PAP.fr, Immobilier de particulier à particulier
Immobilier de particulier à particulier

Augmenter le loyer sous-évalué lors du renouvellement du bail

Lorsque le bail du locataire en place arrive à échéance et que le propriétaire l'estime manifestement sous-évalué, il ne peut pas l'augmenter librement. Il doit le faire selon une procédure bien établie qui impose de se référer aux loyers du voisinage et plafonne plus ou moins l'augmentation selon que la commune est ou non située en zone tendue.

Comment calculer le montant d'un loyer sous-évalué ?© Marc Loiseau

Quand le bail arrive à échéance et que le propriétaire ne se manifeste pas, le bail se poursuit automatiquement au même loyer avec le seul jeu de l'indexation (l'augmentation annuelle à l'aide l'indice de référence des loyers). C'est ce que l'on appelle la tacite reconduction du bail : il se reconduit de trois ans en trois ans en location vide et chaque année pour les meublés.

Or, au cours de la location, il arrive que le bailleur constate que le loyer se situe nettement en dessous des loyers pratiqués dans le voisinage pour le même type de logement. Si le loyer est "manifestement sous-évalué", le bailleur peut le réajuster, à l'occasion du renouvellement du bail, mais seulement en respectant une procédure spécifique bien établie. Cette procédure s'applique aussi bien aux logements loués en "vide" qu'en meublé.

La fixation du nouveau loyer doit tenir compte des loyers habituellement pratiqués dans le voisinage pour des logements similaires. Le bailleur doit donc fournir des exemples de de loyers pour des logements situés dans le même quartier : ces références de loyers doivent être précises et sont à remettre au locataire auquel le bailleur propose la remise à niveau de son loyer.

Il n'est donc pas suffisant d'indiquer un prix moyen au mètre carré appliqué dans le voisinage, cela est trop vague et non significatif. Il faut au contraire donner des exemples précis de loyer pour des logements comparables, loués dans le quartier.

Ensuite, l'augmentation proposée est plus ou moins limitée selon que le logement est situé ou non en zone tendue.

Publié par © pap.fr -

En savoir plus

La location saisonnière

La location saisonnière n'est soumise à aucune réglementation. C'est le contrat qui tient lieu de loi entre les parties comme pour les locations...

Loyers : légère hausse en 2011

Après plusieurs années d'accalmie, le prix des loyers repart à la hausse (+2,5 % en un an). Mais cette augmentation reste très inégale selon les...

Assurance habitation : faites jouer la concurrence

En comparant les tarifs d'assurance entre eux, à couverture équivalente, les tarifs peuvent différer dans de fortes proportions. Les assureurs étant...