Immobilier : le bois fait un carton

Publié par le

28 Juin 2019 - Le bois a retrouvé des couleurs dans l’immobilier ! La construction de logements a bondi de 20 % entre 2016 et 2018. Une belle croissance qui s’explique par la nouvelle image de ce matériau et sa contribution au développement durable. Les particuliers font aussi de plus en plus appel au bois pour surélever leur maison.

 

La construction bois se porte comme un charme dans l’Hexagone ! Selon la cinquième enquête nationale de la construction bois, tous les segments du marché du logement sont orientés à la hausse en 2018. La promotion immobilière a été très active avec pas moins de 4.100 maisons construites (+ 49 % par rapport à 2016) et 10.700 logements collectifs (+ 19 %). Sans oublier 10.855 maisons réalisées par des constructeurs, un chiffre en progression de 12 %. La part de marché de la construction bois dans le logement neuf s’élève désormais à 6,3 %, un chiffre inédit ! Et le secteur de la rénovation affiche lui aussi une belle santé. Les extensions-surélévations sont en effet de plus en plus souvent réalisées avec une ossature bois.  

Construction bois : comment ça marche ?
Que l’on construise des immeubles ou une maison, le principe constructif reste le même. Des panneaux en bois sont préfabriqués en atelier avant d’être assemblés sur le chantier. Les avantages ? Une réalisation de qualité, un montage rapide sur site, une absence de nuisances sonores pour les riverains car il y a moins de camions qui circulent. Le chantier est aussi plus propre car il n’y a plus de bétonnière, l’assemblage se faisant en filière sèche.

La nouvelle image du bois. Cette belle dynamique s’explique notamment par un changement des mentalités. L’image du bois a évolué depuis quelques années. La qualité de ce matériau est en effet de moins en moins contestée facilitant ainsi son utilisation pour la construction d’écoles, de bureaux ou d’immeubles de logements. Le bois est aussi considéré désormais comme un moyen permettant de diminuer les émissions de gaz à effet de serre dans le secteur du bâtiment. Les essences absorbant plus de CO2 lors de leur croissance qu’elles n’en rejettent dans l’atmosphère. L’utilisation du bois devrait être d’ailleurs favorisée par la prochaine réglementation environnementale – la RE 2020 – qui a pour objectif de diminuer l’empreinte carbone des constructions neuves.

La promotion immobilière s'intéresse aussi au bois. Des immeubles en bois sortiront de terre à Bordeaux.

Le logement neuf croit au bois. Les promoteurs ont aussi contribué à cette accélération du marché comme l’explique Eric Toppan, coordinateur de l’Observatoire national de la construction bois : « Nous avons une très forte demande des promoteurs pour la construction bois. Ce matériau est désormais identifié comme une solution possible pour construire ce qui n’était pas le cas il y a 10 ans. Nous avons aussi constaté des changements profonds depuis 6 ans. Des promoteurs nationaux ont intégré des filiales dédiées à la construction bois comme Vinci ». Les collectivités locales favorisent aussi le développement de l’habitat en bois sur leur territoire. La prise de conscience du dérèglement climatique, la noblesse de ce matériau, sont autant de raisons qui poussent les élus à jouer la carte du bois. Sans compter la possibilité pour les maires d’utiliser la construction bois comme un marqueur politique vis-à-vis de leurs administrés appelés aux urnes prochainement.

La maison sort du bois. Après avoir connu une crise sévère en 2016, le secteur de la maison individuelle, qui représente 9,2 % de l’habitat individuel, redresse la tête depuis 2017. La demande continue d’augmenter cette année. Ces acteurs de la construction se positionnent sur le marché moyen, haut de gamme, soit 1.500 € le mètre carré quand le prix moyen atteint plutôt 1.300 € le mètre carré pour l’ensemble de la production hexagonale. « Le label E+ C-* qui préfigure la RE 2020 sert la profession », prédit Christian Piquet, président de CPL bois, constructeur de maison bois. « Il devrait nous permettre de diminuer nos coûts grâce au développement du marché de la construction bois. »

Plus grand avec le bois. Le bois fait aussi les beaux jours de la rénovation ! 10.840 extensions-surélévations ont été réalisées en 2018 (+ 9 % par rapport à 2016). Soit une part de marché de près de 28 %. Ce matériau très léger est parfait pour surélever un bâtiment en réduisant les charges sur les murs. Outre la rapidité du chantier, ce matériau apporte aussi du cachet à la maison, le bois pouvant se marier aussi bien avec l’acier que des ardoises.

De belles années à venir. Bien orienté depuis 2016, le marché de la construction devrait encore connaître de bons millésimes. De nombreux investissements ont été réalisés par les industriels pour répondre à la demande croissante. S’il était difficile de trouver des financements il y a cinq ans pour ces opérations, ce n’est plus le cas maintenant. « La croissance se prépare. Nous nous attendons à des progressions importantes de l’activité », annonce Eric Toppan qui rappelle que la part de marché de la construction bois atteint 9 % en France quand celle de l’Allemagne s’élève à 15 %. « Nous sommes en retard ! »

Le label E+ C- en bref
Le label E+ C- permet aux constructeurs de maisons individuelles et aux promoteurs de se préparer à la RE 2020. Ce label définit quatre niveaux énergétiques et deux niveaux carbone. L’objectif étant de diminuer la consommation énergétique des maisons par rapport à l’actuelle réglementation, la RT 2012 et de réduire l’empreinte carbone des matériaux de construction et des équipements du logement.