Immobilier : en 2020, le marché de l’ancien résiste à la Covid-19 !

Publié par le

10 Décembre 2020 - Avec environ 980.000 transactions en 2020, le marché immobilier aura fait preuve d’une belle résilience. Il aura bien résisté aux deux confinements. Une période exceptionnelle qui aura aussi mis en évidence le besoin de verdure et d’espace des Franciliens.

Les Notaires de France viennent de publier le bilan du marché immobilier de l’année 2020 et, malgré deux confinements, il aura plutôt bien résisté. Pour Frédéric Violeau, président de l’Institut notarial de droit immobilier du Conseil supérieur du notariat, « on devrait atteindre 970.000 à 980.000 transactions en 2020 ». Un niveau finalement pas si éloigné du record de 2019 qui avait dépassé le million. Un bilan tout à fait remarquable compte tenu des circonstances exceptionnelles que le pays traverse. Mais Frédéric Violeau de tempérer : « 2021 et surtout le second trimestre seront plus révélateurs ».

Un marché en dos de chameau. Début 2020, le flux d’actes de vente avait démarré sur les chapeaux de roue avec des hausses de 10 à 20 % selon les semaines comparativement à 2019. Durant le premier confinement et pendant quasiment deux mois, les transactions ont connu une chute brutale : 60 à 70 % de moins que le niveau de 2019. Dès la sortie du confinement mi-mai, une très forte reprise a eu lieu, qui dépassait le niveau de fin mai/mi-juin 2019. Après le creux du deuxième trimestre 2020 et un fort rebond au troisième trimestre 2020, le redressement est ensuite plus progressif pour un profil en « racine carré ».

L'ancien fait de la résistance.« Fin septembre 2020, le nombre de transactions réalisées au cours des douze derniers mois n’accuse qu’une baisse de 5 % » précise Elodie Frémont Membre de la Commission des statistiques immobilières des Notaires du Grand Paris. Le volume de transactions de logements anciens cumulé sur douze mois s‘est établi à 990 000 au 30 septembre 2020, contre 986 000 en août et 983 000 en juillet. Pour mémoire, on rappellera que les ventes de logements anciens n’ont dépassé les 900.000 unités qu’en 2017, 2018, 2019 et donc 2020

© Notaires de France

L’immobilier valeur refuge. Pourquoi une telle résistance dans ce contexte anxiogène ? « La pierre coffre-fort valeur refuge, des taux très bas, le télétravail, le besoin d’espace et de verdure, et la signature à distance des actes notariés ont permis au marché de bien résister », explique cette résilience selon Elodie Frémont. Le durcissement des conditions de crédit n’a semble-t-il pas affecté les transactions. Depuis la fin 2019, les banques appliquent les consignes de réduction des risques édictées par le Haut conseil de stabilité financière (HCSF). En particulier, la mensualité de crédit ne peut pas dépasser le tiers des revenus (règle des 33% de taux d’effort) et les durées sont plafonnées à vingt-cinq ans. 

Côté prix, l’heure reste à la hausse. Pour les appartements, la progression sur un an atteint 6,5%. L’Ile-de-France monte de 6,6%, les régions de 6,5%. « À fin janvier 2021, les projections indiquent des évolutions sur 1 an de +5,8% pour la France métropolitaine, +6,8% pour la Province et +4,6% pour l’Île-de-France » révèlent les notaires. Pour les maisons, la hausse s’accélère. Sur les trois dernières années, elles progressaient en moyenne de 2,5%. Toujours en rythme annuel, elles montent de 4,5% à fin septembre 2020. « À fin janvier 2021, d’après les projections, les évolutions sur un an atteindraient +6,8% pour la France métropolitaine, +6,7% pour la Province et +7,2% pour l’Île-de-France » ajoutent les Notaires.

© Notaires de France

Un pouvoir d’achat qui baisse. Malgré des taux toujours historiquement bas, le pouvoir d’achat immobilier est globalement en baisse. « La hausse des prix explique ce recul généralisé du pouvoir d’achat. » explique Elodie Frémont. En moyenne, la surface finançable (mensualité de 800 € /mois pendant 20 ans et sans apport), d’un appartement ancien sur l’ensemble de la France s’établit à 55m² en 2020 (contre 56 m² fin 2019). Pour les maisons anciennes, la surface finançable moyenne pour mensualité de 1300 € /mois pendant 20 ans et sans apport à l’échelle de la France atteint 148 m², en diminution de 6%. Les plus fortes baisses annuelles (en nombre de m2) sont observées dans les agglomérations du Havre, Dijon et Strasbourg avec une perte de 10 m2

Les Franciliens à la recherche de verdure. Le chiffres des notaires confirment un flux des Franciliens. « Ce n’est pas un exode », précise toutefois Frédéric Violeau. « On a eu un petit vent de verdure, des Parisiens habitant le centre de Paris dans un appartement à quatre qui ont préféré la grande couronne », ajoute Elodie.

© Notaires de France

Reste que la part des acquéreurs franciliens dans les régions limitrophes des marges ouest et sud a augmenté. En Normandie (Eure 22 % + 6 points, Orne 21 % + 6 points), Bourgogne (Yonne 27 % + 9 points) et Centre-Val-de-Loire (Loiret + 4 points). Feu paille ou tendance de fond ? Attendons 2021 pour y voir plus clair.

Et 2021 ? Des incertitudes planent sur 2021. Comment va évoluer la crise sanitaire ? Quelle sera l’ampleur de la crise économique ?). Les projections des notaires pour le quatrième trimestre 2020 laissent présager de la poursuite de la hausse, légèrement plus prononcée en Province qu’en Île-de-France (France métropolitaine + 6,6 %, province + 7,1 %, Île-de-France + 6,1 %). À fin janvier 2021, leurs projections indiquent des évolutions sur un an de + 5,8 % pour la France métropolitaine, + 6,8 % pour la province et + 4,6 % pour l’Île-de-France.

Les chiffres clefs de l’immobilier en 2020
+ 6,5 % : l'évolution sur un an de l’indice de prix des appartements anciens en France métropolitaine
+ 4,2 % : l’évolution sur un an de l’indice de prix des maisons anciennes en France métropolitaine
- 5% : pour le nombre de transactions réalisées au cours des douze derniers mois en France
55 m2 : la surface finançable d’un appartement ancien sur l’ensemble de la France (mensualité de 800 € pendant vingt ans et sans apport), quasi stable (- 1 m²) sur un an
148 m2 : la surface finançable d’une maison ancienne sur l’ensemble de la France (mensualité de 1.300 € pendant vingt ans et sans apport), en diminution de 6 m² sur un an. 

Dernières actualités

Immobilier : les acquéreurs votent pour les villes moyennes

15 Juin 2021

Pourquoi le marché immobilier des villes moyennes a été dynamique en 2020. La qualité de vie, les...


Crédit : des règles à respecter à la lettre pour les banques

15 Juin 2021

Tout savoir sur les règles qui s'appliqueront aux banques délivrant les crédits immobiliers. Le...


Forum logement : PAP auprès des jeunes qui cherchent un logement

15 Juin 2021

Le 19 juin 2021 à Paris, PAP sera présent au Forum Logement Jeunes. Jeunes actifs et étudiants qui...


Copropriété : les charges reculent de 2 % en 2019-2020

14 Juin 2021

Comment les charges de copropriété ont baissé de 2 % entre 2019 et 2020. La diminution des dépenses...