Immobilier : comment les Français achètent leur logement

Publié par le

19 Juillet 2018 - Quand ils ne sont pas propriétaires les Français rêvent de le devenir. Mais à quoi ressemble leur logement idéal ? Comment cherchent-ils ? Quelles concessions sont-ils prêts à faire pour l’acheter ? Découvrez les résultats de l’enquête menée par le Crédit Foncier sur le parcours d’acquisition de près de 5.000 ménages.

Etre chez soi, ne plus verser de loyers à fonds perdus, disposer d’un logement plus grand ou encore changer d’environnement, voilà quelques-unes des raisons invoquées par les Français en quête d’une résidence principale. Sans surprise, la maison individuelle fait figure d’habitat idéal. Mais si le charme des vieilles pierres opère toujours, encore faut-il que le logement en question réponde à des critères précis. Le Crédit Foncier a mené une enquête auprès de 5.000 ménages pour identifier les choix et arbitrages de ces acquéreurs à la recherche de la perle rare. Etat des lieux.

La maison plébiscitée. La maison constitue près des trois quarts des projets d’achat de résidence principale (73%). C’est dans le nord de la France qu’elle séduit le plus ; 85% des habitants souhaitent acquérir une villa dans le Nord-Ouest et dans le Nord-Est (soit 12 points de plus que la moyenne nationale). La recherche d’une maison est par ailleurs plébiscitée par 88% des futurs acquéreurs dans des communes de moins de 5.000 habitants contre 36% pour les villes de plus de 100.000 habitants.

Un appartement en ville. Les appartements représentent seulement 27% des intentions d’achat. Dans les grandes agglomérations, de plus de 100.000 habitants, 59% des acheteurs recherchent un appartement ; rien d’étonnant à cela, dans ces grandes villes les espaces habitables sont plus restreints et le mètre carré plus onéreux. En première couronne d’Ile-de-France, ils sont encore 68% à privilégier l’habitat individuel. Rappelons qu'au niveau national, le parc de logements se répartit (données Insee février 2018*) entre 56% de maisons et 44% d'appartements.

Logement : comment choisir. Les critères de recherche d’un bien se portent d’abord sur son emplacement géographique (70% des sondés) viennent ensuite la superficie (70%) et le nombre de pièces (67%). D’autres caractéristiques peuvent évoluer selon les régions ; ainsi la proximité avec les transports en commun ou les écoles est une problématique évoquée en Ile-de-France alors que l’exposition du logement et la vue dont il dispose préoccupent davantage dans le sud de la France.

Les délais pour acheter. En 2018, 65% des ménages sont devenus propriétaires en moins d’un an. Au terme de douze mois de recherche, les ménages n’étaient que 53% à avoir réalisé l’achat de leur logement il y a quatre ans (enquête 2014) contre 71% en 2017. Cette année, la proportion de personnes ayant trouvé le logement de leur rêve est en baisse pour la première fois, ils sont 65% en 2018. A contrario, la part de ceux qui abandonnent leur recherche immobilière au bout de douze mois est passée de 19% (enquête 2014) à 8% cette année. C’est en Ile-de-France que l’on trouve la plus grande proportion de ménages ayant réalisé l’acquisition de leur logement au cours de la première année de recherche (68%).

L’immobilier passe par Internet. Dans les grandes agglomérations, la durée de recherche est plus courte (4 mois) contre 4,5 mois au niveau national, mais le nombre de biens visités plus important (7 biens). Internet est devenu incontournable : 64% des Français (79% à Paris et en petite couronne d’Ile-de-France) y ont recours dans leur recherche, principalement pour consulter les annonces immobilières (premier usage), pour rechercher un financement (deuxième usage) ou pour évaluer le marché (troisième usage).

Dépassement de budget. Les acheteurs souhaitent consacrer 169.000 € pour l'achat de leur résidence principale. Dans la réalité, un acquéreur sur cinq (18%) est allé au-delà du budget qu’il s’était fixé avec un dépassement moyen de 13% ; c’est en Ile-de-France que la nécessité d’aller au-delà de l’enveloppe initiale est la plus importante. Pour 49% des acquéreurs, la transaction s’est faite après avoir obtenu un rabais. En moyenne, cette baisse équivaut à une diminution de 6% du prix de vente initialement réclamé par le vendeur.

Les jeunes trouvent plus facilement. Les ménages les plus jeunes ont le plus de facilité à acquérir leur logement au cours de la première année de recherche. Ainsi, la proportion de ménages ayant trouvé le toit de leur choix au cours de la première année de recherche est de 74% pour les ménages âgés de moins de 30 ans, contre 58% pour les ménages de plus de 60 ans. Ces différences s’expliquent par des exigences plus fortes (préparation de la retraite, proximité avec le lieu de travail par exemple) pour certaines générations.

Immobilier : quelles concessions ? 42% des acquéreurs ont fait des arbitrages par rapport à leurs critères initiaux. Les principales concessions portent sur la taille du logement (28% disent avoir acheté un logement plus petit qu’espéré), sur l’éloignement géographique (22% disent s’être éloignés du lieu où ils souhaitaient acheter), sur une surface moindre de terrain ou jardin (19%), le renoncement à un parking (19%), le renoncement à l’absence de travaux à effectuer (19%) ou encore à l’exposition du bien (11%). Les ménages franciliens sont prêts à réaliser beaucoup plus de concessions (52% d’entre eux) que le reste de la population (42% à l’échelle nationale).