Chauffage : le fioul fait de la résistance

Publié par le

15 Décembre 2020 - Polluant et voué à disparaître, le fioul chauffe encore près de 3,5 millions de Français et 12 % des maisons individuelles. Radioscopie d’une énergie encore bien présente dans les foyers, notamment en secteur rural.

À partir du 1er janvier 2022 les nouvelles installations de chauffage fioul seront interdites et le remplacement progressif des systèmes existants devrait s’accélérer. En attendant, le fioul reste encore bien présent : une maison sur six et près de 12 % des Français se chauffent avec cette énergie fossile. C’est même la troisième énergie derrière le gaz et l’électricité. Pour cerner un marché voué à disparaître, Effy, une entreprise spécialisée dans les travaux de rénovation énergétique a dressé un panorama du chauffage fioul. Dans l’ensemble, les ménages qui consacrent chaque année un budget à quatre chiffres pour leur chauffage sont prêts à troquer leur vieille chaudière fioul pour un système plus performant. Mais ils manquent de moyens et d’informations…

D’abord en zone rurale. Quand la commune n’est pas raccordée au réseau de gaz naturel, le fioul s’impose. Surtout dans les régions où les hivers sont rigoureux : Grand Est, régions montagneuses frontalières de la Suisse et de l’Italie. Quant à la « diagonale du vide », cette bande qui s’étire du nord-est de la France jusqu'au sud-ouest en passant par le Massif central, elle fait, elle aussi appel à cette énergie fossile. Et de façon massive.

Les villes se chauffent au gaz. Les grandes villes, que l’on appelle aujourd’hui métropoles, se sont très tôt tournées vers le gaz naturel et l’électricité, depuis les Trente Glorieuses. Dans ces secteurs urbanisés, de nombreuses maisons sont raccordées au réseau de gaz naturel depuis des décennies. Le fioul y est donc nettement moins présent. Et ceux qui font construire se tournent pour l’essentiel vers les pompes à chaleur et les chaudières gaz à condensation.

Un parc vieillissant qui fait mal au porte-monnaie. Parmi les 1.500 familles interrogées les trois quarts d’entre elles possèdent une chaudière fioul de plus de quinze ans et paient entre 1.000 et 2.000 € de fioul par an. Voire plus, pour 12 % d’entre elles. Et si elles ne changent pas d’énergie et ne remplacent pas leur chaudière, c’est uniquement pour une question de prix ! Les trois quarts des personnes interrogées n’ont tout simplement pas les moyens de s’offrir un mode de chauffage plus performant et plus écologique, comme une pompe à chaleur, une chaudière gaz à condensation, voire un poêle à bois.

Des volumes en baisse. Autre enseignement de l’étude : chaque année, le nombre de foyers français chauffés au fioul diminue. La baisse cumulée sur la période 2009 - 2018 atteint 24 %. En 2019, les ventes de fioul domestique ont connu un recul de 6,1 % par rapport à l’année précédente. Le combustible fossile cède du terrain aux pompes à chaleur et aux chaudières à bois.

La pompe à chaleur s’impose. Comme pour les maisons neuves, la pompe à chaleur est plébiscitée par les Français. Elle est envisagée par 75 % des personnes interrogées. Ses partisans se prononcent à 45 % en faveur du système air-eau (les calories sont puisées dans l’air extérieur et alimentent la boucle d’eau chaude du chauffage central). En revanche une solution hybride intégrant une chaudière fioul performante n’attire que 5 % des personnes interrogées.

Un manque cruel d’informations. Autre constat : une personne sur deux ne connaît pas les aides auxquelles elle a droit pour le remplacement de sa chaudière et la dépose de la cuve. Pourtant, les coups de pouce à la rénovation énergétique peuvent couvrir jusqu’à 90 % des travaux de remplacement. Une bonne campagne d’information s’impose !

Pour tous savoir sur Maprimerenov, cliquez ici

Dernières actualités

Voter par correspondance aux AG de copropriété

02 Mars 2021

Comment voter par correspondance à une assemblée générale de copropriétaires ?


Voiture électrique : la prise est un droit dans les copropriétés

01 Mars 2021

Le droit à la prise, ça concerne les personnes qui vivent dans un immeuble collectif : c'est le...


Immobilier : l’Ile-de-France limite les dégâts

25 Février 2021

Comment se portent les marchés de l'ancien et du neuf en Île-de-France ? La réponse des notaires et...


Copropriété : un vote par correspondance très contesté

25 Février 2021

Comment la crise sanitaire a impacté le fonctionnement des copropriétés. Le vote par...