Immobilier : atterrissage en douceur en Ile-de-France

Publié par le

06 Septembre 2018 - Malgré des ventes qui décroissent et des prix qui augmentent moins vite, le marché immobilier francilien reste encore très dynamique selon une étude de la Chambre des notaire de Paris.

Bien qu'en baisse l’activité immobilière en Ile-de-France reste toujours à un haut niveau selon les derniers chiffres de la Chambre des Notaires de Paris-Ile-de-France. C'est à Paris que le ralentissement est le plus sensible. D'après Thierry Delesalle, notaire à Paris, « ce ralentissement de la pression de la demande a modéré la hausse des prix dans un mouvement appelé à se prolonger cet automne ».

© Chambre des noataire Paris-Ile-de-Franc

Soft landing. Après une année 2017 record, ce ralentissement est logique. Au deuxième trimestre 2018, les volumes de ventes de logements anciens reculent en Ile-de-France de 6 % par rapport à la même période en 2017, après un recul de 7 % au premier trimestre 2018. Ce ralentissement est à relativiser puisque le volume de ventes de logements est encore supérieur de 23 % à celui d’un deuxième trimestre moyen des dix dernières !

© Chambre des noataire Paris-Ile-de-Franc

Baisse plus marquée dans la capitale. Avec seulement 9 000 transactions d'appartements au deuxième trimestre 2018, c'est à Paris que la décrue est la plus marquée. Les ventes reculent de 7 %. C’est le seul secteur géographique francilien qui ne réussit pas à se maintenir au-dessus des niveaux de la période de haute activité 1999-2007 (- 11 %). « Même si l'activité est moins dynamique le marché est fluide », note Marc Friedrich, notaire à Levallois-Perret. Le manque d’offre lié à la réduction du parc privé continue de peser sur les volumes de vente dans la Capitale.

Record battu en petite couronne. Dans la petite couronne, toujours d''après le Chambre des notaires, la hausse annuelle du prix des appartements devrait ralentir pour s’établir autour de 2 % en octobre 2018. Ici aussi malgré une modération de l'augmentation annuelle du prix des appartements (2,4 % attendu en octobre contre 3,7 % au deuxième trimestre 2018), les records de prix au mètre carré devraient être dépassés cet automne dans tous les départements.

© Chambre des noataire Paris-Ile-de-Franc

Marché de report. Avec plus de 9 000 ventes au deuxième trimestre 2018, le marché des appartements en Grande Couronne est le plus dynamique de la région, en progression de 1 % par rapport au deuxième trimestre 2017 et de 15 % comparé à la période haute 1999-2007. Pour les maisons, le volume de ventes a baissé de 4 % en un an mais reste à des niveaux historiquement élevés, supérieur de 9 % au niveau moyen enregistré pendant les période hautes;  les prix sont restés sages puisqu'ils n'ont augmenté que de 1,8 % en un an, légèrement en dessous de l'inflation.

Des prix qui progressent et des volumes stables au niveau national
Au niveau national les prix de l'immobilier ancien ont également progressé au deuxième trimestre selon l'indice Notaires-Insee. Entre avril et juin, les prix de l'ancien ont progressé de 2,8 % par rapport à la même période de l'année précédente. Sur un an elle s'établit à + 2,9 %, contre + 3,5 % précédemment. De son côté le volume des ventes semble atteindre un plafond à 953 000 transactions. « C'est un niveau équivalent à celui constaté au trimestre précédent (956.000 en mars 2018) mais toujours plus élevé que celui observé un an plus tôt (915.000) » indique l'indice Notaires-Insee. Bref, 2018 s'annonce comme un bon cru pour l'ancien !