gérer des travaux à distance », rappelle une collaboratrice de Barnes.

Une tendance à l’augmentation. Cette dynamique immobilière ne devrait pas faiblir selon Thibault de Saint-Vincent qui table sur une hausse des prix de vente d’autant que les valeurs parisiennes restent à des niveaux raisonnables. Même si les prix du haut de gamme parisien ont augmenté de 10% par an depuis les trois dernières années alors que Londres suivait le chemin inverse !