Immobilier
de particulier à particulier

Immobilier : le marché est euphorique !

15 Mars 2017 - Décidément cette année électorale ne ressemble à aucune autre. Les acquéreurs ne font pas preuve d'attentisme. Au contraire, ils n'ont jamais été aussi nombreux à se lancer dans un projet immobilier, malgré une très légère remontée des taux.

Les dernières données publiées par la Banque de France sont sans appel. Malgré la lente remontée des taux observée depuis décembre, la demande des emprunteurs reste soutenue. En janvier 2017, le volume des crédits immobiliers est en augmentation de 4,8% selon les dernières statistiques de la BDF. 37,4 milliards d'euros ont ainsi été prêtés sur le premier mois de l'année, contre 33,4 en décembre 2016 et 23,9 en août 2016.

Prix de l'argent. L'explication est à aller chercher du côté des taux d'intérêt encore très bas malgré une lente remontée. Selon le courtier Empruntis.com, le taux moyen sur vingt ans s’établit à 1,75% brut au 15 mars 2017, contre 1,55% brut en novembre 2016 (record absolu à la baisse).« Certes, les chiffres de mars 2017 ne sont pas les records de l’automne dernier », note Hervé Hatt, président de Meilleurtaux.com. Mais manifestement cela n'affecte pas la moral des acquéreurs.

Un début d'année très dynamique. Le niveau de production de crédits atteint des sommets en ce début d'année. Et manifestement l'élection présidentielle n'a aucune incidence sur le comportement des acquéreurs. « Janvier et février signent encore des niveaux de production de crédits incroyables car, quoi qu'il arrive, les taux restent très attractifs », souligne Cécile Roquelaure, directrice des Etudes et de la Communication d'Empruntis.

Des hausses très modérées.  « La stabilité des taux enregistrée au mois de mars associée à des variations de prix assez infimes conduisent à une stabilisation quasi-générale du pouvoir d’achat immobilier dans les 20 grandes villes françaises », explique Maël Bernier, directrice de la communication et porte-parole de Meilleurtaux.com. Même son de cloche chez Empruntis, également courtier en crédits : 11 barèmes restent stables en ce début mars et 4 affichent des baisses de 5 centimes. « Il est toujours possible d’obtenir des taux sous la barre des 1,50% pour les durées inférieures à 25 ans, notamment en région, sous réserve de revenus stables et d’un apport minimal finançant les frais annexes », rappelle Maël Bernier.

© Meilleurtaux.com

Bon moment. Les Français veulent profiter des opportunités actuelles. Ils comptent bien emprunter avant que les taux ne poursuivent leur mouvement haussier. La moyenne sur vingt ans pourrait atteindre la barre des 2% en juillet d’après le courtier Cafpi. Les acquéreurs anticipent également la hausse des prix de l'immobilier. Dans l’ancien, le mètre carré ancien progresse de 1,8% sur un an d’après le dernier indice Notaires-Insee. Dans le neuf, la hausse atteint 3,6% entre le dernier trimestre 2015 et le dernier trimestre 2016 selon la Fédération des promoteurs-immobiliers (FPI).

L'immobilier reste une valeur refuge. Mais le dynamisme du marché s'explique surtout par l'attachement des Français à la pierre. Attachement confirmé par le Crédit foncier et l'institut Elabe qui ont enquêté sur la façon dont ils perçoivent le patrimoine immobilier. Réalisée en janvier auprès de 2.000 personnes, l'étude " Propriété et générations " confirme que l'immobilier reste une valeur refuge pour la grande majorité des Français.

Un investissement de père de famille. Près de 92% des sondés ont une perception positive sur le fait d'être propriétaire. Une vision partagée par toutes les générations. 67% considèrent que la notion de propriété donne le sentiment d'être vraiment chez soi. Dans le détail, les motivations pour se constituer un patrimoine immobilier sont variées : 54% souhaitent transmettre un patrimoine à leurs enfants, 50% pensent qu'il s'agit d'une sécurité pour la retraite et 49% un investissement pour l'avenir. En cette année électorale, les Français votent clairement pour la pierre !


Publié par
© PAP.fr -