Crise sanitaire : les salariés ont davantage déménagé

Jérôme Augereau
Mis à jour par
le 17 mars 2022
Journaliste chez PAP.fr

La crise sanitaire a incité plus de salariés du parc privé à déménager pour profiter d’un cadre de vie plus agréable. Ils ont été aussi plus nombreux à s’installer à plus de 100 km de leur entreprise en privilégiant les départements ruraux.

© P. Chevillard/PAP

Métropoles moins attrayantes, communes rurales plus séduisantes… Si les conséquences de la crise sanitaire sont bien visibles sur le marché immobilier depuis plusieurs mois, il était cependant assez difficile d’évaluer précisément leur impact. L’étude de la DARES, qui a passé au crible les déménagements des salariés du parc privé, permet d’avoir une photographie plus nette. Si certains salariés ont quitté les métropoles pour des départements ruraux, ce n’est pas non plus un flux conséquent ! Mais plutôt une tendance qui s’est accentuée avec la crise sanitaire et le développement du télétravail, ce dernier facilitant les envies d’ailleurs des Français.

Plus de déménagements. Entre avril 2020 et avril 2021, 12,3 % des salariés du privé ont déménagé, soit une hausse de 0,5 % (87 000 personnes) par rapport à la période avril 2019/avril 2020. L’envie d’un logement plus spacieux, de bénéficier de la proximité de la nature, les ont poussés à changer de cadre de vie ! Si la part des déménagements de salariés à plus de 100 km a fléchi, passant de 11,7 à 11,4 %, les salariés déménageant à plus de 100 km sans quitter leur entreprise ont été en revanche plus nombreux. Ils étaient en effet 69 000 à franchir le pas contre 55 000. Un flux, certes en hausse de 25 %, qui reste cependant très minoritaire, car il ne représente que 3,3 % des salariés ayant déménagé.

Les métropoles ont moins la cote. Sans surprise, ce phénomène concerne surtout les habitants des grandes métropoles. L’Ile-de-France est particulièrement touchée avec une hausse du nombre de départs de la capitale atteignant notamment 34 %, soit 4 000 déménagements. Mais la région parisienne n’est pas la seule à être quelque peu délaissée ! Le Rhône, la Loire-Atlantique, la Haute-Garonne ont également enregistré de nombreux départs. Les citadins mettent alors le cap sur les départements principalement ruraux, une destination qui a progressé de trois points, passant de 26 % en avril 2019 et avril 2020 à 29 % en avril 2020 et avril 2021. L’Orne, l’Yonne, l’Aube ou encore le Loir-et-Cher figurent parmi les grands gagnants de cette migration.

Le télétravail, accélérateur de tendance. Si l’attraction des citadins pour les départements ruraux n’est pas un phénomène nouveau, elle s’est en revanche accentuée avec l’essor du télétravail dans de nombreuses entreprises. Là encore, les chiffres de la DARES sont éloquents ! Les métiers pratiquant le plus le télétravail comme ceux exercés dans les services administratifs, comptables, informatiques ont représenté 7,2 % des arrivées dans les départements ruraux entre avril 2020 et avril 2021, contre 6,1 % entre avril 2019 et 2020. La DARES estime qu’ils ont été à l’origine de la moitié de la hausse du nombre de déménagements à destination d’un département rural.

 

 


La rédaction vous conseille


Je suis locataire

Je suis propriétaire