Visiter un appartement

© PAP

Il est conseillé d'arriver un peu avant le rendez-vous afin de faire un petit tour du quartier. Vous vous rendrez ainsi compte de l'environnement, de la proximité des commerces, des écoles et des transports.

Ensuite, si l'accès est libre, pénétrez d'ores et déjà dans l'immeuble. Un seul coup d'oeil suffit pour vous rendre compte de l'état des parties communes. C'est aussi pour vous l'occasion de rencontrer le gardien ou d'autres personnes de l'immeuble. Permettez-vous de poser quelques questions qui vous tiennent à coeur. Quand une copropriété fonctionne mal, les personnes parlent facilement.

Inspection

Lors de visite proprement dite, que le logement soit vide ou encore occupé, n'oubliez pas de regarder l'état du plafond (on ne pense pas spontanément à regarder le plafond et pourtant c'est important !) ; des murs et des fenêtres. Prenez aussi en compte deux éléments : une bonne distribution et une bonne clarté.

Bon à savoir : une exposition est-ouest est préférable à une exposition nord-sud. Les pièces exposées au nord sont moins lumineuses et plus difficiles à chauffer, sauf si elles sont équipées d'un double vitrage. Le propriétaire est tenu de vous remettre un diagnostic de performance énergétique qui évalue la consommation de son logement.

Observation

Vous devez poser des questions au propriétaire.

  • Les cheminées fonctionnent-elles ?
  • Quel est le mode de chauffage et de production d'eau chaude ?
  • Y a-t-il du bruit dans l'appartement ? (Vous pouvez demander quelques minutes de silence au vendeur)
  • Le logement est-il libre rapidement ? Sinon quand sera-t-il libre ?
  • Quel est le montant des charges ?
  • Quelle est la surface du logement ?

Le vendeur doit, dès la visite du logement, vous présenter le diagnostic de performance énergétique, afin que vous puissiez le consulter. Cela vous permet de connaître la consommation énergétique du logement, c'est-à-dire le budget chauffage que vous devez prévoir. L'étiquette énergie qui figure désormais dans les annonces est une composante de ce diagnostic.

Vous devez également poser des questions sur la copropriété.

  • Toute copropriété possède, en principe, son « carnet d'entretien ». C'est en quelque sorte le « carnet de santé » du bâtiment. Et tout vendeur doit pouvoir fournir ce document à son futur acheteur.
  • Il est également primordial que vous vous renseigniez sur les charges de copropriété. Pensez à demander les derniers décomptes de charges ainsi que le ou les derniers procès-verbaux d'assemblée générale. Les comptes rendus d'assemblée sont riches d'enseignements. Vous pourrez y vérifier si des travaux ont été votés, et pour quel budget. Ils peuvent également faire apparaître que la copropriété est en grande difficulté financière car de nombreux propriétaires ne paient pas les charges ou travaux. On peut y lire les éventuelles nuisances et plaintes.
  • Enfin dernier poste important : les impôts locaux. Demandez à voir les avis de taxe foncière et d'habitation.
  • Vous vous apprêtez à acheter un logement occupé par un locataire ? Demandez au vendeur de vous communiquer le contrat de location. Vous connaîtrez ainsi le régime de la location (durée restant à courir, montant du loyer) et vous pourrez vérifier si le locataire bénéficie d'un droit de préemption.Seconde visite
  • Si l'appartement vous plaît, faites une deuxième visite, si possible à une heure différente. Regardez cette fois chaque pièce en détail. Ne vous alarmez pas si vous voyez de petites fissures, fréquentes dans l'ancien, mais faites attention aux éventuelles traces d'humidité. Voyez s'il y a des placards... On en a toujours besoin ! Faites le point sur les équipements restants (cuisine équipée, miroirs muraux, tringles à rideaux, etc.).
  • Lorsque le vendeur lui a donné un congé pour vente, le locataire peut de nouveau exercer son droit de préemption si le prix de vente est moins élevé que celui qui lui a été proposé.
Mis à jour par & Nathalie Giraud le 29 décembre 2017
Juriste chez PAP.fr