Chauffage : et si on louait sa pompe-à-chaleur ?

Publié par le

09 Novembre 2018 - Louer sa pompe-à-chaleur pour son chauffage plutôt que de l’acheter ? C’est une piste explorée par l’Association pour les pompes-à-chaleur qui permettrait au particulier de bénéficier d’un équipement bien entretenu.

L’utilisation plutôt que la propriété ! Que ce soit les outils de jardinage, les vêtements ou la voiture, de plus en plus de plates-formes proposent désormais aux particuliers la location de biens. Une tendance qui pourrait aussi concerner les appareils de chauffage.

Une voie à étudier. L’Association française pour les pompes-à-chaleur (Afpac) lancera en effet cette année une étude avec l’institut national de l’économie circulaire pour explorer cette piste réduisant ainsi l’empreinte carbone des produits. « Nous pourrions vendre au particulier un service de leasing qui comprendrait l’installation d’une pompe-à-chaleur, sa maintenance et son remplacement », explique Jean-Pascal Chirat qui pilote le groupe de travail pompe-à-chaleur et économie circulaire pour l’Afpac.

Une pompe-à-chaleur pérennisée. Facturée chaque mois par exemple, cette prestation permettrait de lisser le prix de cet équipement. Autre atout : bénéficier d’un produit bien entretenu dont la performance énergétique serait maintenue au fil des années. Ce qui est loin d’être le cas, plus de 70 % des pompes-à-chaleur n’étant pas entretenues selon les fabricants. « Le leasing nous permettrait de maîtriser tous les aspects de l’économie solidaire », explique Gérard Charney, secrétaire général de l’Afpac. « Le technicien pourrait en effet selon l’état de l’appareil changer des pièces si nécessaire plutôt que d’installer une nouvelle machine. Et s’il faut en changer, l’appareil serait repris pour être recyclé ». Mais avant de proposer ce service qui pourrait révolutionner les habitudes des Français, il faudra déjà identifier les différents freins, notamment juridiques, qui pourraient entraver son développement. C’est tout l’enjeu de l’étude qui sera menée avec l’institut national de l’économie solidaire.