Les aides pour acheter

Publié par le

Pour améliorer votre plan de financement, vérifiez si vous pouvez prétendre aux prêts aidés. Ils bénéficient du soutien de l'État et vous permettent d'obtenir des conditions plus avantageuses que dans le cadre d'un crédit classique. La plupart de ces prêts aidés sont considérés comme de l'apport personnel par les banques.

Le PTZ

Le Prêt à taux 0 % (PTZ), c'est un crédit sans intérêts à payer – donc gratuit –, consenti par l'État et destiné à financer l'achat de la première résidence principale de l'emprunteur. Distribué par toutes les banques, il est réservé dans la grande majorité des cas aux primo-accédants. Il est accordé sous conditions de ressources.

L'épargne-logement

Principe : au terme d'une phase pendant laquelle vous économisez, votre épargne ouvre droit à un prêt immobilier dont le montant est fonction des intérêts acquis, donc du montant épargné. Il existe le Plan épargne-logement, et le Compte épargne-logement. Les prêts issus de l'épargne-logement sont constitutifs d'apport personnel.

Le prêt Action Logement

C'est le nouveau nom du prêt 1 % logement. Il peut vous être accordé si vous travaillez dans une entreprise d'au moins dix salariés. Son taux est calqué sur celui du taux du livret A en vigueur au 31 décembre de l'année précédant la demande de financement. Ce taux ne peut pas être inférieur à 1 %. Renseignez-vous auprès du service du personnel de votre entreprise. Ce prêt est constitutif d'apport personnel.

Les Prêts conventionnés et les prêts Pas

Ces crédits ont pour gros avantages d'ouvrir droit à l'Aide personnalisée au logement (APL). Une somme qui vient diminuer le montant des remboursements de votre crédit. Le Prêt conventionné (PC) n'est soumis à aucune condition de ressources. Son taux d'intérêt varie selon la durée du prêt et en fonction de l'établissement bancaire. Toutefois, il ne devra pas dépasser un taux maximum. En 2019, il oscille entre 2,45 et 2,90 % (taux fixe). Le Prêt à l'accession sociale (Pas) est un prêt conventionné délivré sous conditions de ressourcesEn 2019, le taux varie de 2,45 à 2,90 % (taux fixe) selon la durée de remboursement.

Les prêts des collectivités locales

Nombre de communes ou de départements accordent des prêts gratuits ou des subventions qui viennent compléter votre financement. C'est notamment le cas de Paris, des Hauts-de-Seine, de Marseille, Toulouse, Montpellier, Rennes, Caen... Renseignez-vous auprès de votre mairie ou de votre Agence départementale sur le logement (Adil, liste au 0820 16 75 00 et sur le site www.anil.org).

Les crédits à taux fixes
Dès la signature du contrat, vous connaissez le taux du crédit, le montant des mensualités et la date d'échéance du prêt. C'est simple et facile à gérer. Revers de la médaille, ces crédits fixes sont rigides. Si dans les mois à venir, les taux venaient à baisser, vos échéances resteraient inchangées. En revanche, si les taux se mettent à augmenter, vous serez protégé.

Les prêts à taux révisables
Ils sont indexés sur des indices financiers (l'Euribor par exemple) permettant à vos mensualités de varier à la hausse comme à la baisse. Ces variations entraînent une certaine incertitude sur vos charges de remboursement. En contrepartie, les taux pratiqués sont moins élevés que les taux fixes.

Pour protéger les emprunteurs, les prêts révisables sont assortis de sécurités. Ainsi, en cas d'envolée des taux, vos mensualités n'augmentent pas. Seule la durée du prêt est allongée. Autrement dit, vous devrez rembourser pendant quelques années supplémentaires pour compenser cette hausse. Ce rallongement ne peut pas en général excéder de plus de cinq ans la durée initiale du prêt. Inversement, en cas de baisse des taux, la durée du crédit raccourcira.

Autre possibilité : jouer sur les mensualités. En cas de hausse des taux, le montant de vos mensualités est augmenté dans la limite de l'indice de hausse des prix. La durée du prêt, pour sa part, reste inchangée.

Les révisables les plus sûrs sont dits capés. La variation est plafonnée en fonction d'un butoir connu dès la souscription du contrat de prêt, le cap. Vous êtes assuré que votre taux ne dépassera jamais un certain seuil par rapport au taux initial. Ainsi, un taux de 2,60 % avec un cap de + 2 signifie que le taux révisé ne dépassera jamais 4,60 %. Le taux d'intérêt est plus élevé que celui d'un révisable non capé.

La possibilité de passer en taux fixe peut bénéficier à tous les crédits révisables. Elle reste interdite la première année de remboursement. Attention également au taux qui vous sera proposé. De plus, réfléchissez bien car il n'est plus question ensuite de repasser en révisable. Les obligations des banques en matière de crédits révisables ont été cependant renforcées pour mieux protéger les emprunteurs. Les offres de prêt doivent être accompagnées d'une notice et d'un document d'information qui détaillent les modalités et conditions de la variation du taux d'intérêt. Chaque année, l'emprunteur à taux révisable doit recevoir un récapitulatif du capital restant dû pour mesurer l'impact de l'évolution des taux sur ses remboursements (articles L 312-8 et L 312-14-2 du Code de la consommation).

Les crédits mixtes
Certaines formules de financement mêlent taux fixes et révisables. Elles peuvent par exemple fonctionner par blocs de trois ou cinq ans, durant lesquels le taux est fixe. A chaque nouvelle période, il est ajusté en fonction de l'indice financier de référence. Par ailleurs, quelques financements intègrent des paliers. Au terme d'une certaine période, définie dans le contrat, la mensualité baisse. C'est notamment le cas des prêts spécial seniors, qui sont conçus pour s'adapter à la baisse de revenus liée à la retraite. Il est ainsi possible de finir de rembourser un prêt à 80 ans.

Pour aller plus loin...

Tout savoir sur les mensualités reportables des crédits immobiliers. Connaître cette solution efficace pour faire face à des difficultés de remboursement.